Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Sous le regard des trois Blancheurs, suivre Jésus et Marie fut-ce au milieu des pires tempêtes, mais dans la paix, la joie et l'amour.
 
ajouter des sujajouter des suj  AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Solennité de la Sainte Trinité avec St Augustin
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:17

» MAI, le mois de Marie
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:09

» Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:02

» A lire absolument.
par Philippe Hier à 23:26

» Un cardinal s'interroge : Pape François fait-il partie de « l’épreuve finale" ?
par Philippe Hier à 23:04

» De tout et de rien !
par Philippe Hier à 9:15

» Bioéthique catholique : un blog créé pour les catholiques répondant à l'appel.
par Philippe Hier à 8:16

» Le site Proliturgia.org et Ses rubriques intéressantes à relayer.
par Philippe Hier à 0:41

» La vie dans nos diocèses - Eglise en Lozère.
par Philippe Hier à 0:18

» 26 mai Saint Philippe Néri
par ami de la Miséricorde Ven 25 Mai - 22:50

» 26 mai Saint Lambert de Vence
par ami de la Miséricorde Ven 25 Mai - 22:32

» Samedi des Quatre Temps de Pentecôte
par ami de la Miséricorde Ven 25 Mai - 22:21

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Ven 25 Mai - 19:59

» Sauvons ERWAN de l’euthanasie
par Philippe Ven 25 Mai - 15:30

» Cardinal Sarah
par Françoise Ven 25 Mai - 14:33

» Du blog de Jeanne Smits...
par Françoise Ven 25 Mai - 6:54

» 25 mai Saint Bède le Vénérable
par ami de la Miséricorde Jeu 24 Mai - 22:57

» 25 mai : Saint Grégoire VII
par ami de la Miséricorde Jeu 24 Mai - 22:45

» 25 mai Sainte Marie Madeleine de Pazzi
par ami de la Miséricorde Jeu 24 Mai - 22:34

» 25 mai Sainte Madeleine Sophie Barat
par ami de la Miséricorde Jeu 24 Mai - 22:24

» La Nouvelle France - Jean Stiegler - communique.
par Françoise Jeu 24 Mai - 22:02

» Père Boulad
par Françoise Jeu 24 Mai - 21:54

» Le blog de Philippe Poindron
par Philippe Jeu 24 Mai - 11:51

» Le chapelet au Saint Esprit.
par Françoise Jeu 24 Mai - 10:36

» Prière chantée à Saint Joseph, Patron des causes difficiles.
par Françoise Jeu 24 Mai - 7:23

» 24 mai : Saint Syméon le Stylite (le jeune)
par ami de la Miséricorde Mer 23 Mai - 23:00

» Don Guéranger pour le Jeudi de la Pentecôte
par ami de la Miséricorde Mer 23 Mai - 22:43

» Julia Gillard ne mâche pas Ses mots sur l'Islam
par Philippe Mar 22 Mai - 23:25

» Mystiques: Marcel van
par Françoise Mar 22 Mai - 20:49

» Sainte Rita (chanson profane par Roland Gerbeau décédé en 2012)
par Françoise Mar 22 Mai - 18:58

» FATIMA
par Françoise Mar 22 Mai - 15:23

» 22 mai Sainte Rita de Cascia
par ami de la Miséricorde Mar 22 Mai - 10:49

» 21 mai : Saint Eugène de Mazenod
par ami de la Miséricorde Lun 21 Mai - 2:33

» Gloire à Toi, je veux chanter pour Toi.
par Françoise Lun 21 Mai - 0:25

» Comme un grand vent (N. Colombier - musique J. Berthier.)
par Françoise Dim 20 Mai - 20:27


Partagez | 
 

 31 août Saint Raymond Nonnat

Aller en bas 
AuteurMessage
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
avatar

Messages : 1538
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 60
Localisation : Région parisienne

MessageSujet: 31 août Saint Raymond Nonnat    Jeu 31 Aoû - 1:19



INVOCATION


Ô Dieu, qui avez rendu digne d’admiration votre bienheureux serviteur Raymond, faites qu’en ce jour où nous nous recommandons si spécialement à sa puissante intercession, nous ressentions tous les effets salutaires de son pouvoir auprès de vous, et qu’après avoir sanctifié nos âmes nous recouvrions la santé, afin de pouvoir vous aimer et vous bénir éternellement. Par N.-S. J.-C. Ainsi soit-il.
Saint Raymond Nonnat, qui sauvez miraculeusement les mères qui agonisent dans les douleurs de l’enfantement, nous vous prions avec ferveur.

ORAISON


Ô Dieu, Créateur et Père de tous les hommes, mes enfants sont un talent que vous m’avez remis entre les mains; faites que je puisse un jour vous en rendre les fruits avec usure. Dieu clément, je vous en conjure, donnez-moi votre science et votre doctrine, pour les faire croître dans la sagesse; votre grâce et votre lumière, pour les conduire dans la voie du salut; votre conseil et votre prudence, pour les préserver des séductions du monde; enfin votre justice et votre sévérité, pour corriger leurs vices sans faiblesse. Père éternel, faites que devant votre tribunal je puisse dire comme votre divin Fils: Je n’ai laissé perdre aucun de ceux que vous m’avez donnés. Ainsi soit-il.

Source : saintretz.info



Biographie de Saint Raymond Nonnat

Raymond, né à Portel, au diocèse d'Urgel, en Catalogne, en 1204, fut surnommé « Nonnat » (non natus) parce que sa mère mourut avant de lui donner le jour, ce qui lui vaut d'être le patron des femmes enceintes et de l'enfant qu'elles portent. Sa mère était morte d'une grave maladie dont elle se vit attaquée au septième mois de sa grossesse ; les médecins assuraient que l'enfant était mort aussi, et que c'était même sa mort qui avait provoqué celle de sa mère ; le père, néanmoins, ne put jamais se résoudre à la voir conduire en terre sans avoir la connaissance de ce qu'elle portait dans ses entrailles ; un de ses parents, qui le vit dans cette perplexité, eut la hardiesse de tirer un poignard de son sein pour en fendre le côté gauche de la défunte, et l'on vit paraître aussitôt un bel enfant plein de vie, contre toute espérance humaine et au grand étonnement de tous ceux qui étaient présents. Son père était de la noble famille des Sarrois, depuis appelée Segers, alliée aux maisons de Foix et de Cardone. Enfant pieux et studieux, fort dévôt à Vierge Marie, il était bouleversé par la misère physique et morale.

Entré dans l'Ordre des Mercédaires[1], récemment fondé par Pierre Nolasque[2] pour venir en aide aux chrétiens tombés aux mains des musulmans, Raymond Nonnat fut chargé d'aller à Alger pour racheter ceux que les barbaresques avaient réduits à l'esclavage. Quand il n'eut plus d'argent, il se livra lui-même contre quelques captifs. D'abord traité durement, il obtint ensuite la permission de circuler pour encourager ses compagnons d'infortune et, comme il avait profité de cette relative liberté pour enseigner quelques musulmans qui se convertirent et qu'il baptisa, il aurait été condamné à être empalé si ceux qui lui servaient de caution n'étaient intervenu ; il fut fouetté dans les rues, puis on lui perça les lèvres avec un fer rouge pour y placer un cadenas dont le gouverneur avait la clef.

Saint Pierre Nolasque finit par rassembler la rançon de Raymond qui, bien qu'il eût voulu rester pour soulager les esclaves chrétiens, obéit à l'ordre de rentrer en Espagne. Peu après, le pape Grégoire IX qui l'appela auprès de lui, le créa cardinal, au titre de Saint-Eustache, sans lui imposer de quitter l'habit de son Ordre. Raymond Nonnat mourut près de Barcelone, avant que d'avoir rejoint le Souverain Pontife. Dès que Raymond Nonnat fut entré dans la maison du comte de Cardone qui était à deux journées de Barcelone, il fut saisi d'une fièvre très-violente, accompagnée de convulsions et de tous les symptômes qui pouvaient être les marques d'une mort prochaine. Il voulut s'y disposer par les moyens ordinaires que l'Eglise présente à tous les fidèles. Mais les religieux de la Merci dépendaient du curé du lieu qui était absent ; il fallut l'attendre pour lui administrer les derniers Sacrements. Alors Raymond, qui craignait de mourir sans être muni du saint Viatique, éleva les yeux au ciel et pria Dieu de ne pas permettre qu'il fût privé de ce bien qu'il désirait avec tant d'ardeur, quoiqu'il s'en reconnût indigne ; et aussitôt il entra, par la porte de la salle où il était couché, en présence du comte, des religieux et de plusieurs autres personnes qui l'assistaient, une belle procession d'hommes inconnus, revêtus d'habits blancs, comme les religieux de la Merci, et tenant chacun un flambeau allumé à la main. Notre-Seigneur les suivait ayant un saint ciboire entre ses mains ; mais la lumière qu'il répandait était si grande, que tous ceux de l'assemblée en furent éblouis : de sorte que personne ne put voir ce qui se passa dans la suite d'une action si miraculeuse qui dura une bonne demi-heure ; après quoi la procession s'en retourna dans le même ordre qu'elle était venue, avec cette différence seulement, qu'en venant, les religieux n'avaient paru que depuis la porte de la chambre jusqu'autour du lit, et, au retour, ils prirent le chemin de la rivière qui arrose le pied du village, et la passèrent à pied sec, marchant sur les eaux comme sur la terre ferme, et disparurent ensuite. Le comte et tous les assistants, qui étaient sortis pour voir la fin de cette merveille, trouvèrent à leur retour le saint cardinal, les genoux en terre, les yeux baignés de larmes, le visage et les mains levés vers le ciel, et comme sortant d'un profond ravissement ; on lui demanda ce qui s'était passé ; mais il ne dit que ce mot de David : « Que le Dieu d'Israël est bon à ceux qui ont le cour droit et innocent[3] ! » Enfin, il avoua qu'il avait reçu le très-auguste Sacrement de nos autels. Ainsi, tous ses désirs étant accomplis, peu de temps après il rendit son esprit à son Créaleur, en prononçant ces paroles du Sauveur expirant sur la croix : « Mon Dieu, je remets mon âme entre vos mains. »

Son visage, après sa mort, devint beau et éclatant comme celui de Moïse, quand il descendit de la montagne où il venait de parler avec Dieu ; et, bien que la chaleur de la saison fùt extrême, et qu'elle fût encore augmentée par le grand concours du peuple qui venait de tous côtés, pour honorer ses précieuses dépouilles, son corps néanmoins ne donna jamais aucune marque de corruption ; il répandait au contraire, par toute la salle, une odeur plus suave que le baume et que les parfums les plus précieux, et il se fit même beaucoup de guérisons surnaturelles, en faveur de ceux que la piété y avait amenés et qui avaient le bonheur de le toucher. Cependant il fallut penser au lieu où l'on mettrait en dépôt un si précieux trésor, et il s'éleva à ce sujet un nouveau ditférend entre le comte de Cardonne qui le voulait retenir, et les religieux de la Merci, qui le voulaient emmener dans leur couvent. Pour apaiser leur contestation, on convint que le saint corps serait mis dans une châsse et ensuite chargé sur une mule aveugle qui ne serait guidée que par son propre instinct, et que le lieu où elle s'arrêterait serait choisi pour cette sépulture. Cet accord fut fidèlement exécuté : car la mule, ayant marché quelque temps, alla s'arrêter enfin proche de l'ermitage de Saint-Nicolas où le serviteur de Dieu avait vu naître sa dévotion envers la sainte Vierge et où cette bonne Mère lui avait fait goûter ses faveurs. Jamais il ne fut possible de faire aller plus avant cette bête : elle fit trois fois le tour de l'ermitage, et ensuite elle tomba morte à la porte de la chapelle.

Source : missel.free.fr

Fête de Saint Raymond Nonnat
http://leblogdumesnil.unblog.fr/2016/08/31/2016-65-ou-la-fete-de-saint-raymond-nonnat-donne-lopportunite-de-rappeler-quelques-verites-que-beaucoup-ne-veulent-pas-entendre-aujourdhui/

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
 
31 août Saint Raymond Nonnat
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR. :: LES FORUMS CHRÉTIENS :: LES SAINTS DU JOUR.-
Sauter vers: