Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Sous le regard des trois Blancheurs, suivre Jésus et Marie fut-ce au milieu des pires tempêtes, mais dans la paix, la joie et l'amour.
 
ajouter des sujajouter des suj  AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Chapelet Cassé
par Philippe Aujourd'hui à 0:59

» 15 OCTOBRE - ANNIVERSAIRE ACTE D'ABANDON MARTHE ROBIN
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 0:28

» Les saintes voies de la Croix du Vénérable Mr Boudon
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 0:22

» Le chapelet à la Grotte de Lourdes.
par Françoise Hier à 20:44

» Le livre de l'Amour Miséricordieux.
par Philippe Hier à 18:22

» Maria Valtorta
par Philippe Hier à 12:04

» L'Islam
par Philippe Hier à 9:38

» Défendez-nous Saint Michel Archange
par ami de la Miséricorde Dim 14 Oct - 22:28

» 15 octobre : Saint Euthyme le jeune
par ami de la Miséricorde Dim 14 Oct - 21:58

» 15 octobre : Sainte Thérèse d'Avila
par ami de la Miséricorde Dim 14 Oct - 21:39

» Le célibat des prêtres
par Philippe Dim 14 Oct - 10:49

» François Bergoglio
par Philippe Dim 14 Oct - 10:03

» La pensée du jour
par Philippe Dim 14 Oct - 9:59

» 14 octobre : Saint Calixte 1er
par ami de la Miséricorde Dim 14 Oct - 7:51

» Cardinal Sarah
par Françoise Sam 13 Oct - 21:43

» Sub Tuum Praesidium (Sous l'abri de ta miséricorde) - chant à Marie.
par Françoise Sam 13 Oct - 21:19

» 13 octobre 1884 : la vision du Pape Léon XIII
par ami de la Miséricorde Ven 12 Oct - 23:43

» 13 octobre 1917 Fin de l'apparition de Notre Dame de Fatima
par ami de la Miséricorde Ven 12 Oct - 23:26

» 13 octobre : Bienheureuse Alexandrina Maria Da Costa Balasar
par ami de la Miséricorde Ven 12 Oct - 23:09

» De tout et de rien !
par Françoise Ven 12 Oct - 14:42

» Luz de Maria
par Françoise Ven 12 Oct - 14:24

» 12 octobre Sainte Spérie de cahors
par ami de la Miséricorde Ven 12 Oct - 8:26

» 12 octobre Saint Dismas, Le Bon Larron
par ami de la Miséricorde Ven 12 Oct - 8:19

» 12 octobre : Notre-Dame du Pilier
par ami de la Miséricorde Ven 12 Oct - 7:13

» 11 octobre : Sainte Maria Soledad Torrès Acosta
par ami de la Miséricorde Jeu 11 Oct - 7:41

» 11 octobre : Saint Angelo Giuseppe Roncal, Pape Jean XXIII
par ami de la Miséricorde Jeu 11 Oct - 7:29

» 11 octobre : Maternité de la B.V. Marie
par ami de la Miséricorde Mer 10 Oct - 23:26

» Ave Maria Gratia Plena
par Panetier Mer 10 Oct - 16:44

» L’abbé Henri Vallançon
par Panetier Mer 10 Oct - 11:17

» Jean Paul II
par Panetier Mer 10 Oct - 11:08

» Mgr Ottavio Michelini
par Panetier Mer 10 Oct - 10:57

» 10 octobre Saint Loth
par ami de la Miséricorde Mar 9 Oct - 22:17

» 10 octobre : Bienheureuse Angèle-Marie Truszkowska
par ami de la Miséricorde Mar 9 Oct - 22:05

» 9 octobre : Bienheureux Cardinal John Henry Newman
par ami de la Miséricorde Mar 9 Oct - 7:36

» 9 octobre : Saint Denis et ses compagnons
par ami de la Miséricorde Mar 9 Oct - 7:28


Partagez | 
 

 VISION DE L'ENFER de Sainte Thérèse d'Avila

Aller en bas 
AuteurMessage
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
avatar

Messages : 2003
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 60
Localisation : Région parisienne

MessageSujet: VISION DE L'ENFER de Sainte Thérèse d'Avila   Lun 30 Oct - 23:31




VISION DE L'ENFER de Sainte Thérèse d'Avila

L'entrée me parut semblable à une ruelle très longue et très étroite, ou encore à un four extrêmement bas, obscur et resserré. Le fond était comme une eau fangeuse, très sales, infecte et remplie de reptiles venimeux. A l'extrémité se trouvait une cavité creusée dans une muraille en forme d'alcôve où je me vis placer très à l'étroit. Tout cela était délicieux à la vue, en comparaison de ce que je sentis alors ; car je suis loin d'en avoir fait une description suffisante. Quant à la souffrance que j'endurai dans ce réduit, il me semble impossible d'en donner la moindre idée ; on ne saurait jamais la comprendre. Je sentis dans mon âme un feu dont je suis impuissante à décrire la nature, tandis que mon corps passait par des tourments intolérables. 

J'avais cependant enduré dans ma vie des souffrances bien cruelles ; et, de l'aveu des médecins, ce sont les plus grandes dont on puisse être affligés ici-bas, car tous mes nerfs s'étaient contractés quand je fus percluse de mes membres. J'avais eu aussi à supporter toutes sortes d'autres maux dont quelques-uns, je l'ai dit, venaient du démon. Mais tout cela n'est rien en comparaison de ce que je souffris dans ce cachot. De plus, je voyais que ce tourment devait être sans fin et sans relâche. Et cependant toutes ces souffrances ne sont rien encore auprès de l'agonie de l'âme. Elle éprouve une oppression, une angoisse, une affliction si sensible, une peine si désespérée et si profonde, que je ne saurais l'exprimer. Si je dis que l'on vous arrache continuellement l'âme, c'est peu, car, dans ce cas, c'est un autre qui semble vous ôter la vie. Mais ici, c'est l'âme elle-même qui se met en pièces. Je ne saurais, je l'avoue, donner une idée de ce feu intérieur et de ce désespoir qui s'ajoutent à des tourments et à des douleurs si terribles. Je ne voyais pas qui me les faisait endurer, mais je me sentais, ce semble, brûler et hacher en morceaux. Je le répète, ce qu'il y a de plus affreux, c'est ce feu intérieur et ce désespoir de l'âme.
 
Dans ce lieu si infect d'où le moindre espoir de consolation est à jamais banni, il est impossible de s'asseoir ou de se coucher ; l'espace manque ; j'y étais enfermée comme dans un trou pratiqué dans la muraille ; les parois elles-mêmes, objet d'horreur pour la vue, vous accablent de tout leur poids ; là tout vous étouffe ; il n'y a point de lumière, mais les ténèbres les plus épaisses. Et cependant, chose que je ne saurais comprendre, malgré ce manque de lumière, on aperçoit tout ce qui peut-être un tourment pour la vue. 

~ Il m'a donné depuis, une vision de choses épouvantables et de châtiments infligés à certains vices ; ces tortures me paraissaient beaucoup plus horrible à la vue. Mais, comme je n'en souffrais pas la peine, j'en fus moins effrayée. Dans la vision précédente, au contraire, le Seigneur m'avait fait éprouver véritablement en esprit ces tourments et ces angoisses, comme si mon corps les avait endurés. Je ne sais comment cela se fit, mais je compris bien que c'était une grande grâce et que le Seigneur voulait me faire voir de mes propres yeux l'abîme d'où sa miséricorde m'avait délivrée.

Entendre parler de l'enfer ce n'est rien. ~ Aussi, je fus épouvantée. ~ Aussi, chaque fois que je me rappelle ce souvenir au milieu de mes travaux et de mes peines, toutes les souffrances d'ici-bas ne sont plus rien à mes yeux ; il me semble même que, sous un certain rapport, nous nous plaignons sans motif.

Depuis lors, je le répète, tout me paraît facile en comparaison d'un seul instant de ces tortures que j'endurais alors. Je m'étonne même qu'après avoir lu souvent des livres où l'on donne quelque aperçu des peines de l'enfer, je ne les aie point redoutées comme elles le méritent et ne m'en soit pas fait une idée exacte. Où étais-je donc ?

Comment pouvais-je trouver quelque repos dans ce qui m'entraînait à un si terrible séjour ? O mon Dieu, soyez à jamais béni !
Cette vision m'a procuré, en outre, une douleur immense de la perte de tant d'âmes et en particulier de ces luthériens qui étaient déjà par le baptême membres de l'Église. Elle m'a procuré aussi les désirs les plus ardents d'être utile aux âmes. 

Il me semble en vérité que, pour en délivrer une seule de si horribles tourments, je souffrirais très volontiers mille fois la mort. Voici en effet ce que je pense. Quand nous voyons quelqu'un et surtout une personne amie au milieu de grandes épreuves et de grandes douleurs, il semble que nous sommes naturellement touchés de compassion ; et si ses souffrances sont intenses, nous les ressentons très vivement. 

Mais la vue d'une âme condamnée pour l'éternité au supplice des supplices, Qui donc pourrait la souffrir ? Il n'y a pas de coeur qui n'en serait brisé de douleur. Nous sommes émus de la plus tendre compassion pour les maux d'ici-bas, et cependant nous savons qu'ils ont un terme et finissent avec la vie. Ne le serions-nous pas d'avantage pour des supplices qui doivent durer toujours ? Je ne sais comment nous pouvons vivre en repos quand nous voyons tant d'âmes que le démon entraîne avec lui en enfer.

Source : catholicus.pagesperso-orange.fr

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
 
VISION DE L'ENFER de Sainte Thérèse d'Avila
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 15 Octobre : Sainte Thérèse d'Avila
» FONDATION DE PASTRANE (Sainte Thérèse d'Avila)
» Avis et Maximes de Sainte Thérèse d'Avila
» Neuvaine à Sainte Thérèse d'Avila
» VISION DE L'ENFER de Sainte Thérèse d'Avila

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR. :: LE MONASTÈRE INTÉRIEUR ::  FORMATION-
Sauter vers: