Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Sous le regard des trois Blancheurs, suivre Jésus et Marie fut-ce au milieu des pires tempêtes, mais dans la paix, la joie et l'amour.
 
ajouter des sujajouter des suj  AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Emigration
par Philippe Aujourd'hui à 1:16

» 24 juin : Solennité de la nativité de Saint Jean-Baptiste
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 0:38

» 24 juin : Serviteur de Dieu Frédéric-Vincent Lebbe
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 0:26

» Dom Pius Parsch pour le 5ème dimanche après la Pentecôte
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 0:13

» Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 0:02

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 22:21

» Prière d'autorité et de protection.
par Françoise Hier à 14:27

» 23 juin : Saint Joseph Cafasso
par ami de la Miséricorde Hier à 8:21

» Vigile de la Nativité de Saint Jean-Baptiste
par ami de la Miséricorde Hier à 8:06

» De tout et de rien !
par Françoise Ven 22 Juin - 12:44

» 22 juin Saint Zénon
par ami de la Miséricorde Jeu 21 Juin - 23:27

» 22 juin Saint Thomas More
par ami de la Miséricorde Jeu 21 Juin - 23:17

» 22 juin Saint Paulin de Nole
par ami de la Miséricorde Jeu 21 Juin - 23:04

» Le site Proliturgia.org et Ses rubriques intéressantes à relayer.
par Philippe Jeu 21 Juin - 21:45

» Rennes le Château... Le mystère.
par Françoise Jeu 21 Juin - 16:00

» Père James Manjackal
par Françoise Jeu 21 Juin - 11:12

» Musique relaxante pour méditer, s'évader de ce monde voué à disparaître.
par Françoise Jeu 21 Juin - 9:17

» 21 juin Saint Louis de Gonzague
par ami de la Miséricorde Mer 20 Juin - 23:21

» 21 juin : Saint Rodolphe de Bourges (ou Raoul)
par ami de la Miséricorde Mer 20 Juin - 23:00

» Demande de prière pour Vincent Lambert
par Françoise Mer 20 Juin - 15:45

» Paroles de la Très Sainte Mère de Dieu le 13/10/1973 à Akita (Japon)
par Françoise Mer 20 Juin - 15:32

» Viens, ne tarde plus, adore (chant chrétien)
par Françoise Mer 20 Juin - 8:45

» Alfie, pire que les nazis
par Philippe Mer 20 Juin - 7:58

» Un peu d'Histoire de France ! D'où venons-nous, où allons-nous ?
par Françoise Mer 20 Juin - 6:55

» 20 juin : Saint Silvère
par ami de la Miséricorde Mer 20 Juin - 0:27

» Sainte Faustine appelée au jugement de Dieu
par ami de la Miséricorde Mar 19 Juin - 23:45

» Tommy Robinson
par Philippe Mar 19 Juin - 20:25

» Abbé Guy Pagès.
par Françoise Mar 19 Juin - 6:50

» 19 juin : Sainte Julienne Falconieri
par ami de la Miséricorde Lun 18 Juin - 21:35

» 19 juin Bienheureuse Elena Aiello
par ami de la Miséricorde Lun 18 Juin - 21:25

» Ô Sainte TRINITE, AIE PITIE de NOUS !
par Françoise Lun 18 Juin - 9:01

» Prière d' exorcisme de St Benoît.
par Françoise Lun 18 Juin - 6:33

» 18 juin : Saint Grégoire Barbarigo
par ami de la Miséricorde Dim 17 Juin - 23:06

» 18 juin : Sainte Marine de Bythinie
par ami de la Miséricorde Dim 17 Juin - 22:56

» Je viens d’abord comme Roi de Miséricorde
par ami de la Miséricorde Dim 17 Juin - 22:19


Partagez | 
 

 "Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé"

Aller en bas 
AuteurMessage
Françoise
consacré
consacré
avatar

Messages : 1983
Date d'inscription : 12/06/2016

MessageSujet: "Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé"   Mer 4 Oct - 7:36

Bonjour,

Ce petit rappel n'est pas de trop : "Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé". 

Du site CAP FATIMA 2017, sur le centenaire de Fatima, lettre de liaison n° 60 (03 octobre 2017) :

voir l'en-tête complet
Cap Fatima 2017
Centenaire des apparitions de Fatima

« Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. »

Marie Médiatrice de toutes grâces

Samedi prochain, 7 octobre 2017 : 1er samedi du mois


et fête de Notre-Dame du Rosaire

[size][size]

Lettre de liaison n° 60 (3 octobre 2017)

Chers amis,
Le dialogue de l’apparition du 13 septembre rapporté par Lucie dans son quatrième mémoire ne comprend pas toutes les paroles de Notre-Dame. En effet, Lucie n’a jamais prétendu que ses mémoires étaient un récit exhaustif des apparitions. Certains faits nous sont ainsi connus uniquement par les interrogatoires initiaux, faits que sœur Lucie n’a pas toujours jugé nécessaire de rapporter dans ses mémoires.
À ce propos, le père De Marchi, missionnaire de la "Consolata" de Turin, qui exerça son ministère une dizaine d’années à Fatima, fit un travail très précieux : au cours de son séjour, il recueillit des témoignages de témoins des apparitions, pour la plupart illettrés, témoignages qu’il rassembla dans un livre d’une grande importance : Era uma senhora mais brilhante que o sol. (Titre de l’édition française : Témoignages sur les apparitions de Fatima). Or voici, ce qu’il rapporte à propos de l’apparition du 13 septembre. Nous ne citerons que la partie où se trouve le dialogue avec la Sainte Vierge, mais le chapitre relate de nombreux détails sur les phénomènes ayant accompagnés l’apparition ce jour-là. Ce fut une de celles qui réunit le plus grand nombre de signes visibles ou audibles de la présence de la Sainte Vierge (voir la lettre de liaison n°10).
Les enfants arrivent enfin près du chêne-vert, et Lucie, comme de coutume, demande à tous de réciter le chapelet avec elle. Tous se mettent à genoux, riches et pauvres, et répondent à haute voix au chapelet récité par la petite bergère. La prière n’est pas encore terminée, et voilà que les petits se lèvent pour inspecter l’horizon. Ils ont vu l’éclair. Quelques instants après, Notre-Dame est devant eux, sur le petit chêne-vert.
−      Que voulez-vous de moi ? demande, comme toujours, Lucie.
−      Continuez à réciter le chapelet tous les jours pour obtenir la fin de la guerre ! lui répond la Vierge. En octobre, viendront aussi notre-Seigneur, Notre-Dame des Douleurs et Notre-Dame du Carmel, et saint Joseph avec l’Enfant-Jésus pour bénir le monde.

Elle ajoute :
−      Dieu est content de vos sacrifices, mais Il ne veut pas que vous dormiez avec la corde. Portez-là seulement pendant le jour.
−      On m’a prié de vous demander beaucoup de choses, dit Lucie. Une petite fille qui est sourde… Vous ne voulez pas la guérir ?
−      Au cours de l’année, elle éprouvera du mieux.

Mais il y a encore d’autres demandes confiées à Lucie : des conversions, des guérisons…
−      Oui, dit la Vierge, j’en guérirai quelques-uns ; les autres, non, parce queNotre-Seigneur ne se fie pas à eux.

Cette dernière phrase de Notre-Dame est à méditer sérieusement.
La Sainte Vierge commence par dire : « J’en guérirai quelques-uns. » Dieu lui a donc accordé un grand pouvoir : Il lui a donné le pouvoir de nous guérir de nos infirmités.
Puis, la Sainte Vierge ajoute : « … les autres, non, parce que Notre-Seigneur ne me fie pas en eux. » Après le « J’en guérirai quelques-uns », on se serait attendu à avoir : « les autres, non, parce que je ne me fie pas en eux. » Mais ce n’est pas ce qu’elle a dit. En disant que Notre-Seigneur ne se fie pas en eux, Notre-Dame reconnaît que c’est son Fils qui accorde ses grâces ; elle-même n’est que la dispensatrice.
Ainsi, en quelques mots, Notre-Dame énonce une grande vérité : en disant « J’en guérirai », elle indique que, selon la Volonté de Dieu, elle est la médiatrice de toutes grâces. Et en disant « Notre-Seigneur ne se fie pas en eux », elle précise que ce n’est pas elle, mais son divin Fils qui est la source de ces grâces. Mais il a plu à la Providence divine que la dispensatrice des grâces acquises par les mérites de la Passion et de la Croix de Jésus-Christ, ce soit Notre-Dame.
Et d’où vient que Dieu ait donné un tel pouvoir à sa  Mère ? Le père Joseph de Sainte-Marie l’explique de la façon suivante : « La médiatrice ou l’intermédiaire qu’elle est, ne fait plus qu’un avec celui au nom de qui elle nous parle. La volonté de Dieu est devenue celle de Marie, et cela parce que la volonté de Marie, la Vierge du Fiat, de la parfaite obéissance, n’a jamais été autre que celle de Dieu. »
Dans ce dialogue du 13 septembre, Notre-Dame nous donne un autre enseignement : certains malades ne seront pas guéris, car Notre-Seigneur ne se fie pas en eux. Les grâces ne sont donc pas distribuées indistinctement. Dieu n’accorde ses grâces que s’Il peut se fier à nous, c’est-à-dire si nous prions avec persévérance et non pas uniquement dans le besoin. Dieu nous aime et veut que nous l’aimions en retour pour ce qu’Il est et non pas de façon intéressée.
Par ailleurs, si nous nous tournons vers Dieu uniquement dans nos difficultés, si notre ferveur est fonction du nombre de nos épreuves, comment s’étonner alors qu’Il nous en envoie pour attirer notre amour ? Quel autre moyen a-t-Il pour capter notre attention ? Au contraire, si nous sommes à Lui autant dans la joie que dans la peine, son cœur de Père sera enclin à nous laisser dans la joie puisque nous sommes tout à Lui autant dans un état que dans l’autre. Soyons-Lui fidèle et montrons-Lui qu’Il peut se fier à nous, que nous continuerons à prier, même s'Il nous guérit ! Et demandons à Notre-Dame la grâce d’être toujours fidèle, dans les consolations comme dans les épreuves.

Premier samedi du mois

Samedi prochain sera le cinquième de la deuxième série de premiers samedis organisée pour le centenaire des apparitions. En outre, ce dernier samedi de la série tombe le jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire. Nous avons donc une double raison pour ne pas omettre de faire notre communion réparatrice ce jour-là.
Et pour bien montrer à Notre-Dame notre volonté de faire ce qu’elle demande, observons soigneusement les prescriptions de cette dévotion (voir fiche sur les premiers samedis du mois), en particulier de les accomplir dans un esprit de réparation (voir lettre de liaison n°30)
N’oublions pas aussi d’offrir cette communion pour demande la grâce que le Saint-Père consacre la Russie au Cœur Immaculé et respectant les demandes de Notre-Dame, en particulier qu’il ordonne un acte solennel et public de réparation et qu’il approuve et recommande la dévotion réparatrice des premiers samedis du mois.

Mois du rosaire

Nous sommes entrés dans le mois du rosaire. En ce centenaire de l’apparition au cours de laquelle Notre-Dame a donné son nom : « Je suis Notre-Dame du Rosaire », essayons de réciter notre chapelet tous les jours. C’est une des plus belles façons de fêter ce centenaire. Car à chacune des six apparitions de 1917, Notre-Dame a demandé que nous récitions le chapelet tous les jours. Et au cours de trois apparitions, elle a demandé de prier Notre-Dame du Rosaire. (Voir lettre de liaison n°31)

Lettre de soutien au cardinal Burke

Après un mois, nous n’avons toujours pas de nouvelle de la lettre de soutien envoyée au cardinal Burke (voir lettre de liaison n° 52) le 28 août. Après investigation, il semble qu’elle se soit égarée lors du transfert de la poste française à la poste italienne, car le suivi de la lettre s’arrête là. Nous allons donc redoubler notre envoi.
En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.
Yves de Lassus
[/size][/size]
Revenir en haut Aller en bas
Françoise
consacré
consacré
avatar

Messages : 1983
Date d'inscription : 12/06/2016

MessageSujet: Re: "Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé"   Jeu 30 Nov - 10:23

http://www.fatima100.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=386:64-les-sacrifices-demandes-par-le-ciel&catid=31:lettres-de-liaison&lang=fr&utm_source=newsletter_1292&utm_medium=email&utm_campaign=centenaire-des-apparitions-de-fatima-lettre-de-liaison-n-63


  • Les sacrifices demandés par le Ciel


Samedi prochain, 2 décembre 2017 : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 64 (29 novembre 2017)



Chers amis,

Lors des conférences données tout au long de cette année du centenaire, une question est revenue fréquemment : "qu’est-ce qu’un sacrifice ?" ou plus exactement : "comment faire des sacrifices ?" Cette question est tout à fait légitime, car lors de la deuxième apparition de 1916, Lucie demanda à l’Ange : « Comment devons-nous faire des sacrifices ? ». Ce sont d’ailleurs les seules paroles que Lucie adressa à l’Ange au cours des trois apparitions de 1916. Cette question est donc importante. Aussi, même si elle a déjà été abordée plusieurs fois dans les lettres de liaison (voir les lettres de liaison n°6, n°7 et  n°58), il ne semble pas inutile de revenir dessus.

Sœur Lucie a souvent insisté sur ce point. « Quelle est la principale demande de Notre-Dame ? » lui demanda John Haffert le 12 août 1946. Lucie lui répondit : « Le sacrifice » Et son interlocuteur ayant poursuivi en disant : « Et qu’entendez-vous par sacrifice ? », elle résuma tout ce que lui avait dit aussi bien Notre-Dame que Notre-Seigneur : « Par sacrifice, Notre-Dame a dit qu’elle entendait l’accomplissement loyal du devoir d’état quotidien de chacun. » (Voir lettre de liaison n°6)



Notons que sœur Lucie parle bien de "sacrifice" et non de "pénitence". Et effectivement, la Sainte Vierge n’a jamais prononcé le mot "pénitence". Pourtant, juste après l’apparition du 13 octobre 1917, en retournant vers Aljustrel, Lucie répéta à la foule qui se massait autour d’elle : « Faites pénitence ! Faites pénitence ! Notre-Dame veut que vous fassiez pénitence. Si vous faites pénitence, la guerre finira ».


. Mais le soir-même, le chanoine Formigâo interrogea les petits voyants : « A-t-elle [Notre-Dame] dit qu’elle voulait que le peuple fasse pénitence ? — Oui. — A-t-elle employé le mot pénitence ? — Non. Elle a dit qu’il fallait réciter le chapelet, nous corriger de nos péchés et demander pardon à Notre-Seigneur, mais elle n’a pas parlé de pénitence. »

Les réponses de Lucie peuvent paraître contradictoires. En réalité, elles ne le sont pas, car en portugais, faire pénitence signifie se convertir, revenir à Dieu, fuir le péché et non pas s’infliger des mortifications. Et c’est sûrement le sens que Lucie voulait donner à ses paroles juste après l’apparition, car quelques instants avant, elle avait entendu les toutes dernières paroles de Notre-Dame en cette année 1917 : « N’offensez pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car Il est déjà trop offensé. » Pour transmettre cette supplique de notre mère du Ciel à tous ceux qui l’entouraient, sans toutefois dévoiler les paroles de la Sainte Vierge, elle ne pouvait que leur demander de se convertir afin de ne plus pécher. C’est d’ailleurs ce qu’elle confia au chanoine Formigâo : Notre-Dame veut que nous nous corrigions de nos péchés.

Mais quelle différence y a-t-il entre sacrifice et pénitence ? La pénitence, au sens de l’Évangile et de la théologie, est un acte de justice par lequel le pécheur se rappelant avec douleur et confusion qu’il a offensé Dieu, s’efforce de réparer cet outrage et de reconquérir la grâce divine . « Si vous ne faites pas pénitence, disait Notre-Seigneur, vous périrez tous ». La pénitence est donc un effort ou une privation que l’on s’impose pour réparer nos fautes personnelles ou gagner une grâce. Le pénitent est celui qui rachète ses fautes. À l’issue de la confession, le prêtre nous donne une pénitence qui aura pour vertu de racheter une partie de la peine restant due après l’absolution.

Le sacrifice, quant à lui, n’est pas de l’ordre de la justice, mais de celui de la charité. Il est fait pour son prochain. Il est donc plus désintéressé, plus empreint d’amour. On peut se l’imposer, mais il est aussi très fréquent qu’il ne soit que l’acceptation avec joie d’un devoir pénible. Saint Louis de Gonzague disait : « Les mortifications qui viennent des saisons, de la température sont d’autant plus méritoires, acceptées courageusement, qu’elles sont moins de notre choix ». Ainsi, Notre-Seigneur n’est pas mort sur la croix par pénitence : c’est un sacrifice demandé par son Père et pleinement accepté pour la réparation de nos péchés.

Il convient, bien évidemment, de ne pas marquer outre mesure la différence entre les deux termes, car dans le langage courant, il est fréquent d’utiliser l’un pour l’autre. Sœur Lucie elle-même a plusieurs fois employé le mot "pénitence". Il était toutefois utile ici de souligner cette différence afin de bien comprendre la demande de Notre-Dame. En demandant des sacrifices, elle veut que nous nous préoccupions d’avantage du salut de notre prochain. Certes, il ne faut pas oublier le nôtre. Car notre conversion personnelle demande que nous fassions pénitence en expiation de nos péchés. Mais, nous devons aussi nous préoccuper du salut de notre prochain. La Sainte Vierge l’a dit plusieurs fois, notamment le 19 août 1917, en expliquant pourquoi : « Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs. Car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles. »

En résumé, on peut donc dire que la pénitence est une privation faite pour réparer nos propres fautes, le sacrifice pour réparer celles de notre prochain. Dans les deux cas, on peut soit choisir cet effort nous-même, soit accepter les contrariétés ou épreuves que la Providence nous envoie. Ici, il est important de bien comprendre que, ce que demande le Ciel avant tout, c’est de commencer par accepter les sacrifices que nous ne choisissons pas. Sœur Lucie a plusieurs fois dit à ses confesseurs que Notre-Seigneur comme Notre-Dame lui avaient demandé d’accepter les efforts rencontrés dans l’accomplissement de notre devoir d’état. (Voir lettre de liaison n°58)

C’est exactement ce que Notre-Seigneur confiait déjà à sainte Marguerite-Marie : « Tu te trompes, ma fille, en pensant Me plaire par des mortifications où ta propre volonté fait plier celle des supérieurs… Je rejette tout cela comme des fruits corrompus par la volonté propre, laquelle M’est en horreur. J’agréerais davantage que tu prennes tes commodités par obéissance, que de t’accabler d’austérités par ta propre volonté. »

Bien sûr, il ne s’agit pas de rejeter complètement la pénitence volontaire. Après les apparitions, les petits voyants s’imposèrent de nombreuses pénitences, comme porter une corde autour de la taille. Mais, il y a un ordre : avant de nous imposer des mortifications, il faut commencer par accepter et offrir toutes les difficultés que nous rencontrons dans notre vie quotidienne. À quoi nous servirait de jeûner tous les jours si nous nous agaçons pour un oui ou pour un non ? L’offrande des sacrifices que nous ne choisissons pas, voilà ce que demande d’abord Notre-Seigneur. Nous détaillerons ce point dans la prochaine lettre de liaison.


Poursuite de Cap Fatima 2017



Suite à la dernière lettre de liaison, nous avons reçu de nombreuses réponses nous demandant de poursuivre sa diffusion. Dans ces réponses figuraient également deux autres demandes :



  • de continuer à organiser des préparations pour des consécrations au Cœur Immaculé de Marie,
  • d’envoyer des méditations pour aider à faire le quart d'heure de méditation pour les premiers samedis du mois.



Devant le nombre de témoignages reçus, certains parfois très touchants, nous avons donc décidé de poursuivre les actions de Cap Fatima 2017 au moins une année supplémentaire, et éventuellement plus selon ce que la Providence nous incitera à faire.

Pour la lettre de liaison, les apparitions de Fatima étant particulièrement riches, cette prolongation ne pose pas de véritable difficulté, sinon de continuer à y consacrer un temps suffisant pour sa rédaction.
Pour les premiers samedis du mois, une méditation sur un mystère du rosaire sera jointe à la lettre de liaison envoyée quelques jours avant chaque premier samedi du mois. Nous commencerons avec le premier samedi du mois de janvier 2018.
Enfin, des dates de consécration au Cœur Immaculé seront proposées pour 2018.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.
Yves de Lassus


Dernière édition par Françoise le Jeu 30 Nov - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Philippe
consacré
consacré
avatar

Messages : 672
Date d'inscription : 03/08/2010
Age : 70
Localisation : Maisons Laffitte

MessageSujet: Re: "Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé"   Jeu 30 Nov - 17:57

Amen. Il n'y a plus qu'à suivre ou....continuer   Cool

====================================================================================
Revenir en haut Aller en bas
http://www.monastere.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé"
» La vie consacrée, signe prophétique dans notre monde
» Dieu seul change le monde, fait observer le Pape Benoit XVI
» Saint Marc et commentaire du jour "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création"
» La pénétration du christianisme dans le monde celtique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR. :: LE MONASTÈRE INTÉRIEUR :: PRIÈRE CONTINUELLE ET SACRIFICE PERPÉTUEL :: Consécration au Coeur Immaculé de Marie-
Sauter vers: