Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Sous le regard des trois Blancheurs, suivre Jésus et Marie fut-ce au milieu des pires tempêtes, mais dans la paix, la joie et l'amour.
 
ajouter des sujajouter des suj  AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» La Divine Volonté Pères J-Jacques et Dominique/ & homélies
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 22:30

» 19 septembre : Notre Dame de la Salette
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 22:06

» Dévotion aux neuf choeurs des Sts Anges du vénérable Boudon
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar ami de la Miséricorde Hier à 21:43

» Rubrique De tout et de rien !
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Hier à 17:01

» 23 juillet Sainte Brigitte de Suède
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Hier à 16:51

» Luisa PICCARRETA la petite fille de la DIVINE VOLONTE.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 16:14

» Abbé Fabrice Loiseau (Missionnaires de la Miséricorde Divine)
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 15:33

» Grr.. Toutes ces injustices actuelles qui nous horripilent.. Le mal en action. !
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 14:38

» Bioéthique catholique : un blog créé pour les catholiques répondant à l'appel.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 8:31

» Père James Manjackal
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 8:22

» Comment fait Google pour cacher les articles ds les résultats de recherche !
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 7:04

» L'Evangile du jour... Prions, méditons.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Hier à 6:46

» 18 septembre : Saint Joseph de Cupertino
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar ami de la Miséricorde Mar 17 Sep - 22:09

» Marie et la France... 500 è anniversaire des App. à Notre Dame de Grâces.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Mar 17 Sep - 20:18

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Mar 17 Sep - 19:33

» 17 septembre : Sainte Hildegarde de Bingen
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Mar 17 Sep - 17:33

» L'IMPOSTURE
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Lun 16 Sep - 16:17

» Hong-Kong, le Pape se tait pour obéir à Pékin.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Lun 16 Sep - 15:32

» Vocation. Attention danger.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Lun 16 Sep - 14:04

» Mgr Viganò publie une nouvelle lettre
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Lun 16 Sep - 12:12

» 16 septembre : Sainte Mechtilde (Mathilde) de Magdebourg
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar ami de la Miséricorde Lun 16 Sep - 1:44

» Institut JPII proposera des cours favorables à la contraception et aux gay
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Dim 15 Sep - 10:10

» 15 septembre : Notre-Dame des Douleurs
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar ami de la Miséricorde Sam 14 Sep - 22:54

» Femme revêtue de soleil (groupe Arche d'alliance)
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Sam 14 Sep - 17:14

» 14 septembre : La Croix Glorieuse du Christ
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Sam 14 Sep - 16:45

» Nés d'une PMA Tout va bien ?
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Sam 14 Sep - 9:45

» Le pape Benoît accepte tacitement que sa démission était invalide
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Ven 13 Sep - 23:50

» New-age, attention
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Philippe Ven 13 Sep - 11:42

» 13 septembre : Saint Jean Chrysostome
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 12 Sep - 22:14

» 12 septembre : Fête du Saint Nom de Marie
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 12 Sep - 21:38

» Fête du Très Saint Nom de Marie en ce 12 septembre... Prions.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Jeu 12 Sep - 16:15

» En vrac... Récents Messages du Ciel... qui en disent long !
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Jeu 12 Sep - 15:28

» Le site Proliturgia.org et Ses rubriques intéressantes à relayer.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Jeu 12 Sep - 15:02

» La vie dans nos diocèses - Eglise en Lozère.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Mer 11 Sep - 6:42

» Mon espoir est dans Le Seigneur.
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Emptypar Françoise Mer 11 Sep - 6:13


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Le Saint Curé d'Ars et ses sermons.

Aller en bas 
AuteurMessage
Françoise
consacré
consacré
Françoise

Messages : 3312
Date d'inscription : 12/06/2016

Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Empty
MessageSujet: Le Saint Curé d'Ars et ses sermons.   Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. EmptyMar 3 Sep - 16:21

Jean-Baptiste-Marie Vianney, le saint curé d'Ars, naquit en 1786 et mourut en 1859.
 En 1905, il a été béatifié par Pie X et déclaré «patron des prêtres de France»
En 1925, il a été canonisé par Pie XI.
En 1929, il a été déclaré «patron de tous les curés de l'univers» par Pie XI. 


Il est bon de relire quelquefois quelques uns de ses sermons. Aujourd'hui, reprenons le SERMON  SUR L'ENFER DES CHRETIENS.


Citation :
Ibi erit fletus et stridor dentium. 
Il y aura des pleurs ; et des grincements de dents. (S. Matth., VIII, 12.)



Nous lisons dans l'Évangile que, lorsque le Sauveur fut entré à Capharnaüm, un centenier vint le trouver, lui disant : « Seigneur, mon serviteur est malade dans ma maison, d'une paralysie dont il souffre beaucoup. » - « Eh bien ! lui dit ce bon Sauveur, j'irai et je le guérirai. » - « Ah ! mon Seigneur, lui dit le centenier, je ne suis pas digne que vous entriez dans ma maison ; mais dites seulement une parole, et mon serviteur sera guéri. Puisque moi qui suis un homme sujet à des commandements, cependant j'ai des soldats sous moi, je dis à l'un : Allez là, et il y va ; à un autre : Venez ici, et il vient ; et à mon serviteur : Faites cela, et il le fait. » Jésus l'ayant entendu parler ainsi en fut ravi d'admiration, et dit à ceux qui le suivaient : « Je vous dis en vérité que je n'ai point trouvé une foi si vive en tout Israël. C'est pourquoi je vous déclare que plusieurs viendront de l'Orient et de l'Occident et seront placés avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux, tandis que les enfants du royaume seront jetés dehors dans les ténèbres, et là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »


Qui est celui d'entre nous, M. F., qui, voulant bien se donner la peine de pénétrer le sens de ces paroles, ne se sentirait pas pénétré et saisi de frayeur jusqù au désespoir en pensant que ce sont véritablement les mauvais chrétiens qui sont ces malheureux, qui seront chassés du royaume des cieux et jetés dans les ténèbres extérieures, c'est-à-dire, M. F., en enfer, où il y aura des pleurs et des grincements de dents : tandis que des idolâtres et des païens, qui n'ont jamais eu le bonheur de connaitre Jésus-Christ, ouvriront les yeux de l'âme, quitteront la voie de la perdition, viendront se ranger dans le sein de l'Église, et prendre la place que ces mauvais chrétiens ont perdue par le mépris des grâces qu'ils ont reçues. Mais ce n'est pas encore assez, M. F. Les chrétiens damnés souffriront en effet des tourments infiniment plus rigoureux que les infidèles. La raison en est que ces étrangers seront damnés en partie parce qu'ils n'ont jamais entendu parler de Jésus-Christ et de sa religion ; qu'ils ont vécu et qu'ils sont morts dans l'ignorance : tandis que les chrétiens ont vu, dès l'âge de raison, le flambeau de la foi briller devant eux comme un beau soleil et ont reçu des lumières plus que suffisantes pour connaître ce qu'ils devaient à Dieu, au prochain et à eux-mêmes.


 Ô enfer des chrétiens, que tu seras terrible et rigoureux ! Mais je vais vous dire, M. F., et pourrez-vous l'entendre sans frémir ? qu'autant, le ciel est éloigné de la terre, autant l'enfer des infidèles sera éloigné de celui des chrétien. Si vous en voulez savoir la raison. M, F., la voici. Si Dieu est juste, comme nous ne pouvons en douter, il doit punir une âme en enfer â proportion des grâces qu'elle a reçues et méprisées, des connaissances qu'elle avait pour servir Dieu. Après cela, il est donc bien juste qu'un chrétien damné souffre infiniment plus qu'un infidèle dans l'enfer, parce que les grâces, les moyens pour se sauver étaient infiniment plus grands. Pour nous faire sentir, M. F., la nécessité de profiter des grâces que nous recevons dans notre sainte religion, je vais vous montrer combien un chrétien damné sera plus tourmenté qu'un infidèle.


Pour vous faire comprendre, M. F., la grandeur des tourments qui sont réservés aux mauvais chrétiens, il faudrait être Dieu lui-même, parce qu'il n'y a que lui seul qui le comprenne, et les damnés seuls le sentent, puisque Dieu est infini dans ses punitions comme dans ses récompenses. Quand le bon Dieu me donnerait le pouvoir de traîner ici, à ma place, un infâme Judas qui a commis un horrible sacrilège en communiant indignement et en vendant son divin Maître, ce que font si souvent les mauvais chrétiens par leurs confessions et leurs communions indignes, son seul cri serait de me dire : Oh ! je souffre ! Triste langage qui ne peut exprimer ni la grandeur, ni la longueur de leurs souffrances ! O enfer des chrétiens, que tu seras terrible ! puisque Jésus-Christ semble épuiser sa puissance, sa colère et sa fureur pour faire souffrir ces mauvais chrétiens. O mon Dieu, peut-on bien y penser, et se sentir de ce nombre, et vivre tranquille ! Mon Dieu, quel malheur est comparable à celui de ces chrétiens ! - Mais, me direz-vous, d'après cela il semblerait qu'il y a plusieurs enfers. - Eh bien ! M. F., moi, je vous dirai que, si les souffrances et les tourments des damné étaient les mêmes, Dieu ne serait pas juste.


Je dis de plus, qu'il y a autant d'enfers que de damnés, et que leurs souffrances sont grandes à proportion de la grandeur et du nombre des péchés qu'ils ont commis et des grâces qu'ils ont méprisées. Dieu, qui est tout-puissant, nous rend sensibles à notre malheur à proportion que le mal que nous avons fait est grand. Il en est des damnés comme des saints. Ceux-ci sont tous heureux, il est vrai ; cependant, il y en a qui sont plus élevés en gloire, et cela, selon les pénitences et les autres bonnes oeuvres qu'ils ont faites pendant leur vie. Il en est de même des damnés : ils sont tous malheureux, tous privés de la vue de Dieu, ce qui est le plus grand de tous les malheurs ; car si un damné avait le bonheur de voir le bon Dieu, tous les mille ans une fois, et cela pendant cinq minutes, son enfer cesserait d'être un enfer. Oui, M. F., le bon Dieu nous rendra sensibles à cette privation et aux autres tourments, selon le nombre, la grandeur, et la malice des péchés que nous aurons commis. Dites-moi, M. F., pouvons-nous entendre, sans frémir, le langage de ces impies qui vous disent qu'ils aiment autant être damnés pour beaucoup que pour peu ?
Hélas ! malheureux, vous n'avez donc jamais pensé que plus vos péchés seront multipliés, et plus ils seront commis avec malice, plus vous souffrirez en enfer ? Delà je conclus, M. F., que les chrétiens qui ont péché avec plus de connaissance, qui ont été obligés tant de fois de se faire violence pour étouffer les remords de leur conscience, qui ont méprisé tontes ces saintes inspirations et tous ces bons désirs que Dieu leur a donnés, sont d'autant plus coupables ; il est donc bien juste, dis-je, que la justice de Dieu se fasse sentir plus rigoureusement sur eux que sur ces pauvres infidèles qui ont péché, en partie, sans connaître le mal qu'ils faisaient, et sans savoir celui qu'ils outrageaient, sans connaître la bonté et l'amour d'un Dieu pour ses créatures. Si les idolâtres, nous disent les saints, sont damnés pour avoir transgressé les lois de Dieu qu'ils ne connaissaient pas, des lois qu'ils n'ont pas connues (1), quelle sera donc la punition des chrétiens qui sentent si bien le mal qu'ils font, les devoirs qu'ils ont à remplir ? qui comprennent combien ils outragent Dieu, qui savent les maux qu'ils se préparent pendant l'éternité ; et qui, malgré tout cela, ne laissent pas de pécher ? Non, non, M. F., la puissance et la colère de Dieu semblent n'être pas assez grandes ni l'éternité assez longue pour punir ces malheureux.


 Oui, M. F., il me semble voir ces flammes allumées par la justice de Dieu se refuser à faire souffrir ces peines aux idolâtre et se tourner avec une fureur épouvantable sur ces malheureux chrétiens réprouvés. En effet, M. F., qui ne serait pas touché de compassion en voyant briller ces nations étrangères ? Ah ! doivent-elles s'écrier du milieu des flammes qui les dévorent : Mon. Dieu, pourquoi nous avez-vous jetés dans ces abîmes de feu ? Nous ne savions pas ce qu'il fallait faire pour vous aimer. Si nous vous avons outragé, c'est que nous ne vous connaissions pas. Ah ! Seigneur, si l'on nous avait dit, comme aux chrétiens, tout ce que vous aviez fait pour nous, combien vous nous aimiez, ah ! non, jamais nous n'aurions eu le malheur de vous offenser. Hélas ! il me semble que je vois Jésus-Christ qui se bouche les oreilles pour ne pas entendre les cris de ces pauvres malheureux. Non, M. F., Jésus-Christ est trop bon pour ne pas se laisser toucher. S'il ne nous avait pas dit que, sans le baptême et hors de l'Église, nous ne pouvons pas espérer le ciel, pourrions-nous bien croire que ces pauvres âmes soient damnées sans avoir su ce qu'il fallait faire pour se sauver ? Non, M. F., il me semble que Jésus-Christ ne peut pas porter les yeux sur ces pauvres infortunées sans en être touché de compassion. Mais qu'elles se consolent dans leurs malheurs : les maux qu'elles vont endurer seront infiniment moins rigoureux que ceux des chrétiens. Mon Dieu ! pourra dire chacune d'elles, pourquoi m'avez-vous jeté dans ce feu (2) ?


Mais, d'un autre côté, M. F., écoutez les cris, les hurlements des chrétiens damnés : Hélas ! que je souffre ! Je ne vois, je ne touche, et je ne sens, et je ne suis que feu. Ah ! si je suis damné, c'est bien par ma faute ; je savais bien tout ce qu'il fallait faire pour me sauver, et j'avais tous les moyens plus que nécessaires pour cela. Hélas ! en péchant, je savais très bien que je perdais mon Dieu, mon âme et le ciel, et que je me condamnais pour jamais à brûler dans les enfers ! Ah ! rnallreureux ! je suis bien puni parce que je l'ai voulu. Le bon Dieu qui, tant de fois, m'a offert mon pardon et toutes les grâces qu'il me fallait pour cela, le bon Dieu me poursuivait sans cesse par des remords de conscience qui me dévoraient et qui semblaient me forcer à sortir du péché, et je n'ai pas voulu, et je suis damné ! Je ne me suis servi de toutes les lumières que cette belle religion me fournissait, que pour pécher avec plus de malice. Oui, mon Dieu, dira ce chrétien pendant l'éternité, punissez-moi, c'est bien juste, parce que, si vous vous êtes incarné, si vous avez essuyé tant d'humiliations, tant de tourments, une mort si douloureuse et si honteuse, ce n'était que pour me porter à opérer le salut de mon âme. Toute cette belle religion que vous avez établie, oh vous versez avec tant d'abondance vos grâces pour les pécheurs, n'était que pour mon salut ; oui, mon Dieu, je savais tout cela.


Oui, M. F., un chrétien damné aura, pendant toute l'éternité, devant les yeux, toutes les bonnes pensées, tous les bons désirs, toutes les bonnes oeuvres qu'il aurait pu faire et qu'il n'a pas faites, tous les sacrements qu'il n'a pas reçus et qu'il aurait pu recevoir, toutes les prières manquées, toutes les messes qu'il a mal entendues et qu'il aurait très bien pu entendre comme il faut, ce qui lui aurait grandement aidé à sauver sort âme. Oui, M. F., ce mauvais chrétien se rappellera toutes les instructions qu'il a manquées ou qu'il a méprisées, et par lesquelles il aurait si bien pu connaître ses devoir. Ah ! disons mieux, M. F., tous ces souvenirs seront comme autant de bourreaux qui le dévoreront.


Eh bien ! M. F., de tout cela, le bon Dieu n'aura rien à reprocher aux pauvres idolâtres. Non, M. F., ils ne savaient ce que c'était que de penser au bon Dieu, ni de l'aimer, ni les moyens qu'il fallait employer pour aller au ciel ; ce qui a fait dire à plusieurs saints que tout ce que le bon Dieu pouvait inventer pour faire souffrir les chrétiens damnés ne sera pas trop rigoureux pour eux, puisqu'ils connaissaient si bien ce qu'il fallait faire pour aller au ciel et plaire à Dieu. Voyez, M. F., s'il n'est pas juste que nous souffrions dans l'autre vie plus que les païens. Ecoutez avec quelle malice le chrétien pèche sur la terre, avec quelle audace il se révolte contre Dieu. Oui, Seigneur, lui dit-il, je sais que vous êtes mon Dieu, mon créateur, que c'est vous qui avez souffert, qui êtes mort pour moi, qui m'avez aimé plus que vous-même, qui ne cessez de m'appeler à vous par votre grâce, par les remords de ma conscience et par la voix de mes pasteurs ; eh bien ! je me moque de vous et de toutes vos Grâces. Vous m'avez fait des commandements que vous ordonnez d'observer sous peine des châtiments les plus rigoureux : je me moque de vous, et de vos commandements, et de vos menaces. Vous m'avez donné toutes les lumières nécessaires pour comprendre toute la beauté de notre sainte religion et le bonheur qu'elle nous procure ; eh bien ! je ferai tout le contraire de ce qu'elle me commande. Vous me menacez que si je reste dans le péché j'y périrai, c'est précisément pour cela que je ne veux pas en sortir. Je sais très bien que vous avez institué des sacrements par lesquels nous pouvons si bien sortir de sa tyrannie : et non seulement je ne veux pas en profiter, mais je veux encore mépriser et railler ceux qui y auront recours, pour les porter à faire comme moi. Je sais que vous êtes réellement présent dans le sacrement adorable de l'Eucharistie, ce qui devrait me porter à ne paraître devant vous qu'avec un grand respect et un saint tremblement, surtout étant aussi pécheur que je le suis : malgré cela, je veux ne venir dans vos églises et au pied de vos autels que pour vous mépriser et me moquer de vous par mon peu de respect et de modestie. Oui, dira cette fille mondaine et perdue, je veux par mes parures et par mon air séduisant vous ravir l'honneur que l'on vous rend : je prendrai tous les moyens possibles pour vous ravir les coeurs ; je tâcherai d'allumer dans les coeurs, par mes manières infernales, les feux impurs qui vous les rendront un objet d'horreur. Vous voulez m'aimer ? Je ferai tout ce que je pourrai pour vous mépriser. Vous me dites que je serai heureuse, si je veux, pendant l'éternité, si je vous sers fidèlement ; mais que, si je fais le contraire, vous me jetterez dans les abîmes, où vous me ferez souffrir des maux sans fin : je me moque de l'un et de l'autre.
Mais, pensez-vous, nous ne disons pas cela en péchant ; nous péchons, il est vrai, mais nous ne tenons pas ce langage. - Mon ami, vos actions le disent, toutes les fois que vous péchez, connaissant le mal que vous faites. 


En doutez-vous, M. F. ? Dites-moi, quand vous travaillez le saint jour du dimanche, ou que vous faites gras les jours défendus, quand vous jurez, ou quand vous dites des paroles sales, vous savez très bien que vous outragez le bon Dieu, que vous perdez votre âme et le ciel, et que vous vous préparez un enfer. Vous savez bien qu'étant dans le péché, si vous n'avez pas recours au sacrement de pénitence, vous ne serez jamais sauvé. Allez, vieux pécheurs endurcis, allez, bourbier d'iniquité, les nations étrangères vous attendent pour vous montrer que, si vous avez fait le mal, vous le saviez très bien. D'après cela, M. F., il est donc bien juste qu'un chrétien qui pèche avec tant de connaissance et de malice, soit puni plus rigoureusement dans l'autre vie qu'un infidèle qui a péché, pour ainsi dire, sans savoir qu'il faisait le mal. Dites-moi, M. F., comptez-vous pour rien tous ces bienfaits dont le bon Dieu vous a favorisés de préférence aux païens, et que vous avez méprisés ?
Ah ! M. F., que les tourments que le bon Dieu prépare aux mauvais chrétiens sont affreux ! Pouvons-nous entendre sans frémir ce que nous dit saint Augustin, qu'il y a des chrétiens qui, seuls, en enfer, souffriront plus que des nations entières de païens, parce que, dit-il, il y a des chrétiens qui ont plus reçu de grâces à eux seuls que des nations entières d'idolâtres. Non, mes enfants, nous dit saint Jean Chrysostôme, les péchés des chrétiens ne sont plus des péchés, mais des sacrilèges et des plus horribles, en comparaison des péchés des idolâtres. Non, non, mauvais chrétiens, leur dit-il, il n'est plus question de péchés chez vous, mais des sacrilèges les plus horribles.


Mais, pensez-vous, c'est bien fort ! - M. F., en voulez-vous la preuve ? La voici : qu'est-ce que c'est qu'un sacrilège ? - C'est, me direz-vous, la profanation d'une chose sainte, consacrée à Dieu, comme sont nos églises qui ne sont destinées qu'à la prière ; c'est une profanation, lorsque nous y paraissons sans respect, sans modestie, que nous y causons, rions ou dormons. C'est, me direz-vous, la profanation d'un ciboire qui est destiné à renfermer Jésus-Christ sous les espèces du pain, ou encore d'un calice, qui est sanctifié par l'attouchement du corps adorable de Jésus-Christ et de son sang précieux. - Eh bien ! nous dit saint Jean Chrysostôme, nos corps sont tout cela par le saint baptême. Le Saint-Esprit en fait son temple par la sainte communion ; nos coeurs sont semblables à un ciboire qui renferme Jésus-Christ : « nos membres ne sont-ils pas les membres de Jésus-Christ (I Cor., VI, 15.) ? » La chair de Jésus-Christ ne se mêle-t-elle pas avec la nôtre ? Son sang adorable ne coule-t-il pas dans nos veines ? Ah ! malheureux que nous sommes, avons-nous jamais fait ces réflexions, que, chaque fois que nous péchons, nous faisons une profanation et un sacrilège affreux ? Non, non, M. F., jamais nous n'avons arrêté notre pensée là-dessus, et si avant de pécher nous en étions convaincus, il nous serait impossible de pécher. Hélas ! mon Dieu, que le chrétien connaît peu ce qu'il fait en péchant !


Mais, me direz-vous, si tous ces péchés qui sont si communs dans le monde, sont des profanations et des sacrilèges si injurieux au bon Dieu, quel nom devons nous donner à ce que nous appelons sacrilège, et que nous commettons lorsque nous cachons nos péchés ou les déguisons par crainte ou par honte en nous confessant ? - Ah ! M. F., peut-on bien s'arrêter, sans mourir d'horreur, à la pensée d'un tel crime, qui jette la désolation dans le ciel et sur la terre ! Ah ! M. F., un chrétien peut-il bien porter sa fureur jusqu'à un tel excès, contre son Dieu et son Sauveur ? Un chrétien, M. F., qui aurait commis un seul sacrilège dans sa vie, pourrait-il encore vivre ? Oh ! non, M. F. : il n'y a plus de termes, ni d'expressions pour dépeindre la grandeur, la noirceur et l'horribilité d'un tel monstre. Un chrétien, dis-je, qui, au tribunal de la pénitence, où un Dieu a porté la grandeur de sa miséricorde au-delà de ce que jamais les anges même pourront comprendre : ah ! que dis-je, un chrétien qui, tant de fois a éprouvé l'amour de son Dieu, pourrait-il bien se rendre coupable d'une telle atrocité envers un Dieu si bon ? Un chrétien, dis-je, à la table sainte, aura le coeur, le courage d'arracher son Dieu d'entre les mains du prêtre pour le traîner au démon ? Ah ! malheur épouvantable ! ah ! malheur incompréhensible ! un chrétien aura le barbare courage d'égorger son Dieu, son Sauveur, et son père le plus aimable ! Ah ! non, non, l'enfer, dans toute sa fureur, n'a jamais rien pu inventer de semblable ! Ô anges du ciel, venez, venez au secours de votre Dieu qui est meurtri et égorgé par ses propres enfants ! Ah ! non, non, jamais l'enfer n'a pu porter sa fureur à un tel excès ! Ah ! Père éternel, comment pouvez-vous souffrir de telles horreurs contre votre divin Fils, qui nous a tant aimés, et qui a perdu si volontiers sa vie pour réparer la gloire que le péché nous avait ravie !


Un chrétien qui serait coupable d'un tel péché, pourrait-il même marcher, sans qu'il lui semble que la terre, à chaque instant, va s'ouvrir sous ses pieds pour l'engloutir dans les enfers ? Ah ! M. F . si la pensée d'un tel crime ne vous fait pas frémir d'horreur et ne glace pas le sang dans vos veines, hélas ! vous êtes perdus ! ah ! non, non, plus de ciel pour vous, le ciel vous a rejetés ! Non, non, M. F., i1 n'y a point de châtiment assez grand pour punir un tel crime, qui étonne les démons eux-mêmes ! Venez, malheureux, venez, vieux infâmes, nous dit saint Bernard, venez, bourreaux de Jésus-Christ. Quoi, malheureux ! vous avez commis un sacrilège, vous sur qui l'on a fait ruisseler le sang adorable de Jésus-Christ dans le tribunal de la pénitence ! Malheureux, nous dit-il, vous avez caché vos péchés, vous avez eu la barbarie d'aller vous asseoir à la table sainte pour y recevoir votre Dieu ! Arrêtez ! arrêtez ! ah ! monstre d'iniquité, ah ! de grâce, épargne ton Dieu ! ah ! non, non, jamais l'enfer ne peut porter sa fureur jusqu'à un tel excès. Ah ! M. F., si des nations étrangères souffrent déjà des tourments si affreux en enfer, quelle sera donc la grandeur des tourments des chrétiens et des chrétiennes qui, tant de fois pendant leur vie, ont commis des sacrilèges. Ah ! non, non, M. F., l'enfer ne sera jamais assez rigoureux, ni l'éternité assez longue pour punir ces monstres de cruauté. Oh ! quel spectacle, nous dit le grand Salvien, de voir des chrétiens en enfer ! Hélas ! nous dit-il, que sont devenues ces brillantes lumières et toutes ces belles qualités qui semblaient rendre les chrétiens presque semblables aux anges ? O mon Dieu, peut-on bien concevoir quelque chose de plus effrayant ! un chrétien en enfer ! un baptisé trouvé parmi les démons ! un membre de Jésus-Christ dans les flammes ! dévoré par les esprits infernaux ! un enfant de Dieu entre les dents de Lucifer !


Venez, nations étrangères, venez, peuples malheureux, qui n'avez jamais connu celui que vous avez offensé et qui vous a jetés dans les flammes, venez ; il est juste que vous soyez les bourreaux de ces chrétiens réprouvés, qui avaient tant de moyens d'aimer Dieu, de lui plaire, et de gagner le ciel, et qui n'ont passé leur vie qu'à faire souffrir Jésus-Christ, lui qui a tant désiré de les sauver ! Venez écouter Jésus-Christ lui-même, qui nous dit qu'au jugement, les Ninivites qui étaient une nation infidèle, oui, nous dit-il, les Ninivites se lèveront contre ces peuples ingrats et les condamneront. Ces Ninivites, à la seule prédication de Jonas, qui leur était inconnu, font pénitence et quittent le péché (Matth., XII, 41.) ; et des chrétiens à qui cette parole sainte a tant de fois été prodiguée ; oui, cette parole divine, qui n'a cessé de retentir à leurs oreilles, mais, hélas ! qui n'a pas frappé leur coeur endurci, ces chrétiens ne se sont pas convertis. Hélas ! M. F., si tant de grâces, tant d'instructions, tant de sacrements avaient été donnés aux pauvres idolâtres, que de saints, que de pénitents, qui auraient peuplé le ciel ! tandis que tous ces biens ne serviront qu'à vous endurcir davantage dans le crime.


Ah ! terrible moment où Jésus-Christ va décider les différents degrés de souffrance que nous endurerons dans les enfers ! Hélas ! M. F., cela se fera à proportion des grâces que nous avons reçues et méprisées. Oui, autant de grâces reçues et méprisées et autant de degrés plus profonds en enfer. Oui, M. F., une seule grâce aurait suffi à un chrétien pour le sauver, s'il avait voulu en profiter, et il en aura reçu et méprisé des mille et des mille ! Hélas ! M. F., si chaque grâce méprisée sera un enfer pour un chrétien, ah ! mon Dieu, quel malheur éternel pour ces mauvais chrétiens ! 


Hélas ! M. F., il faudrait pouvoir entendre ces chrétiens réprouvés du milieu des flammes où la justice de Dieu les a précipités ! Ah ! si du moins, disent-ils, nous n'avions jamais été chrétiens, quoique nous fussions damnés comme ces infidèles, du moins nous pourrions nous consoler, parce que nous n'aurions pas su ce qu'il fallait faire pour nous sauver ! Que de grâces de moins nous aurions reçues et que nous n'aurions pas méprisées. Mais, malheureux que nous sommes, nous avons été chrétiens, environnés de lumières et inondés de grâces pour nous conduire et nous aider à nous sauver. Hélas ! dira chacun d'eux, ces tristes tableaux seront sans cesse devant moi pendant, l'éternité ! Moi, dont le nom a été écrit dans le livre des Saints, moi qui ai été au baptême tout arrosé du sang précieux de Jésus-Christ, moi qui pouvais à chaque instant sortir du péché et m'assurer le ciel, moi à qui tant de fois l'on a fait entendre la grandeur de la justice de Dieu pour les pécheurs et surtout pour les chrétiens réprouvés. Ah ! si du moins, l'on m'avait ôté la vie avant de naître, je n'aurais jamais été dans le ciel, il est vrai ; mais, au moins je ne souffrirais pas tant dans l'enfer. Ah ! si Dieu n'avait pas été si bon et qu'il m'eût puni dès mon premier péché, je serais en enfer, il est vrai ; mais j'y serais moins profond et mes tourments seraient moins rigoureux. Hélas ! je reconnais bien à présent que tout mon malheur ne vient que de moi. Oui, M. F., chaque réprouvé et chaque nation aura son tableau devant les yeux, et cela pendant toute l'éternité, sans jamais pouvoir ni s'en défaire, ni s'en détourner.


Hélas ! ces pauvres nations idolâtres verront pendant toute l'éternité que leur ignorance a été en partie cause de leur perte. Ah ! se diront-ils les uns aux autres, ah ! si le bon Dieu nous avait fait autant de grâces et autant de lumières qu'à ces chrétiens ! Ah ! si nous avions eu le bonheur d'être instruits comme eux ! Ah ! si nous avions eu des pasteurs pour nous apprendre à connaître et à aimer le bon Dieu qui nous a tant aimés et qui a tant souffert pour nous ! Ah ! si l'on nous avait dit combien le péché outrage Jésus-Christ et combien la vertu est d'un grand prix aux yeux de Dieu, aurions-nous pu commettre le péché, aurions-nous pu mépriser un Dieu si bon ? N'aurions-nous pas mille fois préféré mourir que de lui déplaire ? Mais, hélas ! nous n'avions pas le bonheur de le connaître ; si nous sommes damnés, hélas ! c'est que nous ne savions pas ce qu'il fallait faire pour nous sauver. Oui, nous avons eu le malheur de naître, de vivre et de mourir dans l'idolâtrie. Ah ! si nous avions eu le bonheur d'avoir des parents chrétiens qui nous eussent fait connaître la véritable religion, aurions-nous pu nous empêcher d'aimer le bon Dieu ? Si, comme les chrétiens, nous avions été témoins de tant de prodiges qu'il a opérés pendant sa vie mortelle et qu'il continue jusqu'à la fin des siècles, lui qui, en mourant, leur a laissé tant de moyens de se relever de leurs chutes quand ils avaient le malheur d'avoir péché ; si nous avions eu le sang adorable de Jésus-Christ qui coulait chaque jour sur leur autel, pour demander grâce pour eux ! Oh ! ces heureux chrétiens à qui l'on avait tant de fois raconté la miséricorde de Dieu, qui est infinie ! Oh ! Seigneur, pourquoi nous avez-vous jetés en enfer ? De grâce, arrêtez votre justice, mon Dieu, si nous vous avons offensé, c'est que nous ne vous connaissions pas.


Dites-moi, M. F., pouvons-nous bien ne pas être touchés des tourments de ces pauvres idolâtres ? Pauvres malheureux, il est vrai que vous souffrez et que vous êtes séparés de Dieu, qui aurait fait tout votre bonheur; mais consolez-vous d'autant, vos tourments seront infiniment moins rigoureux que ceux des chrétiens. Mais, M. F., que vont penser et devenir ces chrétiens en considérant leur tableau où seront marquées toutes les grâces qu'ils auront reçues et méprisées ? Hélas ! que dis-je, des chrétiens qui se verront rougir et noircir de tant de crimes et desacrilèges : ah ! c'en est assez pour leur servir d'enfer. Ils voudraient pouvoir détourner leur face d'un autre côté pour être moins dévorés par le regret ; mais Jésus-Christ les forcera pour jamais, de sorte que cette seule vue suffirait pour leur servir d'enfer et de bourreau. Que pourront-il, dire pour s'excuser et adoucir un peu leurs tourments ? Hélas ! M. F., rien du tout ; au contraire, tout contribuera à augmenter leur désespoir ; ils verront que ni les grâces ni les autres moyens de salut ne leur ont manqué, qu'au contraire, tout leur a été prodigué ; et ils verront que tous ces biens, qui auraient tant sauvé de pauvres sauvages, n'ont servi qu'à les damner. Ah ! se diront-ils, si du moins nous étions restés dans le néant. Ah ! quel malheur pour nous d'avoir été chrétiens !


- Non, M. F., nous ne pouvons penser à ce qui arriva à ces pauvres Égyptiens sans être touchés de compassion. Ils périrent tous en passant la Mer Rouge, regorgèrent l'eau par la bouche et furent tous engloutis ; cette mer qui, tant de fois, les avait portés sur ses eaux par de si heureuses navigations, cette mer devint le moyen même de leur supplice et les exposa à la risée de leurs ennemis, à qui elle venait d'ouvrir un libre passage pour les sauver de leurs mains.
Mais, hélas ! M. F., le spectacle que nous présente un chrétien réprouvé est bien plus désolant. Pendant toute l'éternité, l'on verra ces chrétiens damnés, on les verra rendre par la bouche toutes les grâces qu'ils ont reçues et méprisées pendant toute leur vie. Hélas ! M. F., l'on verra sortir de ces coeurs sacrilèges ces torrents du sang divin qu'ils ont reçu et horriblement profané. Mais, nous dit encore saint Bernard, ce qui donnera encore un nouveau degré de tourments à ces chrétiens damnés, c'est que, pendant toute l'éternité, ils auront devant les yeux tout ce que Jésus-Christ a souffert pour les sauver, et réfléchiront que malgré cela ils se sont damnés. Oui, nous dit-il, ils auront devant les yeux toutes les larmes que ce divin Sauveur a répandues, toutes les pénitences qu'il a faites, tous ses pas et tous ses soupirs, et tout cela pour les rendre meilleurs. Ils verront Jésus-Christ, tel qu'il était dans cette crèche quand il est né, et qu'il a été couché sur une poignée de paille ; tel qu'il était au jardin des Olives, où il a tant pleuré leurs péchés, et même avec des larmes de sang. Il se montrera comme dans son agonie, et quand on le traînait par les rues de Jérusalem. Ils croiront l'entendre clouer sur la croix, demander miséricorde pour eux : et par là, il leur montrera combien leur salut lui avait coûté cher, et combien il a souffert pour leur mériter le ciel, qu'ils ont perdu avec tant de gaieté de coeur et même de malice.


 Ah ! M. F., quels regrets ! hélas ! quel désespoir pour ces chrétiens réprouvés ! Ah ! crieront-ils du fond des flammes, adieu, beau ciel, c'est pour nous que vous avez été créé, et nous ne vous verrons jamais ! Adieu, belle cité qui deviez être notre demeure éternelle et faire tout notre bonheur ! Ah ! si nous vous avons perdue, c'est, par notre faute et notre malice.


Oui, M. F., voilà la triste méditation d'un chrétien pendant toute l'éternité dans les enfers.


 Non, M. F., les païens n'auront presque rien de tout cela à se reprocher ; ils n'auront pas à regretter le ciel puisqu'ils ne le connaissaient pas ; ils n'ont pas refusé et méprisé les moyens qu'on leur présentait pour se sauver, puisqu'ils ignoraient ce qu'il fallait faire pour arriver à ce bonheur. Mais des chrétiens, que l'on n'a pas cessé d'instruire, de presser et de solliciter à ne pas se perdre, et à qui l'on a présenté tant de fois tous les moyens les plus faciles pour arriver à la vie heureuse pour laquelle ils étaient créés ! Oui, M. F., un chrétien se dira perdant l'éternité : Qui est-ce donc qui m'a jeté en enfer ? Est-ce Dieu ? Ah ! non, non. Ce n'est pas Jésus-Christ ; au contraire, il voulait absolument me sauver. Est-ce le démon ? Oh non, non, je pouvais bien ne pas lui obéir, comme tant d'autres ont fait. Sont-ce donc mes penchants ? Ah ! non, non, ce ne sont pas mes penchants ; Jésus-Christ m'avait donné l'empire sur eux, je pouvais les dompter avec la grâce de Dieu qui ne m'aurait jamais manqué. D'où peut donc venir ma perte et mon malheur ? Hélas ! tout cela ne vient que de moi-même, et non de Dieu, ni du démon, ni de mes penchants. Oui, c'est moi-même qui me suis attiré tous ces malheurs ; oui, c'est moi qui me suis perdu et réprouvé de ma propre volonté ; si j'avais voulu, je me serais sauvé. Mais je me suis damné ! plus de ressource et plus d'espérance ; oui, c'est ma malice, mon impiété et mon libertinage, qui m'ont jeté clans ces torrents de flammes d'où je ne sortirai jamais.


Oui, M. F., si la parole de Dieu mérite quelque croyance, je vous conjure de penser sérieusement, à cette vérité qui a converti tant d'âmes. Et pourquoi est-ce qu'elle ne produirait pas les mêmes effets sur nous ? Pourquoi ne tournerait-elle pas à notre bonheur plutôt qu'à notre malheur, si nous voulons en profiter ? Oui, M. F., ou changeons de vie, ou nous serons damnés : parce que nous savons très bien que notre manière de vivre ne peut pas nous conduire au ciel. Hélas ! M. F., il nous arrivera comme au pauvre Joab, qui, pour éviter la mort, s'enfuit dans le temple et embrassa l'autel dans l'espérance qu'on l'épargnerait, parce qu'autrefois il avait été le favori de David ; ce fut cependant par son ordre qu'il fut mis à mort. Celui qui était chargé de le tuer lui cria : Sortez de là. - Non, répond le pauvre Joab ; s'il faut mourir, je préfère mourir ici. Le soldat, voyant qu'il ne pouvait pas l'arracher de l'autel, tira son poignard, le lui plongea dans le sein, et ce pauvre Joab en baisant l'autel, reçut le coup de la mort et tomba au pied du tabernacle, qu'il avait pris pour sa défense et son asile (3). Voilà, M. F., précisément ce qui nous arrivera un jour, si nous ne mettons pas à profit, ou plutôt, si nous continuons à mépriser les grâces de salut qui nous sont tant prodiguées. Maintenant, nous sommes comme Joab, qui était le favori et l'ami de David. Il ne se passait presque pas un jour, sans qu'il éprouvât quelque nouveau bienfait de la part du prince. Il était préféré à tous les autres sujets ; mais il eut le malheur de ne pas savoir en profiter et il fut puni sans miséricorde par celui-là même de qui il avait été comblé de tant de bienfaits. Oui, M. F., il en sera tout de même de nous qui avions été préférés à tant de nations infidèles qui vivent dans les ténèbres et qui n'ont jamais eu le bonheur de connaître la vérité, c'est-à-dire la véritable religion, et qui périssent dans cet état triste et malheureux. Mais aussi, M. F., à quel châtiment ne devons-nous pas nous attendre de la part même de Celui qui nous a tant aimés et comblés de tant de bienfaits, si, comme Joab, nous avons eu le malheur de tremper nos mains dans le sang d'Abner, c'est-à-dire, de Jésus-Christ, ce que nous faisons chaque fois que nous péchons ; mais bien plus horriblement quand nous sommes assez malheureux que de profaner les sacrements. Ô mon Dieu, peut-on y penser et ne pas mourir de frayeur ? O mon Dieu, comment se peut-il faire qu'un chrétien ose porter si loin sa cruauté et son ingratitude ?


Ah ! malheureux, nous dit, saint Augustin, tu vas de crime en crime, toujours dans l'espérance que tu t'arrêteras ! Mais ne craindras-tu pas de mettre le sceau à ton malheur ? Oh ! que les derniers sacrements et tous les secours de l'Église servent peu a ces pécheurs qui ont vécu en méprisant les grâces que nous procure notre sainte religion ! Oui, le moment viendra où peut-être vous recevrez vos derniers sacrements avec de meilleures dispositions aux yeux du monde ; mais en les recevant, il vous arrivera comme à Joab. Jésus-Christ, qui est notre prince et notre Seigneur, prononcera votre sentence de réprobation. Au lieu de vous servir de viatique pour le ciel, la communion ne sera pour vous autre chose qu'une masse de plomb pour vous précipiter avec plus de rapidité dans les abîmes ; vous tiendrez comme Joab l'autel, vous serez, comme lui, tout couvert du sang adorable de Jésus-Christ ; avec cela vous tomberez en enfer.


Ah ! M. F., si nous pouvions une fois bien comprendre ce que c'est qu'un chrétien damné et les tourments qu'il endure, pourrions-nous bien vivre dans le péché, dans cet état qui nous expose sans cesse à tous ces malheurs ? Non, non, M. F., notre vie n'est nullement la vie que doit mener un chrétien qui veut éviter ces supplices. Eh quoi ! M. F., d'une part, un chrétien qui est né dans le sein de l'Église, qui a été élevé à l'école de Jésus-Christ même, qui a pris un Dieu crucifié pour son père et son modèle ; un chrétien, tant de fois nourri de son corps adorable et abreuvé de son sang précieux, qui devrait passer sa vie comme un ange du ciel en action de grâces : d'autre part, un Dieu qui est descendu du ciel pour venir lui apprendre les moyens d'être heureux en l'aimant sur la terre ; un chrétien qui est doué de tant de belles qualités et de tant de connaissances sur la grandeur de sa destinée ; et un Dieu, dis-je, qui l'a aimé plus que lui-même ; un Dieu qui semble avoir épuisé son amour et sa sagesse et toutes ses richesses pour les lui communiquer, et qui, par sa mort, lui évite une mort éternelle ! Ah ! M. F., un chrétien pour qui Dieu a tant fait de miracles, pour qui Dieu a tant souffert, se voir brûler en enfer parmi les démons qui vont le traîner pendant toute l'éternité dans les flammes ! Ô horreur !...Ô malheur épouvantable!... Oh ! le spectacle effrayant de voir ainsi un chrétien qui est tout couvert du sang adorable de Jésus-Christ ! Hélas ! M. F., qui pourrait penser à cela sans frémir ? Cependant, voilà le partage d'un nombre infini de chrétiens qui se raillent des sacrements et méprisent tout ce que Jésus-Christ a fait pour eux ; et bien malheureux sommes-nous, si nous ne voulons pas profiter de tant de moyens que nous avons de nous assurer le ciel ! Les nations étrangères ouvriront les yeux de l'âme à la lumière de la foi, et elles viendront prendre la place que nous perdons.


Hélas ! M. F., que nous avons lieu de craindre que le bon Dieu, en punition du mépris que nous faisons de tout ce que Jésus-Christ a fait pour nous, ne nous ôte la foi de notre coeur, et ne nous laisse tomber dans l'aveuglement et y périr ! O mon Dieu, quel malheur pour des chrétiens qui connaissent si bien ce qu'il faut faire pour se sauver, qui, même, ici-bas, en ne le faisant pas, ne peuvent être que bien malheureux par les remords que leur donne leur conscience ! Ah ! M. F., quel désespoir pendant l'éternité pour un chrétien à qui rien n'a manqué pour éviter tous ces tourments qu'il endure ! Ah ! se dira-t-il, moi à qui l'on a dit tant de fois que, si je le voulais, je pourrais aimer le bon Dieu et sauver mon âme et me rendre heureux pendant l'éternité ; moi à qui l'on a offert toutes les grâces pour sortir du péché ! Ah ! si du moins, je n'avais pas été chrétien. Ah ! si dit moins l'on ne m'avait jamais parlé du service de Dieu et de sa religion ? Mais non, rien ne m'a manqué, j'avais tout et je n'ai su profiter de rien. Tout devait tourner à mon bonheur, et, par le mépris que j'en ai fait, tout a tourné à mon malheur : adieu, beau ciel !... adieu, éternité de délices !... adieu, heureux habitants du ciel !.., tout est fini pour moi !... Plus de Dieu, plus de ciel, plus de bonheur !... Oh ! que de larmes je vais répandre ! Oh ! que de cris je vais pousser dans ces flammes !... Mais plus d'espérance ! Ah ! triste pensée qui déchirera un chrétien pendant l'éternité !. Ah ! ne perdons pas un moment pour éviter ce malheur. C'est le bonheur que je vous souhaite.



(1) Saint Paul (Rom. II, 14, 15.) nous dit que les gentils qui n'ont pas d'autre loi que la loi naturelle, sont à eux-mêmes leur loi : ils ne sont donc pas absolument sans loi, ni excusables lorsqu'ils la transgressent en faisant le mal. 
(2) Origène et quelques auteurs anciens, dont parle salut Augustin (Lib. de Fide et Oper. c. XV) et quelques auteurs modernes, parmi lesquels Mgr Bougaud (La Vie chrétienne, c. XV.) ont soutenu la mitigation ou la non-éternité des peines de l'enfer : mais ces erreurs sont condamnées par des textes nombreux et formels de la Sainte-Écriture et par plusieurs conciles. Voir Dom Benoît,Les Erreur modernes, t. II, le latitudinarisme. 
(3) Joab, pour avoir suivi le parti d'Adomas, fut mis à mort dans le temple, non par l'ordre de David, mais par ordre de Salomon, auquel David avait commander de « ne pas laisser mourir en paix » l'assassin d'Abner et d'Atmasa. ( III Reg. II.)
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
consacré
consacré
Françoise

Messages : 3312
Date d'inscription : 12/06/2016

Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Empty
MessageSujet: Re: Le Saint Curé d'Ars et ses sermons.   Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. EmptyMer 4 Sep - 9:32

Bien sûr, il était "dur" le sermon du saint Curé d'Ars sur l'enfer et les chrétiens ! Ne nous effrayons pas cependant.

Ce matin, partage d'un extrait relatant le combat spirituel du Saint Curé ... C'est très parlant :

Les saints et le combat spirituel : Saint Jean-Marie-Baptiste Vianney, le Curé d'Ars


« LE VAINQUEUR DU GRAPPIN, Le saint Curé d'Ars » (Père HUNERMANN), Extraits :



Le Saint Curé d'Ars et ses sermons. Le-saint-cure-d-ars

« Le vent se leva, s'engouffra dans la charpente du clocher, faisant gémir doucement la petite cloche, comme un enfant brusquement tiré de son sommeil. Une voix résonna à l'oreille du veilleur solitaire : 
- Tu n'arriveras à rien, Jean-Marie. Tu es impropre au ministère pastoral. Quitte Ars, avant qu'on ne t'en chasse à coup de pierres. Entre dans un couvent, ou deviens chartreux. 
Un rire éclata dans la nuit. Était-ce un buveur attardé ? N'était-ce pas plutôt le malin lui-même, qui se moquait de son adversaire impuissant ?
Le prêtre crut que son cœur allait cesser de battre. Qu'allait devenir ce village qui refusait d'écouter la voix de son pasteur ? Qu'allait devenir ce pasteur bafoué et insulté ?
Vianney joignit les mains et essaya de prier, mais les mots s'éteignaient sur ses lèvres.
- Seigneur, n'avez-vous plus de consolation pour moi, en cette affreuse nuit ?
Épuisé, le prêtre voulut fermer la fenêtre, lorsqu'il aperçut la petite lumière qui, par un vitrail du chœur, trouait l'obscurité.
- Seigneur, ne me laissez pas seul à l'heure des ténèbres ! Ne me laissez pas tomber complètement dans l'abîme !
Et la lumière qui venait de l'église se fit entendre et lui dit doucement :
- Ne crains pas, je suis avec toi.
Alors le curé se redressa et respira profondément. Il était résolu à reprendre la lutte contre les puissances infernales et à tenir bon jusqu'au bout. »

«
- N'auriez-vous pas un petit morceau de pain à me donner ? dit doucement le prêtre. Je n'ai rien mangé depuis trois jours.
Tout ému, le brave homme appela sa femme et fit servir au pauvre curé une solide collation, à laquelle il ajouta un verre de vin rouge.
- Mais qu'est-ce que vous avez fait ? demanda-t-il, tandis que l'abbé Vianney, après quelques mots de remerciement, commençait à manger.
- Ce genre de démon ne peut être chassé que par la prière et par le jeûne, répondit le prêtre, en émiettant un morceau de pain.
- Je ne comprends pas. Qu'est-ce que vous voulez dire ?
- Je parle de lui, du grappin. Notre-Seigneur a dit, dans l’Évangile, qu'on ne peut vaincre le démon que par la prière et le jeûne. J'ai voulu le chasser, mais il se moque de moi et les choses en sont là maintenant : j'en suis réduit à mendier un morceau de pain auprès de mes bons paroissiens.
- Vous exagérez réellement, Monsieur le Curé.
- Le diable aussi exagère, répondit le prêtre d'une voix sourde. »
Le Saint Curé d'Ars et le combat spirituel :

« Un chrétien doit être toujours prêt au combat. Ce sont nos combats qui nous obtiendront le ciel. Tous les soldats sont bons en garnison. C’est sur le champ de bataille que l’on fait la différence entre les courageux et les lâches. La pire des tentations, c’est de n’en point avoir. La croix, c’est l’échelle du ciel. »

« Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui. Tu travailleras, mais il bénira ton travail. Tu marcheras, mais il bénira tes pas. Tu souffriras, mais il bénira tes larmes »

« Il faut travailler en ce monde. Il faut combattre. On aura bien le temps de se reposer toute l’éternité »

« Ô mon Dieu, accordez-moi la conversion de ma paroisse. Je consens à souffrir ce que vous voudrez, tout le temps de ma vie ».

« Le démon ne tente que les âmes qui veulent sortir du péché et celles qui sont en état de grâce. Les autres sont à lui, il n'a pas besoin de les tenter. »

« La plus grande des tentations est de n'en point avoir. On peut presque dire qu'on est heureux d'avoir des tentations : c'est le moment de la récolte spirituelle où nous amassons pour le ciel. »
(1er dimanche de Carême)

« Il y a deux cris dans l'homme : le cri de l'ange et le cri de la bête. Le cri de la bête, c'est le péché ; le cri de l'ange, c'est la prière. La prière est une rosée embaumée, mais il faut avoir le cœur pur pour sentir cette rosée. Il sort de la prière une douceur savoureuse, comme le jus qui découle d'un raisin mûr... Elle dégage notre âme de la matière, comme le feu qui élève les ballons ».  

« Nous sommes beaucoup et nous ne sommes rien ; rien de plus grand que l'homme, par son âme ; rien de plus petit quand on regarde son corps ; si grand que Dieu seul peut le contenter ; si faible qu'il ne peut absolument rien sans ce Dieu... Pour nous comprendre nous-mêmes, il faut d'abord comprendre le Ciel, le Calvaire, l'Enfer ».

Quand son lit prit feu, une nuit, le Saint Curé d'Ars déclara : « Le démon n'a pas pu brûler l'oiseau, il n'a brûlé que la cage. » 

« Il y a deux manières de souffrir : souffrir en aimant, souffrir sans aimer. Les saints souffraient avec patience, joie et constance, parce qu'ils aimaient. Nous souffrons avec colère, dépit et lassitude, parce que nous n'aimons pas...  Les gens du monde se désolent quand ils ont des croix ; les bons chrétiens se désolent quand ils n'en ont pas.  Le chrétien vit au milieu des croix comme le poisson dans l'eau... Les épreuves, pour ceux que Dieu aime, ne sont pas des châtiments, ce sont des grâces... Les croix transformées dans les flammes de l'Amour sont comme un fagot d'épines que l'on jette au feu : les épines sont dures, mais les cendres sont douces... Les épines suent le baume ; la croix transpire la douceur. Mais il faut presser les épines dans ses mains, et serrer la croix sur son cœur pour qu'elles distillent le suc qu'elles contiennent... Qu'il fait bon mourir, quand on a vécu sur la croix ! » 

« Voyez, mes frères, s'écriait-il, voyez ! les personnes qui entrent dans un bal laissent leur ange gardien à la porte. Et c'est un démon qui le remplace ; en sorte qu'il y a bientôt dans la salle autant de démons que de danseurs ».
Biographie : « Le Curé d'Ars, Saint Jean-Marie-Baptiste Vianney » (Abbé Trochu)

« Les luttes de M. Vianney avec le démon, dit Catherine Lassagne, contribuèrent à rendre sa charité plus vive et plus désintéressée. »

« Je lui demandais quelquefois, a raconté son confesseur, comment il repoussait ces attaques. Il me répondit : Je me tourne vers Dieu ; je fais le signe de la croix ; j'adresse quelques paroles de mépris au démon. Du reste, j'ai remarqué que le bruit est plus fort et les assauts plus multiples lorsque, le lendemain, il doit venir quelque grand pécheur. »

« J'avais peur dans les premiers temps, confiait-il à M. Mermod, l'un de ses amis et pénitents fidèles. Je ne savais pas ce que c'était ; mais à présent, j'en suis content. C'est bon signe : la pêche du lendemain est toujours excellente. »

« Le démon m'a bien agité cette nuit, disait-il encore ; nous aurons demain beaucoup de monde... Le grappin est bien bête : il m'annonce lui-même l'arrivée des grands pécheurs... il est en colère. Tant mieux ! »

« L'Esprit du mal demeurait invisible ; sa présence n'en était pas moins sensible. Il culbutait des chaises, secouaient les gros meubles de la chambre. Il criait d'une voix terrifiante : Vianney, Vianney ! Mangeur de truffes (pommes de terre) ! Ah ! Tu n'es pas mort encore !... Je t'aurai bien ! »

« Il chantait d'une voix aigre et M. Vianney nous disait ensuite en s'en moquant : Le grappin a une bien vilaine voix ! » (Catherine Lassagne).

« Jésus est le plus fort, Les voies du combat spirituel » de Bénédict HERON :


« Il faut relever deux faits en passant. D'abord, avec l'accord de l'évêque du diocèse, Le curé était très actif dans le ministère d'exorcisme. On a beaucoup de récits de personnes qu'il a délivrées de mauvais esprits. Ensuite, le curé se montrait sévère à l'égard de tout spiritisme et occultisme. Les problèmes de spiritisme et d'occultisme ne sont pas nouveaux ! »
Prière de Saint Jean-Marie-Baptiste Vianney :

« Je Vous aime, Ô mon Dieu, et mon seul désir est de Vous aimer jusqu’au dernier soupir de ma vie. Je Vous aime, Ô mon Dieu infiniment aimable, et j’aime mieux mourir en Vous aimant que de vivre un seul instant sans Vous aimer. Je vous aime, Seigneur, et la seule grâce que je vous demande, c'est de vous aimer éternellement. Je Vous aime, Ô mon Dieu, et je ne désire le ciel que pour avoir le bonheur de Vous aimer parfaitement. Je Vous aime, Ô mon Dieu, infiniment bon, et je n’appréhende l’enfer que parce qu’on n’y aura jamais la douce consolation de Vous aimer. Je vous aime, ô mon Dieu, et si ma langue ne peut dire à tout moment que je Vous aime, je veux que mon cœur le répète autant de fois que je respire. Je vous aime, ô mon Dieu, et faites-moi la grâce de souffrir en Vous aimant, de Vous aimer en souffrant.
 Je vous aime, ô mon divin Sauveur, parce que vous avez été crucifié pour moi. Je vous aime, ô mon Dieu, parce que vous me tenez ici-bas crucifié pour vous. Aime un Homme-Dieu crucifié pour nous, amour de reconnaissance ! Aimer un Dieu qui nous crucifie, amour généreux. Mon Dieu, faites-moi la grâce de mourir en vous aimant et en sentant que je vous aime. Mon Dieu, à proportion que j'approche de ma fin, faites-moi la grâce d'augmenter mon amour et de le perfectionner. Ainsi soit-il. »

***
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Saint Curé d'Ars et ses sermons.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 150° anniversaire du Saint Curé d’Ars
» Jean-Marie Vianney : saint Curé d'Ars
» Prophétie du saint curé d'Ars
» Pensées du Saint Curé d'Ars
» Sainte Philomène, la "petite sainte" du saint Curé d'Ars

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR. :: LES FORUMS CHRÉTIENS :: NOS PRÊTRES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: