Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Sous le regard des trois Blancheurs, suivre Jésus et Marie fut-ce au milieu des pires tempêtes, mais dans la paix, la joie et l'amour.
 
ajouter des sujajouter des suj  AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Du 21 au 29 septembre Neuvaine à Saint Michel Archange
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Aujourd'hui à 19:16

» Veillons et prions : CHAPELET quotidien à la Grotte de Lourdes.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Aujourd'hui à 18:29

» 29 septembre : Sts Michel, Gabriel, Raphaël
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:04

» Méditation : Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 0:39

» Seigneur, mon secours (Psaume 120)
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Hier à 17:49

» 28 septembre : Saint Venceslas
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Mar 27 Sep - 23:42

» La Sagesse a dressé une table (Ensemble vocal l'Alliance).
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Mar 27 Sep - 21:09

» Rosaire à Saint Joseph pour débloquer une situation difficile.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Mar 27 Sep - 21:03

» 27 septembre : Vénérable Maurice Garrigou
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Lun 26 Sep - 23:31

» APPEL à la PRIERE de TOUS
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Lun 26 Sep - 19:02

» 26 septembre : Saint Gédéon
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Lun 26 Sep - 0:00

» 19/09/1846 - Notre Dame de la Salette : le SECRET.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Dim 25 Sep - 20:05

» 25 septembre : Saint Nicolas de Flue
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Dim 25 Sep - 0:21

» 24 septembre Notre Dame de la Merci
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Sam 24 Sep - 0:26

» 23 septembre : Saint Padre Pio de Pietrelcina
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Ven 23 Sep - 21:10

» Chapelet de saint Michel Archange en continu - Puissante protection.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Ven 23 Sep - 8:51

» 22 septembre : Saint Maurice et ses compagnons
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 22 Sep - 0:34

» Photo miraculeuse de la sainte famille
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Philippe Mer 21 Sep - 0:01

» 21 septembre Sainte Déborah
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Mar 20 Sep - 23:39

» Le sang de St Janvier s'est liquéfié le 19/09/22, jour de sa fête, à Naples.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Mar 20 Sep - 19:06

» Euthanasie
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Philippe Mar 20 Sep - 9:42

» 20 septembre : Vénérable Yves Mahyeuc de Rennes
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Lun 19 Sep - 23:22

» Crise énergie, pass énergétique, coupure de courant, le point avec F. Di Vizio
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Lun 19 Sep - 19:40

» Rappelle-toi, Ô Marie, souviens-toi (N.D. de la Salette) - J.C. Gianadda -
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Lun 19 Sep - 19:33

» Consécration à Notre Dame de La Salette (J.C. Gianadda - 24/09/2020)
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Lun 19 Sep - 19:27

» Les prophéties de Alois Irlmaier un sourcier allemand aux dons exceptionnels.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Tite Lun 19 Sep - 14:01

» 19 septembre : Notre Dame de la Salette
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Dim 18 Sep - 23:36

» 18 septembre : Saint Joseph de Cupertino
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Sam 17 Sep - 22:49

» Du site "Benoit et moi 2020 et ... 2021... Et 2022.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Tite Sam 17 Sep - 8:40

» 17 septembre : Sainte Hildegarde de Bingen
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Ven 16 Sep - 23:28

» Ne crains pas, Je suis ton Dieu
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Ven 16 Sep - 23:14

» Misericordes sicut Pater.
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar Françoise Ven 16 Sep - 23:03

» 16 septembre : Sainte Mechtilde (Mathilde) de Magdebourg
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Ven 16 Sep - 9:41

» Le cardinal Müller et le "nouvel ordre mondial" : une interview détonante
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 15 Sep - 0:10

» 15 septembre : Notre-Dame des Douleurs
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Emptypar ami de la Miséricorde Mer 14 Sep - 23:48

Le deal à ne pas rater :
Corsair Vengeance LPX 32GB (2 x 16GB) DDR4 3200MHz C16 High ...
99.90 €
Voir le deal

 

 8 septembre : Nativité de la Vierge Marie

Aller en bas 
AuteurMessage
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 5065
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 64
Localisation : Région parisienne

8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Empty
MessageSujet: 8 septembre : Nativité de la Vierge Marie    8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  EmptyJeu 8 Sep - 21:33

8 septembre : Nativité de la Vierge Marie  Naissance-de-marie0

SAINTS DU 8 SEPTEMBRE

Acte de réparation à la Vierge Immaculée

Très Sainte et Immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, qui êtes aussi notre Mère : nous nous agenouillons respectueusement devant vous, afin de réparer par ce témoignage d’honneur et d’amour toute la souffrance que vous ont causée à vous et à votre Divin Fils, la négligence, l’ingratitude, le reniement et les blasphèmes.

Ô Marie, chef-d’œuvre incomparable de la Très Sainte Trinité, objet des complaisances éternelles de Dieu ! Le Fils Eternel de Dieu est votre Fils selon la nature humaine, le sang de votre sang. Votre dignité touche ainsi à l’infini ; vous êtes, ô Marie, l’Immaculée Conception, pleine de grâces et de mérites, la Vierge-Mère, la Reine du Ciel et de la terre. Vous êtes notre Co-Rédemptrice, notre Médiatrice et notre réconciliatrice. Vous êtes la Mère de la Sainte Eglise et l’exterminatrice de toutes les hérésies, la Trésorière du Cœur de Jésus, la Dispensatrice de toutes les faveurs célestes, la Toute-Puissance suppliante, la Mère de miséricorde, notre Consolatrice et notre Refuge.

Votre bonté et votre miséricorde égalent votre force et votre dignité. Et cependant, il y a des malheureux qui, comme de vrais suppôts de l’enfer, vous dédaignent et vous insultent, vous et votre Divin Fils. Il en est qui méconnaissent votre dignité incomparable. Et vos bontés maternelles. D’autres qui sapent l’œuvre de la Rédemption dans les âmes rachetées par le sang de Jésus et qui cherchent à déchristianiser le monde.

Et combien, même parmi les chrétiens, qui aiment trop peu leur Mère et montrent par leur manière d’agir qu’ils n’ont pas assez de confiance en Vous, Mère de miséricorde, consolatrice des affligés, et refuge des pécheurs. Combien qui se flattent, ô Mère, de vous aimer de tout cœur et continuent étourdiment de renouveler par le péché les souffrances de Jésus et de transpercer votre Cœur maternel. Et moi-même que j’estime peu ce que vous êtes pour nous ! Que de fois je me suis joint aux bourreaux du Calvaire ! Et, au lieu d’être pour vous un fils aimant, j’ai trop souvent attristé votre tendre cœur de Mère par ma négligence et mon indifférence.

Ô Cœur maternel de Marie, ayez pitié de nous ! Miséricorde et conversion pour ceux qui cherchent à déraciner dans les âmes des pauvres et des enfants l’amour pour Jésus et pour vous. Miséricorde et conversion pour tous les pécheurs ! Miséricorde et pardon pour moi aussi, pour toutes mes fautes et mes négligences !

A titre de réparation, ô la meilleure des Mères, je vous offre la louange et tout l’honneur qui vous ont jamais été rendus par le ciel et la terre, en particulier par le Divin Cœur de Jésus. Je vous présente tout l’hommage qu’on vous rend aujourd’hui sur toute la terre, en public et au foyer. Je m’offre aussi moi-même avec mon amour d’enfant et ma piété, avec toutes les adversités et les bonnes actions de ce jour. Je vous promets d’être désormais tout vôtre, d’animer et de répandre votre culte, tant que je le pourrai.

Ô bonne Mère, répandez en nous et sur le monde entier, le surplus de votre miséricorde maternelle, en même temps qu’une vive piété pour Jésus et votre Saint Cœur ! Exterminez les hérésies, et écrasez pour toujours la tête du serpent infernal ! Obtenez la paix pour la terre, et la victoire pour notre Mère la Sainte Eglise ! Régnez sur nous et sur le monde entier, et que, par votre règne, nous arrive le règne du Divin Cœur de Jésus ! Ô bon Jésus, je vous en conjure par l’amour que vous portez à votre Mère : accordez-moi de l’aimer vraiment comme vous l’aimez et comme vous désirez qu’elle soit aimée. Ainsi-soit-il !

Indulgence plénière pour tous ceux qui, le premier samedi du mois vont à communion
et font acte de Réparation pour les blasphèmes contre la Vierge Immaculée

sur la Nativité de la Vierge de Saint Jean Damascène

Neuf mois étant accomplis, Anne mit au monde une fille et l'appela du Nom de Marie. Quand elle l'eut sevrée, la troisième année, Joachim et elle se rendirent au Temple du Seigneur et, ayant offert au Seigneur des victimes, ils présentèrent leur petite fille Marie pour qu'elle habitât avec les vierges qui, nuit et jour, sans cesse, louaient Dieu. Quand elle eut été amenée devant le Temple du Seigneur, Marie gravit en courant les quinze marches sans se retourner pour regarder en arrière et sans regarder ses parents comme le font les petits enfants. Et cela frappa d'étonnement toute l'assistance, au point que les prêtres du Temple eux-mêmes étaient dans l'admiration.

Puisque la Vierge Marie devait naître d'Anne, la nature n'a pas osé devancer le germe béni de la grâce. Elle est restée sans fruit jusqu'à ce que la grâce eût porté le sien. En effet il s'agissait de la naissance, non d'un enfant ordinaire, mais de cette première-née d'où allait naître le premier-né de toute créature, en qui subsistent toutes chose. O bienheureux couple, Joachim et Anne ! Toute la création vous doit de la reconnaissance, car c'est en vous et par vous qu'elle offre au créateur le don qui surpasse tous les dons, je veux dire la chaste Mère qui était seule digne du Créateur.

Aujourd'hui sort de la souche de Jessé le rejeton sur lequel va s'épanouir pour le monde une fleur divine. Aujourd'hui Celui qui avait fait autrefois sortir le firmament des eaux crée sur la terre un ciel nouveau, formé d'une substance terrestre ; et ce ciel est beaucoup plus beau, beaucoup plus divin que l'autre, car c'est de lui que va naître le soleil de justice, celui qui a créé l'autre soleil....

Que de miracles se réunissent en cette enfant, que d'alliances se font en elle ! Fille de la stérilité, elle sera la virginité qui enfante. En elle se fera l'union de la divinité et de l'humanité, de l'impassibilité et de la souffrance, de la vie et de la mort, pour qu'en tout ce qui était mauvais soit vaincu par le meilleur. O fille d'Adam et Mère de Dieu ! Et tout cela a été fait pour moi, Seigneur ! Si grand était votre amour pour moi que vous avez voulu, non pas assurer mon salut par les anges ou quelque autre créature, mais restaurer par vous-même celui que vous aviez d'abord créé vous-même. C'est pourquoi je tressaille d'allégresse et je suis plein de fierté, et dans ma joie, je me tourne vers la source de ces merveilles, et emporté par les flots de mon bonheur, je prendrai la cithare de l'Esprit pour chanter les hymnes divins de cette naissance...

Aujourd’hui le créateur de toutes choses, Dieu le Verbe compose un livre nouveau jailli du cœur de son Père, et qu’il écrit par le Saint-Esprit, qui est langue de Dieu…

O fille du roi David et Mère de Dieu, Roi universel. O divin et vivant objet, dont la beauté a charmé le Dieu créateur, vous dont l'âme est toute sous l’action divine et attentive à Dieu seul ; tous vos désirs sont tendus vers cela seul qui mérite qu'on le cherche, et qui est digne d'amour ; vous n'avez de colère que pour le péché et son auteur. Vous aurez une vie supérieure à la nature, mais vous ne l'aurez pas pour vous, vous qui n'avez pas été créée pour vous. Vous l'aurez consacrée tout entière à Dieu, qui vous a introduite dans le monde, afin de servir au salut du genre humain, afin d'accomplir le dessein de Dieu, I'Incarnation de son Fils et la déification du genre humain. Votre cœur se nourrira des paroles de Dieu : elles vous féconderont, comme l'olivier fertile dans la maison de Dieu, comme l'arbre planté au bord des eaux vives de l'Esprit, comme l'arbre de vie, qui a donné son fruit au temps fixé : le Dieu incarné, la vie de toutes choses. Vos pensées n'auront d'autre objet que ce qui profite à l'âme, et toute idée non seulement pernicieuse, mais inutile, vous la rejetterez avant même d'en avoir senti le goût.

Vos yeux seront toujours tournés vers le Seigneur, vers la lumière éternelle et inaccessible ; vos oreilles attentives aux paroles divines et aux sons de la harpe de l'Esprit, par qui le Verbe est venu assumer notre chair... vos narines respireront le parfum de l'époux, parfum divin dont il peut embaumer son humanité. Vos lèvres loueront le Seigneur, toujours attaché aux lèvres de Dieu. Votre bouche savourera les paroles de Dieu et jouira de leur divine suavité. Votre cœur très pur, exempt de toute tache, toujours verra le Dieu de toute pureté et brûlera de désir pour lui. Votre sein sera la demeure de celui qu'aucun lieu ne peut contenir. Votre lait nourrira Dieu, dans le petit enfant Jésus. Vous êtes la porte de Dieu, éclatante d'une perpétuelle virginité. Vos mains porteront Dieu, et vos genoux seront pour lui un trône plus sublime que celui des chérubins... Vos pieds, conduits par la lumière de la loi divine, le suivant dans une course sans détours, vous entraîneront jusqu'à la possession du Bien-Aimé. Vous êtes le temple de l'Esprit-Saint, la cité du Dieu vivant, que réjouissent les fleuves abondants, les fleuves saints de la grâce divine. Vous êtes toute belle, toute proche de Dieu ; dominant les Chérubins, plus haute que les Séraphins, très proche de Dieu lui-même.

Salut, Marie, douce enfant d'Anne ; l’amour à nouveau me conduit jusqu’à vous. Comment décrire votre démarche pleine de gravité ? votre vêtement ? le charme de votre visage ? cette sagesse que donne l'âge unie à la jeunesse du corps ? Votre vêtement fut plein de modestie, sans luxe et sans mollesse. Votre démarche grave, sans précipitation, sans heurt et sans relâchement. Votre conduite austère, tempérée par la joie, n'attirant jamais l'attention des hommes. Témoin cette crainte que vous éprouvâtes à la visite inaccoutumée de l'ange ; vous étiez soumise et docile à vos parents ; votre âme demeurait humble au milieu des plus sublimes contemplations. Une parole agréable, traduisant la douceur de l'âme. Quelle demeure eût été plus digne de Dieu ? Il est juste que toutes les générations vous proclament bienheureuse, insigne honneur du genre humain. Vous êtes la gloire du sacerdoce, l’espoir des chrétiens, la plante féconde de la virginité. Par vous s'est répandu partout l'honneur de la virginité Que ceux qui vous reconnaissent pour la Mère de Dieu soient bénis, maudits ceux qui refusent...

O vous qui êtes la fille et la souveraine de Joachim et d'Anne, accueillez la prière de votre pauvre serviteur qui n'est qu'un pécheur, et qui pourtant vous aime ardemment et vous honore, qui veut trouver en vous la seule espérance de son bonheur, le guide de sa vie, la réconciliation auprès de votre Fils et le gage certain de son salut. Délivrez-moi du fardeau de mes péchés, dissipez les ténèbres amoncelées autour de mon esprit, débarrassez-moi de mon épaisse fange, réprimez les tentations, gouvernez heureusement ma vie, afin que je sois conduit par vous à la béatitude céleste, et accordez la paix au monde. A tous les fidèles de cette ville, donnez la joie parfaite et le salut éternel, par les prières de vos parents et de toute l'Eglise

9/10 Une vigne aux beaux sarments (Os 10,1, Ps 128,3) a germé du sein d’Anne, mère de Marie, et elle a produit un raisin plein de douceur, source de nectar jaillissant pour les habitants de la terre en vie éternelle. Joachim et Anne se firent des semailles de justice et récoltèrent un fruit de vie. Ils se sont éclairés de la lumière de la connaissance, ils ont cherché le Seigneur et il leur vint un fruit de justice (Os 10,12 ; Is 61,11). Que la terre prenne confiance ! Enfants de Sion, réjouissez-vous dans le Seigneur votre Dieu, car le désert a verdoyé (Jl 2,21-23) : celle qui était stérile a porté son fruit. Joachim et Anne, comme des montagnes mystiques, ont fait couler le vin doux. Sois dans l’allégresse, Anne bienheureuse, d’avoir enfanté une femme. Car cette femme sera Mère de Dieu, porte de la lumière, source de vie, et elle réduit à néant l’accusation qui pesait sur la femme.

Le visage de cette femme, les hommes riches du peuple l’imploreront. Devant cette femme les rois des nations se prosterneront en lui offrant des présents. Cette femme, tu l’amèneras à Dieu, le Roi universel, parée de la beauté de ses vertus comme de franges d’or, ornée de la grâce de l’Esprit, et dont la gloire est au-dedans (Ps 45,13-14). La gloire de toute femme, c’est l’homme, qui lui est donné du dehors : mais la gloire de la Mère de Dieu est intérieure, elle est le fruit de son sein.

Ô femme tout aimable, trois fois heureuse ! Tu es bénie entre les femmes, et béni est le fruit de ton sein.

Ô femme, fille du roi David, et Mère de Dieu, le Roi universel ! Divin et vivant chef-d’œuvre, dont Dieu le Créateur s’est réjoui, dont l’esprit est gouverné de Dieu et attentif à Dieu seul, dont tout le désir se porte à ce qui seul est désirable et aimable, qui n’as de colère que contre le péché et celui qui l’a enfanté. Tu auras une vie supérieure à la nature. Car tu ne l’auras point pour toi, puisque aussi bien ce n’est point pour toi que tu es née. Aussi l’auras-tu pour Dieu : à cause de lui tu es venue à la vie, à cause de lui tu serviras au salut universel, pour que l’antique dessein de Dieu, qui est l’Incarnation du Verbe et notre divinisation, par toi s’accomplisse. Ton appétit est de te nourrir des paroles divines et de te fortifier de leur sève, comme l’olivier fertile dans la maison de Dieu (Ps 52,10), comme l’arbre planté près du cours des eaux (Ps 1,3) de l’Esprit, comme l’arbre de vie, qui a donné son fruit au temps qui lui fut marqué : le Dieu incarné, vie éternelle de tous les êtres. Tu retiens toute pensée nourrissante et utile à l’âme : mais toute pensée superflue et qui serait pour l’âme un dommage, tu la rejettes avant de la goûter. Tes yeux sont toujours vers le Seigneur (Ps 25,15), regardant la lumière éternelle et inaccessible (1 Tm 6,16). Tes oreilles écoutent la divine parole et se délectent de la cithare de l’Esprit ; par elles la Parole est entrée pour se faire chair. Tes narines respirent avec délices l’arôme des parfums de l’Époux, qui est lui-même un parfum, spontanément répandu pour oindre son humanité : Ton nom est un parfum qui s’épanche, dit l’Ecriture (Ct 1,2). Tes lèvres louent le Seigneur, et sont attachées à ses lèvres. Ta langue et ton palais discernent les paroles de Dieu et se rassasient de la suavité divine. Cœur pur et sans souillure, qui voit et désire le Dieu sans souillure !

Dans ce sein l’être illimité est venu demeurer ; de son lait, Dieu, l’enfant Jésus, s’est nourri. Porte de Dieu toujours virginale ! Voici les mains qui tiennent Dieu, et ces genoux sont un trône plus élevé que les Chérubins : par eux les mains affaiblies et les genoux chancelant (Is 35,3) furent affermis. Ses pieds sont guidés par la loi de Dieu comme par une lampe brillante, ils courent à sa suite sans se retourner, jusqu’à ce qu’ils aient attiré vers l’amante le Bien-Aimé. Par tout son être elle est la chambre nuptiale de l’Esprit, la cité du Dieu vivant, que réjouissent les canaux du fleuve (Ps 46,5), c’est-à-dire les flots des charismes de l’Esprit : toute belle, tout entière proche de Dieu. Car, dominant les Chérubins, plus haute que les Séraphins, proche de Dieu, c’est à elle que cette parole s’applique !

Merveille qui dépasse toutes les merveilles : une femme est placée plus haut que les Séraphins, parce que Dieu est apparu abaissé un peu au-dessous des anges (Ps 8,6) ! Que Salomon le très sage se taise, et qu’il ne dise plus : Rien de nouveau sous le soleil (Qo 1,9). Vierge pleine de la grâce divine, temple saint de Dieu, que le Salomon selon l’esprit, le Prince de la paix, a construit et habite, l’or et les pierres inanimées ne t’embellissent pas, mais, mieux que l’or, l’Esprit fait ta splendeur. Pour pierreries, tu as la perle toute précieuse, le Christ, la braise de la divinité.

Supplie-le de toucher nos lèvres, afin que, purifiés, nous le chantions avec le Père et l’Esprit, en nous écriant : Saint, Saint, Saint le Seigneur Sabaoth, la nature unique de la divinité en trois Personnes. Saint est Dieu, le Père, qui a bien voulu qu’en toi et par toi s’accomplît le mystère qu’il avait prédéterminé avant les siècles. Saint est le Fort, le Fils de Dieu, et Dieu le Monogène, qui aujourd’hui te fait naître, première-née d’une mère stérile, afin qu’étant lui-même Fils unique du Père et Premier-né de toute créature (1 Co 1,15), il naisse de toi, Fils unique d’une Vierge-Mère, Premier-né d’une multitude de frères (Ro 8,29), semblable à nous et participant par toi à notre chair et à notre sang. Cependant il ne t’a pas fait naître d’un frère seul, ou d’une mère seule, afin qu’au seul Monogène fût réservé, en perfection le privilège de fils unique : il est en effet Fils unique, lui seul d’un père seul, et seul d’une mère seule. Saint est l’immortel, l’Esprit de toute sainteté, qui par la rosée de sa divinité t’a gardée indemne du feu divin : car c’est là ce que signifiait par avance le buisson de Moïse.

Source : wikisource.org
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
 
8 septembre : Nativité de la Vierge Marie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 8 septembre : Nativité de la Vierge Marie
» 8 septembre : Nativité de la Vierge Marie
» 8 septembre : Nativité de la Vierge Marie
» 8 septembre Nativité de la Très Sainte Vierge Marie
» 27 novembre : Apparition de la Vierge Marie à la Rue du Bac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR. :: LES FORUMS CHRÉTIENS :: LES SAINTS DU JOUR.-
Sauter vers: