Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Sous le regard des trois Blancheurs, suivre Jésus et Marie fut-ce au milieu des pires tempêtes, mais dans la paix, la joie et l'amour.
 
ajouter des sujajouter des suj  AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Érythrée : 150 chrétiens arrêtés
Mgr Schneider Emptypar Philippe Aujourd'hui à 9:49

» le cardinal Pell alerte sur le synode sur l’Amazonie
Mgr Schneider Emptypar Philippe Aujourd'hui à 8:40

» 26 août Saint Césaire d'Arles
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 22:14

» Dévotion aux neuf choeurs des Sts Anges du vénérable Boudon
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 22:01

» Docteur Kelly Bowring – L’avertissement, le miracle et l’apocalypse
Mgr Schneider Emptypar Philippe Hier à 7:58

» Mais jusqu'où va aller la dégringolade ?
Mgr Schneider Emptypar Philippe Hier à 6:55

» 25 août Saint Louis
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Sam 24 Aoû - 22:04

» En vrac... Récents Messages du Ciel... qui en disent long !
Mgr Schneider Emptypar Philippe Ven 23 Aoû - 23:13

» 24 août : Saint Barthélemy ( Nathanaël)
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Ven 23 Aoû - 22:09

» 23 août : Sainte Rose de Lima
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 22 Aoû - 19:42

» Nouvelles du Père James MANJACKAL ... Miracle : Il marche !
Mgr Schneider Emptypar Françoise Jeu 22 Aoû - 16:20

» L'Evangile du jour... Prions, méditons.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Jeu 22 Aoû - 9:14

» Marie et la France... 500 è anniversaire des App. à Notre Dame de Grâces.
Mgr Schneider Emptypar Philippe Mer 21 Aoû - 22:13

» Du blog de Jeanne Smits...
Mgr Schneider Emptypar Philippe Mer 21 Aoû - 21:53

» Cardinal Pell, persécution religieuse
Mgr Schneider Emptypar Philippe Mer 21 Aoû - 21:50

» 22 août Sainte Marie Reine
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Mer 21 Aoû - 21:13

» Rubrique De tout et de rien !
Mgr Schneider Emptypar Françoise Mer 21 Aoû - 12:43

» Petit intermède... Semaine du 15 août consacrée à Marie, Notre Très Sainte Mère.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Mer 21 Aoû - 9:10

» Tu as porté Celui qui porte tout. (Cté de l'Emmanuel)
Mgr Schneider Emptypar Françoise Lun 19 Aoû - 11:31

» Les trois jours de ténèbres.
Mgr Schneider Emptypar Philippe Lun 19 Aoû - 9:03

» Notre Dame de Paris en feu.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Dim 18 Aoû - 17:22

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 21:25

» Le blog de Philippe Poindron
Mgr Schneider Emptypar Philippe Ven 9 Aoû - 20:31

» Sainte Vierge Marie - Notre Dame du Rosaire.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 18:03

» En ce beau mois d'Août, on prie le Coeur Immaculé de Marie !
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 17:12

» Père Marie-Do contre Jean-Paul II, la décadence de la Cté St Jean.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 16:31

» L’épée de l’archange saint Michel
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 9:00

» En France, la culture de mort ne fait que se renforcer.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 8:36

» Prière à Sainte Jeanne d'Arc.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 8:30

» L'ESCORIAL ... Luz Amparo nous enseigne sur les faux prophètes.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 8:19

» Grande neuvaine de l'Assomption.
Mgr Schneider Emptypar Françoise Ven 9 Aoû - 8:14

» L'Islam
Mgr Schneider Emptypar Philippe Jeu 8 Aoû - 23:26

» 9 août : Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 8 Aoû - 21:17

» Que Notre Dame de Garabandal nous bénisse tous !
Mgr Schneider Emptypar Françoise Jeu 8 Aoû - 8:40

» 8 août : Saint Dominique de Guzman
Mgr Schneider Emptypar ami de la Miséricorde Mer 7 Aoû - 21:38


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Mgr Schneider

Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe
consacré
consacré
Philippe

Messages : 1152
Date d'inscription : 03/08/2010
Age : 71
Localisation : Maisons Laffitte

Mgr Schneider Empty
MessageSujet: Mgr Schneider   Mgr Schneider EmptyDim 9 Sep - 21:53

C’est un texte de Mgr Schneider, évêque auxiliaire d’Astana, qui propose quelques solutions concernant l’interprétation du dernier concile. Mgr Schneider est déjà monté au créneau sur les questions doctrinales. La traduction, faite par Jeanne Smits, a été relue Mgr Schneider. Pour ne retenir qu’une seule affirmation, on peut citer cette remarqué pertinente de l’évêque: “le problème de la crise actuelle de l’Eglise consiste en partie dans le fait que certaines affirmations de Vatican II qui sont objectivement ambiguës, ou ses rares affirmations qui peuvent difficilement s’accorder avec la tradition magistérielle constante de l’Eglise ont été « infaillibilisées ». C’est par ce moyen qu’on a bloqué le sain débat assorti d’une nécessaire correction implicite ou tacite.” Le traducteur, que nous remercions, souhaite une large circulation de ce texte. C’est précisément ce que Riposte catholique entend faire. On pourra également se reporter à l’analyse du site fsspx.news.fr.


La situation de crise sans précédent où se trouve actuellement l’Eglise est comparable à la crise générale au IVe siècle, lorsque l’arianisme, ayant contaminé l’immense majorité de l’épiscopat, occupait une position dominante dans la vie de l’Eglise. Nous devons chercher à aborder cette situation avec réalisme, d’une part, et de l’autre, avec un esprit surnaturel – avec un profond amour de l’Eglise, notre mère, qui souffre la Passion du Christ en raison de cette confusion doctrinale, liturgique et pastorale formidable et généralisée.
Nous devons renouveler cette foi par laquelle nous croyons que l’Eglise est entre les mains très sûres du Christ, sachant qu’Il intervient toujours pour renouveler l’Eglise au moment où le navire de l’Eglise semble devoir couler, comme c’est évidemment le cas de nos jours.
 
En ce qui concerne l’attitude à l’égard du concile Vatican II, nous devons éviter deux extrêmes : le rejet complet (tel celui des sédévacantistes et d’une partie de la Fraternité Saint-Pie X), ou l’« infaillibilisation » de tout ce qui a été exprimé par le concile.
 
Vatican II était une assemblée légitime présidée par les papes et nous devons garder envers ce concile une attitude respectueuse. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il nous soit interdit d’exprimer des doutes bien fondés ou des suggestions respectueuses d’amélioration en ce qui concerne certains points spécifiques, en nous basant toujours sur l’ensemble de la Tradition et du Magistère constant de l’Eglise.
 
Les affirmations traditionnelles et constantes du Magistère recouvrant une période de plusieurs siècles, ont préséance et constituent un critère de vérification par rapport à l’exactitude de déclarations magistérielles postérieures. Les nouvelles affirmations du Magistère doivent, en principe, être plus exactes et plus claires, et en aucun cas ambiguës et en contradiction apparente avec des affirmations magistérielles antérieures.
Les affirmations de Vatican II qui sont ambiguës doivent être lues et interprétées à la lumière des affirmations de la Tradition dans son ensemble et du Magistère constant de l’Eglise.
En cas de doute, les affirmations du Magistère constant (les conciles antérieurs et les documents des papes, dont le contenu est manifestement l’expression d’une tradition certaine et réitérée au cours des siècles dans le même sens) prévalent sur les affirmations objectivement ambiguës ou nouvelles de Vatican II, difficiles à accorder avec des affirmations spécifiques du Magistère antérieur constant (par exemple, le devoir de l’Etat de vénérer publiquement le Christ, Roi de toutes sociétés humaines, le sens véritable de la collégialité épiscopale par rapport à la primauté de Pierre et au gouvernement universel de l’église, la nocivité de toutes les religions non catholiques et le dangerosité qu’elles représentent pour le salut éternel des âmes).
Vatican II doit être considéré et reçu tel qu’il est, et tel qu’il était réellement : un concile avant tout pastoral. Ce concile n’avait pas pour intention de proposer des doctrines nouvelles ni de les proposer sous une forme définitive. Dans une grande partie de ses affirmations, le concile a confirmé la doctrine traditionnelle et constante de l’Eglise.
Parmi les nouvelles affirmations de Vatican II (par exemple, la collégialité, la liberté religieuse, le dialogue œcuménique et inter-religieux, l’attitude à l’égard du monde) certaines n’ont pas un caractère définitif, et comme elles se trouvent être en apparence ou en réalité en contradiction avec les affirmations traditionnelles et constantes du Magistère, elles doivent être complétées par des explications plus exactes et des suppléments plus précis, à caractère doctrinal. L’application aveugle du principe de l’« herméneutique de la continuité » n’est pas d’un réel secours puisqu’à travers celle-ci on fabrique des interprétations forcées qui ne sont pas convaincantes et qui n’aident pas à atteindre une compréhension plus claire des vérités immuables de la foi catholique et de leur application concrète.
Il y a eu des cas dans l’histoire où les affirmations non définitives de certains conciles œcuménique ont été par la suite – grâce à un débat théologique serein – précisées ou corrigées de manière tacite (par exemple, les affirmations du concile de Florence à propos de la matière du sacrement de l’ordre, à savoir que la matière serait constituée par la porrection des instruments, alors que la tradition plus sûre et constante affirmait que l’imposition des mains de l’évêque était suffisante, une vérité qui serait en fin de compte confirmée par Pie XII en 1947). Si après le concile de Florence les théologiens avaient aveuglément appliqué le principe de l’herméneutique de la continuité à cette affirmation concrète du concile de Florence (une affirmation objectivement erronée), en défendant la thèse selon laquelle la remise des instruments constituait la matière du sacrement de l’ordre était en accord avec le magistère constant, on ne serait probablement pas parvenu au consensus général des théologiens par rapport à la vérité qui affirme que seule l’imposition des mains de l’évêque constitue la matière réelle du sacrement de l’ordre.
Il est nécessaire de créer au sein de l’Eglise un climat serein de discussions doctrinales par rapport à celles des affirmations de Vatican II qui sont ambiguës ou qui ont été à l’origine d’interprétations erronées. Une telle discussion doctrinale n’a rien de scandaleux : au contraire, elle va contribuer à faire expliciter de manière plus sûre et complète le dépôt immuable de la foi de l’Eglise.
Il ne faut pas mettre à ce point l’accent sur un concile donné, qu’on en vienne à l’absolutiser et à le placer de fait sur le même pied que la parole de Dieu orale (la Tradition sacrée) ou écrite (l’Ecriture Sainte). Vatican II lui-même a très justement affirmé (cf. Dei Verbum, 10) que le Magistère (le pape, les conciles, le magistère ordinaire et universel) ne se situe pas au-dessus de la parole de Dieu mais en-dessous, lui étant subordonné: il est seulement son serviteur (serviteur de la Parole orale de Dieu, c’est-à-dire la Tradition sacrée, et de la Parole écrite de Dieu, c’est-à-dire l’Ecriture Sainte).
D’un point de vue objectif, les affirmations du Magistère (les papes et les conciles) qui ont un caractère définitif ont plus de valeur et de poids que les affirmations à caractère pastoral, dont la qualité est naturellement changeante et provisoire, sujette aux circonstances historiques ou apportant une réponse à des situations pastorales d’une période donnée, comme c’est le cas pour la plupart des affirmations de Vatican II.
L’apport original et précieux de Vatican II réside dans l’appel universel à la sainteté qui s’adresse à tous les membres de l’Eglise (chapitre 5 de Lumen Gentium), dans la doctrine relative au rôle central de Notre Dame dans la vie de l’Eglise (chapitre 8 of Lumen Gentium), dans l’importance du rôle des fidèles laïcs par rapport à la sauvegarde, la défense et la promotion de la foi catholique, et dans leur devoir d’évangéliser et de sanctifier les réalités temporelles conformément au sens pérenne de l’Eglise (chapitre 4 de Lumen Gentium), dans la primauté de l’adoration de Dieu dans la vie de l’Eglise et la célébration de la liturgie (Sacrosanctum Concilium n° 2 ; 5-10). Le reste peut être considéré jusqu’à un certain point comme secondaire, temporaire et sera, à l’avenir, probablement jugé oubliable, comme cela fut le cas pour certaines affirmations non définitives, pastorales et disciplinaires de divers conciles œcuméniques par le passé.
Les sujets suivants : Notre Dame, la sanctification par les laïcs de leur vie personnelle en même temps que la sanctification du monde selon le sens pérenne de l’Eglise, ainsi que la primauté de l’adoration de Dieu, sont les aspects les plus urgents qui doivent être vécus en notre temps. En cela Vatican II a un rôle prophétique qui, malheureusement, n’a pas encore été réalisé de manière satisfaisante.
Au lieu de vivre ces quatre aspects, une part considérable de la Nomenklatura théologique et administrative au sein de la vie de l’Eglise a promu au cours de ces cinquante dernières années, et continue de promouvoir des thèmes doctrinaux, pastoraux et liturgiques ambigus, altérant ainsi l’intention originelle du Concile ou en utilisant abusivement ses affirmations doctrinales moins claires, voire ambiguës, en vue de créer une autre Eglise – une Eglise de type relativiste ou protestant.
Nous vivons de nos jours l’aboutissement de ce développement.
Le problème de la crise actuelle de l’Eglise consiste en partie dans le fait que certaines affirmations de Vatican II qui sont objectivement ambiguës, ou ses rares affirmations qui peuvent difficilement s’accorder avec la tradition magistérielle constante de l’Eglise ont été « infaillibilisées ». C’est par ce moyen qu’on a bloqué le sain débat assorti d’une nécessaire correction implicite ou tacite.
En même temps, on a encouragé la fabrication d’affirmations théologiques contrastant avec la tradition pérenne (par exemple, en ce qui concerne la nouvelle théorie d’un double sujet suprême ordinaire du gouvernement de l’Eglise, c’est-à-dire le pape seul et le collège épiscopal tout entier ensemble avec le Pape ; la doctrine de la neutralité de l’Etat par rapport au culte public qu’il doit rendre au vrai Dieu, qui est Jésus-Christ et qui est aussi Roi de chaque société humaine et politique ; la relativisation de la vérité selon laquelle l’Eglise catholique est l’unique chemin du salut, voulu et ordonné par Dieu).
Nous devons nous libérer des chaînes qui ont « absolutisé » et entièrement « infaillibilisé » Vatican II. Nous devons réclamer un climat de débat serein et respectueux, à partir de l’amour sincère pour l’Eglise et pour la foi immuable de l’Eglise.
Nous pouvons voir un signe positif dans le fait que le 2 août 2012, le pape Benoît XVI a écrit une préface au volume relatif à Vatican II dans l’édition de ses Opera Omnia. Dans cette préface, Benoît XVI exprime ses réserves par rapport à certains contenus spécifiques dans les documents Gaudium et spes et Nostra ætate. La teneur des paroles de Benoît XVI laisse voir que des défauts concrets au sein de certaines sections de ces documents ne sont pas susceptibles d’amélioration par « l’herméneutique de la continuité ».
Une FSSPX, canoniquement et pleinement intégrée dans la vie de l’Eglise, pourrait également apporter une précieuse contribution à ce débat – tout comme le souhaitait Mgr Marcel Lefebvre. La présence canonique plénière de la FSSPX dans la vie de l’Eglise en notre temps contribuerait également à créer le climat général d’un débat constructif, de telle sorte que ce qui a été cru toujours, partout et par tous les catholiques au cours de 2 000 ans puisse être cru de manière plus claire et plus sûre également aussi de nos jours, réalisant ainsi la véritable intention pastorale des Pères du concile Vatican II.
L’intention pastorale authentique vise le salut éternel des âmes – un salut qui ne sera réalisé que par la proclamation de la volonté tout entière de Dieu (cf. Actes 20: 27). L’ambiguïté dans la doctrine de la foi et dans son application concrète (dans la liturgie et dans la vie pastorale) constituerait une menace pour le salut éternel des âmes et serait par conséquent anti-pastoral, puisque la proclamation de la clarté et de l’intégrité de la foi catholique et de son application concrète fidèle constituent la volonté explicite de Dieu.
Seule l’obéissance parfaite à la volonté de Dieu – qui nous a révélée par le Christ, Verbe incarné, et par les Apôtres, la foi véritable, la foi interprétée et pratiquée de manière constante et dans le même sens par le Magistère de l’Eglise – amènera avec elle le salut des âmes.

                                                                                   + Athanasius Schneider,

====================================================================================
Mgr Schneider Sacry_12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.monastere.biz
Invité
Invité



Mgr Schneider Empty
MessageSujet: Re: Mgr Schneider   Mgr Schneider EmptyDim 25 Nov - 17:56

Entretien avec Mgr Athanasius Schneider,
Evêque auxiliaire d'Astana au Kazakhstan.


Mgr Schneider Images?q=tbn:ANd9GcTctYmetbEpKlaVIg5fJC9Y9NJbi6qJiXsT__1poDKRWGW3I4912w

VIDÉOFORMATION NDC N°33: COMMENT RECEVOIR JÉSUS-CHRIST RÉELLEMENT PRÉSENT DANS CHAQUE HOSTIE?

Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Lien vidéo Gloria TV :

https://gloria.tv/video/1Wwmm1pDoZHZAT8BCdMQhhCh7

Fiche résumé:

http://www.nd-chretiente.com/eformation/NDC-fiche-pedagogique33.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
consacré
consacré
Françoise

Messages : 3176
Date d'inscription : 12/06/2016

Mgr Schneider Empty
MessageSujet: Re: Mgr Schneider   Mgr Schneider EmptyMer 17 Avr - 21:24

Vu sur le site "Lifesitenews" : Mgr. Anathasius SCHNEIDER donne son interprétation sur l'incendie rapide comme l'éclair qui s'est propagé Lundi Saint 15 avril 2019 et a occasionné d'énormes dégâts à la Cathédrale NOTRE DAME DE PARIS.

En partage : 

Citation :
L'interprétation de Mgr Schneider sur l'incendie de Notre-Dame


La véhémence fulgurante avec laquelle l’incendie a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris a laissé l’impression qu’un événement inattendu s’était produit comme un éclair. Et pourtant, considérée comme un phénomène, cette tragédie est survenue après une série de centaines d'attaques d'incendies systématiques visant divers objets sacrés appartenant à l'Église catholique en France au cours de l'année écoulée.

Il est également intéressant de noter que l'incendie à Notre-Dame s'est produit au début de la semaine sainte, qui est le cœur de l'année liturgique pour tous les catholiques. Comme les faits en l'espèce sont encore inconnus, nous ne disposons d'aucune preuve permettant de fonder des allégations de complot visant à détruire la cathédrale. Pourtant, il reste un sentiment intime de nausée, en particulier lorsque l’on considère la chaîne d’événements anticatholiques systématiques, de marginalisation, de discrimination et de ridicule subie par la foi catholique aux mains de l’establishment politique français et du paysage médiatique français, qui sont fermement entre les mains des puissances antichrétiennes et maçonniques en France.

Notre-Dame n'est pas seulement le signe culturel et religieux le plus symbolique de l'Église catholique de France. Étant donné que la France porte le titre de «fille aînée de l'Église», sa cathédrale principale revêt également une profonde signification culturelle et religieuse pour l'ensemble du monde catholique.

La destruction d'un signe visible d'une aussi grande étendue que la cathédrale Notre-Dame de Paris contient également un message spirituel indéniable. Le feu de Notre-Dame est sans aucun doute un signe puissant et émouvant que Dieu donne à son Église de nos jours. C’est un cri de cœur pour une conversion authentique, en premier lieu parmi les bergers de l’Église. L’incendie a en grande partie détruit Notre Dame, chef-d’œuvre séculaire de la foi catholique. C’est une représentation symbolique et hautement évocatrice de ce qui s’est passé dans la vie de l’Église au cours des cinquante dernières années, alors que les gens ont assisté à une conflagration des plus précieux chefs-d’œuvre spirituels de l’Église, c’est-à-dire l’intégrité et la beauté de la foi catholique, liturgie catholique et vie morale catholique, en particulier chez les prêtres.

L'apogée de cette conflagration spirituelle qui dure depuis plusieurs décennies s'est manifestée dans les scandales cléricaux d'abus sexuels qui ont profondément ébranlé toute l'Église. Malheureusement, force est de constater que le traitement du scandale des sévices sexuels commis par des clercs en est resté plus ou moins à la consternation émotionnelle. Les véritables racines de cette crise n’ont pas été révélées de manière transparente, pas plus qu’un remède spirituel efficace et des normes canoniques impératives n’ont été appliqués.

Dans un essai récent et détaillé, l'ancien pape Benoît XVI a identifié l'une des causes les plus importantes de la crise des abus, à savoir la perte de la vraie foi, la prédominance du relativisme moral et la formation hétérodoxe et non spirituelle de séminaristes. En réaction à la déclaration de l'ancien pape Benoît XVI, on pouvait observer un silence gêné - et même quelques critiques indignées - dans les rangs de l'establishment des théologiens libéraux et du clergé libéral, qui sont les véritables incendiaires spirituels dans l'Église aujourd'hui. Ils considèrent désormais que l'ancien pape Benoît XVI est un fauteur de troubles dont les observations franches entravent leur travail d'incendiaires.

Si les pasteurs de l'Église ne reconnaissent pas dans la conflagration de Notre-Dame un avertissement divin, ils se comporteront comme les gens de l'Histoire du Salut qui ne reconnaissaient pas les avertissements que Dieu leur avait souvent donnés à travers les paroles inconfortables et irréprochables des prophètes, catastrophes naturelles et événements divers.

La tragédie de Notre-Dame m’a spontanément fait penser aux paroles suivantes de Notre Seigneur: «Ces dix-huit personnes sur qui la tour de Siloé est tombée et les a tués, croyez-vous qu’ils ont été plus pervers que tous les autres habitants de Jérusalem? Je vous le dis, non; mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous de la même manière. ”(Lc 13: 4-5)

La conflagration tragique de la cathédrale Notre-Dame à Paris est également une occasion propice pour tous les membres de l'Église de faire pénitence pour les actes de trahison commis contre le Christ et ses enseignements divins dans la vie de l'Église au cours des cinquante dernières années. La pénitence et la réparation doivent être faites, en particulier pour avoir trahi le commandement de Dieu le Père selon lequel toute l'humanité devrait croire en son Fils divin, le seul Sauveur de l'humanité. Car Dieu ne veut positivement que l'unique et unique religion qui croit que son Fils incarné est Dieu et le seul Sauveur de l'humanité. Il faut aussi faire pénitence et réparation pour avoir trahi le commandement explicite du Christ d’évangéliser toutes les nations sans exception, au premier rang desquelles le peuple juif. Car c’est à eux que Christ a envoyé pour la première fois ses apôtres, afin de les amener à croire en lui et en la nouvelle et éternelle alliance pour laquelle l’ancienne et temporaire alliance a été établie.

Si les pasteurs de l'Église refusent de faire pénitence pour la conflagration spirituelle des cinquante dernières années et pour la trahison du commandement universel du Christ d'évangéliser, nous ne devrions pas craindre que Dieu n'envoie un autre et un signe plus choquant, comme une conflagration dévastatrice ou un tremblement de terre qui détruirait la basilique Saint-Pierre à Rome ? Tant de bergers de l'Église de notre époque ne se moqueront pas indéfiniment et sans vergogne de Dieu, par leur trahison de la Foi, leur service sycophantique du monde et leur culte néo-païen des réalités temporelles et terrestres. Ces paroles du Christ sont également adressées à eux: «Je vous le dis, si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous de la même manière» (Lc 13, 5).

Puisse le feu de la cathédrale Notre-Dame de Paris, si triste et si déplorable qu'il soit, raviver, surtout chez les bergers de l'Église, un amour et un zèle pour la vraie Foi catholique et pour la fervente évangélisation de tous ceux qui ne l'ont pas encore croire en Christ. Et qu’ils soient attentifs à ne pas marginaliser et lâcher le peuple juif et musulman de cette forme exceptionnelle de charité. Puisse le feu de Notre-Dame servir également à enflammer les Bergers de l'Église d'un esprit de véritable repentir, afin que Dieu puisse accorder à tous la grâce d'un renouveau dans la vraie Foi et dans le véritable amour du Christ, Notre Seigneur, Notre Dieu et notre sauveur.

Lorsque la cathédrale Notre-Dame de Paris a commencé à brûler, un groupe de fidèles, composé d'enfants et de jeunes, s'est agenouillé à terre et a chanté le Je vous salue, Marie Ce fut l'un des signes les plus touchants et les plus puissants sur le plan spirituel au milieu d'une grande tragédie. Que la Madone, Auxiliatrice, intercède pour nous afin que les Bergers de l'Eglise puissent commencer, avec l'aide des fidèles laïcs, à reconstruire les ruines spirituelles de la vie de l'Eglise de nos jours. Dans l'Église, comme à Paris, un processus de réparation et de reconstruction est un signe d'espoir.

17 avril 2019

Athanasius Schneider, évêque auxiliaire de l'archidiocèse de Sainte Marie d'Astana


Revenir en haut Aller en bas
Philippe
consacré
consacré
Philippe

Messages : 1152
Date d'inscription : 03/08/2010
Age : 71
Localisation : Maisons Laffitte

Mgr Schneider Empty
MessageSujet: Re: Mgr Schneider   Mgr Schneider EmptyJeu 18 Avr - 0:42

Enfin une vraie parole, complète.

====================================================================================
Mgr Schneider Sacry_12
Revenir en haut Aller en bas
http://www.monastere.biz
Contenu sponsorisé




Mgr Schneider Empty
MessageSujet: Re: Mgr Schneider   Mgr Schneider Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mgr Schneider
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passerelle ETG100 Schneider et PcVue
» Romy Schneider
» Choix d'une solution centralisée
» Pastiche du poème "Tu dis"
» Communion dans la main

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR. :: LES FORUMS CHRÉTIENS :: NOS PRÊTRES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: