Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR.

Sous le regard des trois Blancheurs, suivre Jésus et Marie fut-ce au milieu des pires tempêtes, mais dans la paix, la joie et l'amour.
 
ajouter des sujajouter des suj  AccueilAccueil  PublicationsPublications  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» 25 juin Saint Guillaume de Verceil ou de Montevergine
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 11:12

» Méditation avec Le Traité de l'Amour de Dieu de St François de Sales
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 10:57

» Chapelet NDML : chaque jour, venez prier avec nous !
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar Françoise Hier à 19:12

» 24 juin Saint Jean Baptiste
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 23 Juin - 22:39

» 23 juin : Saint Joseph Cafasso
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 23 Juin - 0:15

» 22 juin : Saint Thomas More
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Ven 21 Juin - 22:44

» 21 juin : Saint Louis de Gonzague
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Ven 21 Juin - 20:09

» 20 juin : Saint Silvère
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 20 Juin - 8:34

» 19 juin : Bienheureuse Eléna Aiello
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mer 19 Juin - 0:16

» 18 juin : Saint Grégoire Barbarigo
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Lun 17 Juin - 23:25

» 17 juin: Saint Hervé
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 16 Juin - 23:11

» 16 juin : Saint Jean François Régis
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 16 Juin - 10:19

» 15 juin : Sainte Germaine Cousin (de Pibrac)
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Ven 14 Juin - 23:12

» 14 juin Saint Elisée
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Ven 14 Juin - 10:37

» 12 juin : Bienheureux Laurent-Marie de Saint François-Xavier Salvi
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mer 12 Juin - 5:40

» 11 juin : Saint Barnabé
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mar 11 Juin - 1:01

» 10 juin : Bienheureux Edouard Poppe
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 9 Juin - 23:07

» 9 juin : Saint Ephrem de Syrie
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 9 Juin - 20:55

» 8 juin 2024 Fête du Coeur Immaculé de Marie
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Sam 8 Juin - 9:14

» Histoire du Sacré Coeur de Jésus : Jubilé des 350 ans à Paray Le Monial.
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar Françoise Ven 7 Juin - 21:06

» Du 30 mai au 7 juin 2024 Neuvaine au Sacré-Coeur de Jésus
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar Françoise Ven 7 Juin - 19:19

» 7 juin 2024 Fête du Sacré Coeur
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Jeu 6 Juin - 23:42

» 6 juin : Saint Claude de Besançon
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mer 5 Juin - 23:41

» 5 juin : Saint Boniface de Mayence
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mar 4 Juin - 22:37

» La vie dans nos diocèses - Eglise en Lozère.
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar Françoise Mar 4 Juin - 19:11

» 4 juin : Sainte Clotilde
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mar 4 Juin - 0:38

» Garabandal prophétique.
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar Philippe Lun 3 Juin - 19:11

» 3 juin Saint Morand de Cluny
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 2 Juin - 21:53

» 2 juin 2024 Fête du Saint Sacrement
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Dim 2 Juin - 7:13

» Les "Survivantes" le film qui donne la parole aux victimes de la pédocriminalité
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar Françoise Sam 1 Juin - 19:00

» 1er juin : Saint Justin de Naplouse
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Sam 1 Juin - 8:29

» 31 mai : Solennité de la Visitation
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Ven 31 Mai - 14:44

» 30 mai : Sainte Jeanne d'Arc
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mer 29 Mai - 23:49

» 29 mai : Sainte Ursule Ledochowska
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Mar 28 Mai - 21:52

» 28 mai : Saint Germain de Paris
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Emptypar ami de la Miséricorde Lun 27 Mai - 22:53

Le deal à ne pas rater :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four Emperors : où ...
Voir le deal

 

 Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyVen 24 Fév - 23:54

Rappel du premier message :

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé Arminjon


PREMIÈRE CONFÉRENCE

DE LA FIN DU MONDE.
DES SIGNES DONT ELLE SERA PRÉCÉDÉE ET DES CIRCONSTANCES QUI L’ACCOMPAGNERONT.


Veniet dies Domini sicut fur, in quo cœli magno impetu transient.

Le jour du Seigneur viendra comme un voleur, et les cieux passeront avec un grand fracas. (II PET., III, 10).

Saint Paul nous apprend que le monde présent est un vaste laboratoire, où toute la nature est en fermentation et en travail jusqu’au jour où, affranchie de toute servitude et de toute corruption, elle s’épanouira dans un ordre radieux et renouvelé (Rom., VIII, 21-22).

L’homme lui-même, dans sa course ici-bas, n’est autre chose qu’un voyageur, voguant sur la mer mobile et orageuse du temps et la terre qui le porte n’est que la barque destinée à le conduire au parage d’une vie immortelle et sans fin.

Les nations, comme les individus, sont aussi destinés à disparaître un jour.
L’histoire de l’humanité ne serait qu’un drame inexplicable, une série de faits isolés sans cohérence et sans but, si tôtou tard elle n’avait son terme et son dénouement.

Dans l’ordre naturel présent tout ce qui commence est appelé à finir ; une chaîne serait sans continuité, si elle n’avait deux anneaux extrêmes.

Le monde actuel, par le fait même qu’il a été créé, tend nécessairement à sa conclusion et à sa fin.

Comment s’opérera cette grande transformation ? Quelles seront les conditions et la forme nouvelle de notre terre, lorsque, détruite et entièrement transfigurée par le feu, elle ne sera plus arrosée par les sueurs de l’homme, et qu’elle aura cessé d’être l’arène agitée et sanglante de nos luttes et de nos passions ? C’est ce que nous dirons prochainement.

Le but que nous nous proposons dans ce premier discours est de rappeler les témoignages des saintes Écritures et spécialement celui de l’Évangile de ce jour, qui nous affirment qu’à la suite d’un espace plus ou moins étendu de siècles, l’ordre des choses visibles d’ici-bas fera place à un ordre nouveau et permanent, et qu’à l’ère changeante du temps succédera l’ère de la stabilité et du repos.

En entreprenant ce sujet délicat et ardu, un des plus importants qui puissent se traiter dans la chaire chrétienne puisqu’il touche à l’état et à l’avènement de notre patrie et de nos destinées, nous croyons utile d’avertir que nous éviterons toute opinion hasardée, que nous ne nous appuierons ni sur des révélations douteuses, ni sur des prophéties apocryphes, et que nous n’émettrons aucune assertion qui ne soit justifiée par la doctrine des Livres saints, ou sanctionnée par l’enseignement authentique des Pères et de la tradition.

Dans les quatre premières conférences, nous rappellerons successivement : d’abord quels doivent être les indices et les signes avant-coureurs de la fin des temps ; secondement, quels seront les traits et les caractères de la persécution de cet homme de péché annoncé par l’apôtre, comme le précurseur du dernier avènement du Fils de Dieu ; troisièmement, quelles seront les circonstances de la résurrection et du jugement ; enfin quel sera le lieu de l’immortalité et l’état du monde après la résurrection.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com

AuteurMessage
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMar 18 Juil - 0:04

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


La politique, la philosophie, la science l'ont essayé maintes fois, jamais elles n'ont pu créer un prêtre.
A l'époque de la grande révolution, les mêmes hommes qui avaient déifié la raison et tenté de substituer au repos dominical le repos légal du décadi, essayèrent aussi de créer un sacerdoce humanitaire, un sacerdoce découronné de tout rayon et de tout signe divin...

Un délégué officiel du pouvoir civil se revêtit d'une tunique blanche ; il ceignit ses reins de l'écharpe aux trois couleurs, et s'avança au pied d'un autel dédié à la nature, pour offrir un bouquet de fleurs, symbole de patriotisme et d'espérance ; mais ce prêtre sacré par la raison, ne vécut pas un seul jour ; il tomba sous le poids du ridicule et du mépris ; il n'avait pas le sceau de Dieu, le rayon de l'infini, cette physionomie, ce je ne sais quoi que Dieu seul peut donner à l'homme, et que jamais une nomination royale ou une élection séculière quelconque ne parviendront à lui conférer.

Chose remarquable, partout où le sacrifice eucharistique disparaît, il n'y a plus de prêtre. Les protestants en ont fait l'expérience. Le jour où ils eurent chassé Jésus-Christ des tabernacles où Il repose dans le sacrifice et dans la bonté, leur sacerdoce disparut aussitôt ; ils n'eurent plus que des ministres, des professeurs de morale, des officiers de police au département religieux, et comme l'a dit ingénieusement le comte de Maistre, des hommes habillés de noir, montant chaque dimanche en chaire pour y tenir des discours honnêtes.

Telle est la raison des haines acharnées de l'impiété contre le prêtre.Il est écrit dans l'Apocalypse : «Le dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle l'aurait mis au monde» (Apoc., XII, 4). Or l'homme qui enfante Jésus-Christ, c'est le prêtre, parturiente lingua, suivant la belle expression de saint Ambroise.

Le moyen assuré d'éliminer autant que possible Jésus-Christ et de détruire de fond en comble Son règne ici-bas, c'est de se défaire du prêtre, ou tout au moins de lui ôter du cœur la foi, l'innocence et les vertus chrétiennes.

Naguère, en parlant du prêtre, un des coryphées de l'impiété contemporaine disait : «Ne le faisons pas mourir» : il se retremperait dans le sang, le martyre serait pour lui le germe d'une fécondité nouvelle et d'une force surhumaine ; «étouffons-le dans la boue». Mais le prêtre ne saurait être vaincu. A l'encontre des paroles vomies par des bouches de blasphème, qui appellent la mort et accumulent les grandes ruines, le prêtre porte sur ses lèvres deux paroles de vie et d'éternité :

une parole d'éternité, qui, chaque jour, fait descendre le Verbe de vie de Dieu sur l'autel ; une parole d'éternité, qui le fait descendre dans les âmes, où il cohabite par la justice et les œuvres surnaturelles de la vie.

II

A l'autel comme à la croix il n'y a qu'un seul prêtre. Car le sacerdoce dont nous sommes revêtus n'est qu'une simple participation de celui que possède Jésus-Christ (Suarez, LXXIV, Sect. II, p. 633). Il n'y a non plus qu'une même victime. Dans les sacrifices anciens, la victime apparaissait dans un état d'abaissement et voisin de la mort. Elle était enchaînée, ornée de bandelettes funèbres.

On disait d'elle qu'elle était sacrée, et cette expression signifiait à la fois que la victime était dédiée à Dieu ; et d'autre part qu'elle était maudite etexécrée, et dans ce sens, elle devenait responsable et chargée en quelque sorte de toutes les iniquités du peuple. De là vient que dans la langue populaire, le mot sacré est employé comme terme des bénédictions et de louange, en même temps que comme terme d'imprécation et de blasphème.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMer 19 Juil - 0:27

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


II

Jésus-Christ, inaccessible à nos sens et dans son état glorieux n'est sujet ni à la mort, ni à aucune altération ; en conséquence il ne peut plus se constituer victime. Pourtant, il est de l'essence du sacrifice, que la victime soit visible, qu'elle soit détruite ou altérée, et il était autrefois d'usage que l'homme pût s'en nourrir afin de participer à la sanctification qu'elle avait reçue.

Mais Jésus-Christ ne saurait s'offrir sur l'autel avec Ses traits naturels et sous Sa forme humaine, et pourcette raison les Juifs, interprétant les divines paroles dans un sens grossier et charnel, disaient : «Pourrions-nous manger la chair d'un homme, et un homme peut-il nous donner réellement sa chair à manger ? Quomodo potest hic nobis carnem suam dare ad manducandum ?

Jésus-Christ a donc trouvé le moyen de s'offrir sous un mode incompréhensible et tout nouveau. Il a fondé son sacerdoce éternel, non pas selon l'ordre d'Aaron, mais selon l'ordre de Melchisédech.

Et de même que ce personnage mystérieux alla au-devant d'Abraham vainqueur, afin de lui offrir le pain et le vin, ainsi JésusChrist a choisi le pain et le vin pour être non seulement la matière, mais le terme de Son sacrifice nouveau. Jésus-Christ n'apparaît donc pas sur l'autel sous Sa forme et sous Ses espèces propres, mais sous les espèces du pain et du vin.

«Le sacrifice de la messe», dit saint Augustin, «se compose de deux éléments : des apparences visibles de la substance détruite, et de Jésus-Christ réellement présent dans l'intégrité de Sa chair et de Son sang».

De même que dans les anciens sacrifices, il y avait une partie de la victime détruite, et que l'autre partie était réservée à l'homme pour ses usages ; ainsi à l'autel, ce qui est détruit, c'est la substance matérielle du pain ; ce qui est réservé, ce sont les accidents, la forme du pain, son parfum, sa couleur, sa saveur ; toutes les qualités du pain, non substantielles, qui restent visibles et permanentes.

Jésus-Christ, subsistant sous leur voile mystique, devient pain Lui-même, suivant cette parole : Ego sum panis vivus. Par un prodige incompréhensible de Sa puissance et de Son amour, Il se rend mangeable, susceptible de se convertir en notre substance, et Il est réellement notre pain céleste et notre nourriture quotidienne. Ce qui n'est pas moins admirable, c'est que Jésus-Christ, réduit à l'état de victime, trouve le moyen de nous instruire, et de nous offrir dans Sa vie eucharistique l'exemple de toutes les vertus.

Jésus-Christ dans Sa vie sacramentelle, nous manifeste une sagesse supérieure et d'un ordre tout nouveau, sagesse qui n'estime et ne goûte que ce qui a rapport à la gloire de Dieu, à Son service, au salut et à la sanctification des âmes.

L'esprit dont Jésus-Christ est animé dans Son état sacramentel, est un esprit dégagé de toutes vues naturelles et humaines, à mille lieues de nos prudences mondaines qui s'estiment judicieuses parce qu'elles savent ordonner leurs moyens pour s'élever aux honneurs, conduire leur fortune et écarter les obstacles qui s'opposent à leur fin grossière et intéressée.

Les vertus dont Jésus-Christ nous donne l'exemple, sont des vertus solides, qui ne consistent pas dans desimples désirs, mais qui se manifestent efficacement et par des fruits. Ainsi Il nous donne d'admirables exemples d'humilité.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMer 19 Juil - 23:35

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Présent tout entier sous chaque hostie, Il n'est plus en quelque sorte qu'une poussière, Il est réduit aux proportions d'un grain de sable, afin de confondre nos vanités, nos ambitions, la soif qu'ont les hommes de se produire, Il ne se réserve aucun moyen de protéger Sa dignité, je ne dis pas contre nos profanations, mais contre nos oublis, nos négligences et nos surprises.

Il nous donne des exemples héroïques de patience. Il supporte l'isolement, la solitude et les dédains ; Il ne se plaint ni de nos froideurs, ni de nos indifférences :

Il se tait, et Son indignation ne s'est jamais trahie,lorsque dans des siècles d'impiété et de délire, des mains sacrilèges L'arrachèrent de Ses tabernacles et Le jetèrent au loin comme une vile balayure.

Il nous prêche la charité, Il supplie, Il intercède, Il fléchit ; Il arrête les foudres de Son Père en lui montrant les cicatrices de Ses plaies ; Il offre pour l'apaiser le sacrifice commémoratif de la mort qu'Il a subie à notre place. Il nous enseigne la pauvreté, il donne des exemples admirables du détachement que nous devons porter dans l'usage des créatures.

Sa vie eucharistique, Jésus-Christ ne tient à aucun bien créé. Qu'on L'enchâsse dans un soleil de pierreries, qu'on L'entoure d'un riche luminaire, qu'on Le mette dans un tabernacle de bois ou sur de froides planches : Jésus-Christ laisse faire et Il ne se plaint jamais...

Il est indifférent à toutes nos délicatesses et à toutes nos splendeurs : s'Il accepte nos décorations et l'hommage de nos objets précieux, c'est par condescendance, et afin de Se prêter aux effusions de notre piété. Il nous apprend de la sorte à mépriser toutes les délicatesses et toutes les splendeurs ; à rester indifférent aux biens de la terre, à accepter avec la même égalité d'âme, l'éclat des honneurs ou l'obscurité, l'abondance ou la
pénurie.

Enfin Il nous donne des exemples de chasteté. Dans l'Eucharistie, Jésus-Christ Se trouve réellement et substantiellement présent, mais Il subsiste à l'état saen tant qu'Il habite sous des voiles invisibles, Ses sens ne sont pas susceptibles d'impression.

Nos parfums ne Le flattent pas, nos symphonies ne Le ravissent pas, nos objets sensibles ne L'éprennent pas. Il nous montre par là, quelle pureté doit régner dans nos affections.

Il veut qu'à son exemple, nous ayons une chair, sans que cette chair soit sujette à aucune rébellion ; que nous ouvrions les yeux, mais sans les faire reposer sur aucune créature purement pour le plaisir et pour l'attrait ; que nous aspirions les parfums mais sans jamais sentir d'autres attractque celles de l'amour divin.

Que dire encore ? Régnant au plus haut des cieux, Jésus-Christ a trouvé le moyen de s'anéantir chaque jour et de Se livrer aux mains de Son ministre, comme un serviteur et un captif.

Possédant une vie immortelle, Jésus-Christ a trouvé le moyen de subir les atteintes de la mort et de la décomposition, et la vie nouvelle dont Il est investi dans le sacrement, Il laperd chaque fois que les hosties s'altèrent et se décomposent.

Subsistant sur nos autels depuis dix-neuf siècles, Il y redescend chaque jour, et renouvelle à tout instant, sur un point de la terre ou sur l'autre, l'oblation de Sa passion et de Sa mort.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyJeu 20 Juil - 22:40

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Si nous étions attentifs à ces enseignements, quelle vie admirable ne mènerions-nous pas ! Des ignorants, des , les yeux fixés sur cette frêle hostie, l'oreille attentive à cette voix intérieure qui retentit jusque dans le fond de l'âme, ont élevé leurs actions jusqu'à l'héroïsme ; ils ont puisé, pour leur propre sanctification et celle des autres, les lumières les plus vives, acquis plus de trésors et de sciences, que s'ils avaient lu tous les écrits des Docteurs et des Saints.

Nous-mêmes à l'aide des mêmes exemples nous deviendrions des chefs-d’œuvre de grâce. Notre vie, à la vérité, est remplie de prodiges, mais ces prodiges ne feront-ils pas un jour notre condamnation ?

Jésus-Christ à l'autel, nous invite à nous offrir comme des victimes vivantes, saintes, agréables à Dieu : Hostiam sanctam, viventem, Deo placentem ; Il nous y apprend à nous abaisser au sein des louanges, à endurer les persécutions, comme si nous étions impassibles, et à persévérer inébranlablement dans nos engagements.

III

A l'autel comme à la croix, il y a le même prêtre, il y a la même victime; il y a aussi une même immolation.
«A l'autel», dit saint Jean Chrysostome, «il y a un glaive et ce glaive c'est nous, prêtres, qui le portons, non pas dans nos mains, mais sur nos lèvres.

L'immolation, à la vérité, n'a pas lieu physiquement, elle a lieu mystiquement et par représentation : mais par une représentation tellement vive, tellement efficace, qu'elle équivaut à la réalité elle-même. D'après saint Thomas, Suarez et les grands théologiens, ce n'est ni l'Offertoire, ni la Communion mais la consécration qui constitue l'essence du sacrifice.

En effet, comme l'observe Mgr Rosset, Jésus-Christ n'a pas subi une mort quelconque, Il n'a pas été enlevé par la maladie, Ses os n'ont pas été disloqués, Il n'est pas mort suffoqué dans les eaux ; mais Il a donné Sa vie sur la croix par l'effusion et la perte de Son sang.

Pour cette raison, la messe instituée afin d'être le mémorial de Son sacrifice, doit représenter Sa mort telle qu'elle a été consommée. Cela ne peut avoir lieu qu'autant que le corps de Jésus-Christ, en vertu des paroles sacramentelles, est offert sur l'autel séparément de Son sang, et Son sang dans le calice offert séparément de Son corps sacré.Si donc le pain seul était consacré, il y aurait en effet représentation de la mort de Jésus-Christ, mais non pas de Sa mort telle qu'Il l'a endurée.

Si le vin seul était consacré cette circonstance que Jésus-Christ resta sur la croix privé de latotalité de Son sang, ne serait pas clairement et formellement exprimée (Mgr Rosset, Tractatus de Eucharistia, p. 540). Ainsi, lorsque le prêtre dit : Ceci est Mon corps, le corps seul est appelé sur l'autel, et si le sang, l’âme et la divinité y arrivent en même temps, c'est, comment disent les théologiens, par pure concomitance, parce que Jésus-Christ ressuscité d'entre les morts ne peut plus mourir.

Si Jésus-Christ n'était pas dans un état surnaturel et glorieux, le corps serait détaché du sang par la force des paroles sacramentelles. Et lorsque le prêtre dit : Ceci est Mon sang, le sang seul est appelé sur l'autel, et s'il n'était indissolublement et éternellement uni au corps, il ruissellerait comme jadis sur la croix

Ces paroles : ceci est Mon corps, ceci est Mon sang, sont le glaive qui pénètre jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit. Si la séparation n'a pas lieu effectivement, observe Bossuet, ce n'est pas que le glaive manque de vertu, mais il est paralysé par l'état d'impassibilité dont est doué le corps glorieux du Sauveur.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyVen 21 Juil - 22:53

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


III

Il n'est nullement requis pour la perfection du sacrifice, observe encore Mgr Rosset, que la victime soit réellement immolée. Il suffit que l'acte sacrificatoire soit, de sa nature, destructif de la chose offerte.

l’Eglise met au rang des martyrs saint Jean l’Évangéliste, plongé dans l'huile bouillante, et d'autres saints qui reçurent des blessures ou subirent des supplices, de leur nature aptes à donner la mort, quoique, par l'effet d'un miracle, leur mort n'ait pas eu lieu.

Dans l'ancienne loi, quand le sacrificateur avait frappé la victime d'une blessure mortelle, le sacrifice était parfait, et la victime censée immolée, lors même qu'elle aurait été sauvée miraculeusement. A la croix et à l'autel, Jésus-Christ offre à Son Père la même mort.

A la croix Il offre Sa mort présente, à l'autel Sa mort passée et consommée. A la croix Il s'offre en sacrifice de rédemption, à l'autel en sacrifice d'application de cette source infinie de grâce que jadis Il fit jaillir sur le Calvaire.

A la croix, dans l'état d'un homme souffrant, à l'autel dans l'état d'un homme surnaturel et mystérieux. A la vérité, pour que le sacrifice s'opère, il faut que le ministre visible intervienne ; mais son action est une œuvre accessoire et ne diminuant en rien la dignité et le prix du sacrifice.

Ce qui le démontre, c'est que les paroles dont le ministre se sert sont les mêmes que Jésus-Christ prononça à la dernière Cène. Sermo autem Christi, non est alius quam verbum consecrationis (S. Ambr., in Psal. XXXIX).

A l'autel, nous ne sommes pas réellement le Christ, mais nous le sommes mystiquement, nous parlons en Sa personne : nous disons et faisons ce que dit et fit Jésus-Christ, hoc facite in meam commemorationem.

Nous avons la même puissance ; car, comme dit saint Grégoire le Grand, quel fidèle douterait, «qu'au moment de l'immolation et à la voix du prêtre, les cieux ne s'ouvrent réellement, et que les chœurs des anges n'accompagnent Jésus-Christ dans ce mystère» (S. Greg., IV, dial. 36).

Le Père éternel, en ce moment, arrête Ses yeux sur cette offrande ; Il ne considère nullement la personne qui célèbre, Il ne voit que Son divin Fils ; Il accepte Son offrande comme souverainement propice et agréable, fut-elle offerte par les mains les plus indignes et les plus souillées.

Le sacrifice de la messe est souverainement propitiatoire pour les vivants et les trépassés. Il suffit pleinement pour nous obtenir l'abondance des grâces d'en-haut, et satisfaire à tous nos besoins. Infini en valeur et en dignité, il est cependant limité dans ses effets et dans son application : par la raison que ceux à qui le sacrifice profite, c'est-à-dire le prêtre, les fidèles et l’Église, si sainte soit celle-ci, n'ont pourtant qu'un mérite, une dignité finie (Rosset, de Euch., p. 577).

Ils sont susceptibles d'acquérir de nouvelles grâces, de s'élever à un degré supérieur de perfection, et malgré leurs efforts, il ne leur sera jamais possible d'épuiser tous les fruits découlant d'une telle oblation. Le sacrifice de la messe équivaut à celui de la croix. Mais le sacrifice de la croix, tout infini qu'il est en valeur, ne saurait parvenir à conférer une multitude indéfinie de mérites et de satisfactions au point qu'il ne puisse plus s'en surajouter.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptySam 22 Juil - 22:41

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


III

Jésus-Christ, en instituant Son sacrifice, a déterminé la somme et la mesure de grâce dont bénéficieraient ceux à qui il est appliqué ; d'où il suit que plusieurs messes sont plus profitables qu'une seule ; qu'une messe dite spécialement à l'intention de tel ou tel fidèle trépassé, lui est plus fructueuse, et contribue plus efficacement à sa délivrance, qu'une messe célébrée d'une manière générale pour tous les chrétiens.

Le sacrifice est offert en l'honneur des martyrs et des saints qui sont au Ciel. Nous demandons à Dieu qu'ils soient de plus en plus glorifiés par les fidèles de l'Eglise militante, et que l'intercession et les hommages que nous leur adressons leur procurent un surcroît de joie accidentelle (Corte. Trid., Sess. XXII, cap. III).

Le sacrifice profite aux vivants, pour leur obtenir les grâces de Dieu, la pénitence et la remise des peines dues à leurs péchés. Hujus quippe oblatione placatur Dominus, et gratiam et donum pænitentiæ concedens, crimina et peccata etiam ingentia dimittit (Conc. Trid., Sess. XXIL, cap. II).

Le sacrifice est, de tous les suffrages, le plus efficace et le plus propitiatoire pour les morts. La prière, l'aumône, les œuvres de charité n'ont d'effet, pour la délivrance ou le soulagement des morts, qu'en raison de la ferveur ou des dispositions de celui qui les offre.

Ce sont des œuvres qui, selon l'expression théologique, profitent ex opere operantis; mais le sacrifice de la messe est indépendant des mérites ou des démérites de celui qui l'offre; il est efficace directement et
par la vertu même de son institution, ex opere operato. Il est un remède d'autant plus précieux, qu'à l'égard des âmes du Purgatoire, l'Eglise n'en possède aucun autre dont l'effet soit infaillible et assuré.

L’Église ne peut faire participer les fidèles défunts à ses sacrements : car le sacrement est un signe extérieur et sensible, ne sanctifiant l'âme, que par l'intermédiaire du corps , par conséquent, les âmes séparées, dépouillées de leurs sens et de leur enveloppe terrestre, ne sont plus susceptibles d'en percevoir les fruits.

Le sacrifice de l'autel est donc le seul instrument que possède l'Eglise, pour appliquer aux défunts les mérites de la passion et du sang de Jésus-Christ dans toute leur efficacité.

C'est la doctrine de l'Eglise et du concile de Trente : parlant des effets du sacrifice, ils ne distinguent pas entre les vivants et les trépassés, ce qui revient à dire que lamême vertu que possède le sacrifice pour attirer la miséricorde de Dieu sur les hommes vivants sur la terre, il la possède pour fléchir la justice à l'égard des défunts (Sess. II, cap. II, Can. 3).

On voit encore à Rome l'autel où Grégoire le Grand disait la messe, et où Jésus-Christ apparut, afin de lui faire savoir que chaque fois qu'il célébrait, il obtenait la délivrance d'une âme du Purgatoire.

Source : livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyDim 23 Juil - 22:09

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)

Saint Augustin, liv. XII de la Cité de Dieu, ch. XXII, parlant des hommes décédés de cette vie, les distingue en deux catégories, les médiocrement bons et les médiocrement mauvais. Les médiocrement bons sont ceux dont la vie n'a été souillée que de fautes vénielles et d'imperfections légères ; le sacrifice décharge aisément ceux-ci de leurs peines et rend très prompte leur délivrance.

Les médiocrement mauvais sont ceux qui ont vécu constamment dans le péché, dont la vie fut souillée d'iniquités, mais qui, toutefois, avant de mourir obtinrent le pardon de leurs fautes mortelles. Il est rare que le sacrifice abrège notablement la peine de ceux-là ou qu'il les délivre promptement :

Néanmoins il leur profite beaucoup, parce qu'il tempère l'ardeur de leurs flammes, et diminue l'intensité de leurs tourments. Il n'est pas rare que des âmes décédées apparaissent aux vivants :

maintes et maintes fois, Dieu a permis ces manifestations, soit pour réveiller les vivants de leurs négligences et de leur torpeur, soit afin que les âmes délaissées reçussent un soulagement plus empressé et plus prompt.

Parmi ces visions les plus accréditées sont celle de saint Malachie, archevêque d'Armagh, en Irlande. que nous avons déjà mentionnée ; celle de Louis le Débonnaire, empereur et roi, fils de Charlemagne, qui après trente trois ans passés dans les tourments, apparut à Louis 1er son fils ; celle du Pape Benoît VIII, qui occupa la Chaire de saint Pierre pendant douze ans, et assez longtemps après sa mort, apparut à l’Évêque de Laprée qui avait été son ami ; celle d'une sœur de saint Thomas d'Aquin, que le Docteur avait dirigée, et qui lui apparut pour lui annoncer en même temps sa sortie de ce monde et son entrée dans le lieu de l'expiation.

Toutes les âmes, revenues un instant sur la terre par une permission exceptionnelle de Dieu, ne songeaient nullement à satisfaire la curiosité des personnes à qui elles apparaissaient, en leur dévoilant les secrets de l'autre vie ; mais elles les exhortaient à jeûner, à pleurer, à prier, et demandaient qu'elles fissent célébrer des messes à leur intention, dans le but de les soulager et de hâter leur délivrance.

Le sacrifice de la messe est fructifiant, non seulement pour l'âme, mais aussi pour le corps, ut sit ad salutem animæ et corporis. Le sacrifice de la messe, dit Tertullien, contribue singulièrement, à la paix de l’Église : il obtient aux peuples des gouvernements bons et sages.

Il est utile de l'offrir pour les soldats, pour ceux qui naviguent sur mer, pour les malades. et généralement pour tous ceux qui sont pressurés par l'affliction et par l'angoisse, ou sont dénués des biens et des avantages de cette vie (Tertul., ad Scapuliam, cap. II).

Le sacrifice de la messe, dit saint Jean Chrysostome, doit être offert, pour les récoltes et la conservation des fruits de la terre (Rosset, p. 574).

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMar 25 Juil - 11:06

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Saint Augustin, ch. XXII de la Cité de Dieu, raconte que de son temps une maison était infectée par la présence des démons, et aussitôt qu'on y eut dit la messe, les esprits mauvais disparurent.

Saint Grégoire le Grand cite dans ses dialogues l'histoire d'un homme fait captif par les corsaires. On le conduisit dans des régions éloignées, et on le jeta dans un sombre cachot, son épouse et ses amis, ne surent de longtemps, ce qu'il était devenu et malgré leurs recherches ne purent recueillir aucune trace de sa personne.

Délivré enfin de sa captivité et de retour auprès des siens, il raconta que, lorsqu'il gémissait en prison, à certains jours, ses chaînes se détachaient de ses pieds et de ses mains et tombaient d'elles-mêmes.

Son épouse et ses amis confrontèrent le temps et les heures, et ils constatèrent que ce prodige avait eu lieu toutes les fois qu'ils faisaient célébrer le sacrifice pour le salut de son âme (Greg., lib. III, Dial. XXXII ; Béde, lib. IV, Hist. Eccles. Anglic (ch. XXI et XXII).

Saint Antonin, archevêque de Florence, raconte que deux jeunes gens vivaient dans le dérèglement et se laissaient entraîner à toutes sortes de licence.

Un jour de fête, ils allèrent à la campagne sous le prétexte d'une partie de chasse ; l'un de ces jeunes hommes, par un reste de religion, avait entendu la messe, le matin, avant son départ.

Le soir, après s'être livrés à la débauche et à de honteuses orgies, les deux jeunes gens se disposèrent à regagner leurs demeures.

A peine étaient-ils en route, que tout à coup le ciel s'obscurcit, les éclairs sillonnent les nues, et une tempête éclate, mêlée de coups de tonnerre et d'horribles mugissements. Au milieu de ce chaos des éléments déchaînés, une voix, la voix de la justice de Dieu, ne cessait de retentir dans les airs, et elle criait : Frappe, frappe !...

Celui de ces jeunes hommes qui n'avait pas assisté à la messe est frappé par un éclat de foudre qui le tue instantanément. La même voix continuait à se faire entendre, ne cessant de dire : Frappe, frappe !...

Le second de ces jeunes hommes, éperdu, saisi de frayeur, se met à courir, cherchant à fuir la mort et la vengeance de Dieu dont il se sentait poursuivi...

Mais une autre voix se fait entendre dans le ciel : c'était celle de la Miséricorde qui criait : O non, ne le frappe pas ; ce matin, il a entendu les parolesde salut et de vie qui se prononcent à l'autel :

«Et le Verbe s'est fait chair, et Il a habité parmi nous plein de grâce et de vérité» (P. Rodriguez, Perfection Chrétienne, du sacrifice de la messe, chap. XVI).

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré



Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMar 25 Juil - 22:58

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Hélas ! les hommes n'ont plus même le soupçon des remèdes et des biens immenses qu'ils possèdent en Jésus-Christ. Oublieux de leurs destinées célestes et de leurs devoirs envers Dieu, ils n'ont foi qu'en leur force et en leur activité physiques.

Ils se considèrent comme des instruments et des machines et ne s'estiment qu'en raison du taux et de l'élévation de leur salaire. Ils disent avec orgueil et avec dédain : Qui mange tous les jours, doit travailler tous les jours.

Le dimanche, avec ses bénédictions, sa messe, ses vaines cérémonies, c'est le grand fleuve de l'industrie, retardé de vingt-quatre heures dans son cours ; le salaire de l'ouvrier diminué d'un septième, le dénuement dans l'atelier, le pain et le vêtement enlevés à l'enfant et à l'épouse de l'artisan et du pauvre.

Hommes de peu de foi, leur répond saint Paul : le royaume de Dieu est-il donc boisson et nourriture ? Celui qui habille le lys des champs, qui donne aux oiseaux du ciel leur pâture, a-t-Il jamais frustré ceux qui Le servent au festin de Sa Providence ?

Saint Jean Chrysostome nous apprend, qu'à l'autel, Notre-Seigneur Jésus-Christ Se manifeste comme sur le trône de Sa clémence, les mains pleines de libéralités et de grâces.

Il est environné d'une multitude d'anges, qui se tiennent dans l'attitude d'un profond respect, et par l'intermédiaire de ces célestes esprits, Il dispense aux hommes tous les biens salutaires à l'âme et au corps.

Or qui oserait admettre que ce sang divin, répandu chaque jour sur nos autels, ait moins de vertu et d'efficacité que les sueurs de l'homme, les pluies et les rosées du ciel, pour féconder nos prairies et accroître notre industrie ?

Où voyons-nous, les familles prospères, les races vigoureuses et épanouies, si ce n'est parmi ceux qui participent à l'autel, et contribuent à assurer l'abondance de ces fruits par l'ardeur de leurs suffrages et la force de leur coopération.

Le P. Rodriguez raconte, dans son traité de la Communion et du Sacrifice, qu'un agriculteur avait la coutume de prélever, tous les jours, une demi-heure sur le temps de son travail, pour assister à la messe.

Cet agriculteur vivait très commodément, ses terres étaient à l'abri des intempéries des saisons ; ses champs paraissaient les mieux cultivés et les plus fertiles.

Aucune influence maligne, aucun germe empoisonné ne nuisait à ses arbres et à ses vignes. Ses greniers se remplissaient chaque année d'une multitude de fruits.

Ses amis et ses voisins saisis d'admiration ne parvenaient pas à s'expliquer le fait merveilleux d'une protection aussi étrange. Un jour, l'agriculteur conduisit l'un d'eux à l’Église, à l'heure où l'on y célébrait le saint sacrifice.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMar 1 Aoû - 22:46

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus. 
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Voilà, dit-il, mon talisman et mon trésor, c'est ici la grande source des bénédictions spirituelles et temporelles ; l'accès en est ouvert à tous. Sur cet autel, où Jésus-Christ descend chaque jour, Il se plaît à réaliser envers ceux qui Le visitent et Le vénèrent, la parole qu'il prononça jadis :

 «Cherchez en première ligne le royaume de Dieu et Sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît» (Mt, VI, 32). Chose certaine, le sacrifice de la messe, si nous nous en appliquions les fruits, nous mettrait à l'abri des grands fléaux, il profiterait mieux à nos intérêts temporels que ne le feront jamais nos découvertes, nos perfectionnements industriels, et tout le savoir de nos agronomes, il détruirait promptement par sa seule vertu l'oïdium, le phylloxera, toutes ces maladies mystérieuses qui empoisonnent nos vignes, nos fruits, et jusqu'au tubercule dont le pauvre se sert pour apaiser sa faim. 

Il nous ferait goûter dès ici-bas, ce surcroît rémunérateur promis par l’Évangile, présage du ciel et abondant de la couronne des biens à venir. Salomon, parlant des sacrifices figuratifs et imparfaits de l'ancienne loi, disait : «Si le ciel devenu d'airain nous refuse ses rosées et ses pluies, nous viendrons dans ce saint temple, Seigneur, Vous offrir nos vœux, et Vous ferez couler sur nos campagnes des ruisseaux de miel et de lait. 

Si la maladie nous frappe de ses coups, ou si nous sommes décimés par les guerres, nous viendrons encore dans ce saint temple, et Vous arrêterez ces fléaux qui détruisent la race des hommes». Ah ! que deviendrait le monde, attristé par tant de malheurs et par tant de scandales, si, au moment où une politique hostile et athée conspire contre Jésus-Christ, où une presse licencieuse et immonde ne cesse, par ses blasphèmes, d'attirer la colère et la malédiction de Dieu sur les hommes, la voix de Jésus-Christ descendant chaque jour sur l'autel, ne s'élevait vers Son Père, pour y faire monter des accents appelant la Miséricorde plutôt que la justice. 

Et quand je songe que ce sacrifice s'accomplit à toutes les minutes du jour, et que le soleil, dans l'orbite qu'il décrit autour du monde, ne cesse pas un instant, sur un point de la terre ou sur l'autre, de verser ses rayons sur l'Hostie sans tache, je sens mon cœur se dilater et mes espérances grandir, et je ne conçois plus nos craintes, nos perplexités et nos défiances. 

Daniel, annonçant les signes avant-coureurs de la justice de Dieu et de la chute des royaumes, signalant les grandes catastrophes qui feront disparaître de la face de la terre Jérusalem et les grandes cités enivrées, à l'exemple de cette ville déicide, du vin de l'adultère et de la fornication, nous dit : 

«Vous reconnaîtrez que les grandes calamités sont proches, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation dans le lieu saint et lorsque le sacrifice perpétuel aura cessé». 

A l'époque de la désolation finale, il y aura un temps, où le sacrifice non sanglant ne sera plus célébré sur toute l'étendue de la terre. 

Alors il n'y aura plus de médiateur entre la justice de Dieu et l'homme. Les crimes et les blasphèmes n'auront plus de contrepoids ; ce sera le moment où le juste Juge apparaîtra dans Sa gloire, et où les cieux seront repliés comme une tente qui n'a plus de voyageur à abriter. 

Nous ne touchons pas encore à cette époque suprême ; pour nous en convaincre, il suffit de considérer les trésors de vertus et de vie, les merveilles de dévouement, d'héroïsme que ne cesse de faire éclore le spectacle d'un Dieu veillant et s'immolant nuit et jour. 

 Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMer 2 Aoû - 23:15

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Ah ! que de prêtres, au sortir de l'autel, embrasés des ardeurs divines, se sont arrachés des bras d'une famille éplorée, et ont couru, dans les pays lointains, remplacer un confrère dévoré par les dents des bêtes ou par d'affreux cannibales !

Que de vierges, captives volontaires, comme sainte Thérèse, derrière les sombres grilles d'un cloître, ont senti un instant leur cœur tourmenté par d'amères désolations ; elles se sont surprises jetant un regard de regret sur ce monde et sur ces plaisirs qu'elles avaient quittés.

Heureusement, le sanctuaire se trouvait à deux pas de la cellule où elles étaient en proie à ces luttes violentes, et la pensée du divin Solitaire, depuis dix-neuf siècles captif par amour, ralluma aussitôt tout le feu de leur dévouement ; elles s'écrièrent : «Plutôt mourir que de L'abandonner». Que d'hommes, en état de se défendre, se sont tus en face d'une injure, et au lieu de tirer l'épée, ont présenté humblement l'autre joue.

Ces hommes, ces chevaliers de l’ignominie, n'avaient-ils plus une goutte de sang généreux dans les veines ? Étaient-ils des lâches ?... Ah ! le souvenir de leur Dieu délaissé et anéanti sur les autels, dévorant sans se plaindre toutes les ingratitudes et tous les outrages, leur a fait couler aux pieds l'opinion et les faux jugements des hommes, et ils se sont écriés :

Quis ut Deus ? Cette parole : Quis ut Deus ? fut le cri de guerre poussé dans le Ciel, dès l'origine des temps. Lucifer, l'archange le plus éblouissant et le plus radieux, aujourd'hui le plus avili et le plus horrible des démons, lève l'étendard de la première révolte.

Il sollicite des esprits dont il est le chef, un plébiscite contre Dieu, aspirant à s'élever Lui-même au-dessus des nuées du Ciel et à devenir semblable au Très Haut (Is. XIV, 13-14). - Il y eut alors un grand combat où la vérité et la justice triomphèrent (Apoc. XII, 7).

L'archange Michel fit ressortir l'excellence et la dignité du Dieu Très Haut ; il retraça aux bons anges les bienfaits de Celui qui les avait créés, les dons et les prérogatives dont Il avait orné leur nature, et il les maintint dans la fidélité et la soumission en leur disant : Quis ut Deus ? qui est semblable à Dieu ?

Nous ne pouvons, comme l'archange Michel, faire apparaître l’Éternel sur Son trône ; mais nous avons au milieu de nous l'Agneau mort et immolé dès le commencement (Apoc., XII, 8. Nous avons le spectacle de cet amour incompréhensible et infini, qui, afin de nous attirer avec plus de suavité et plus de force, se réduit chaque jour aux simples dimensions d'une hostie de deux lignes de diamètre.

La société moderne proclame aujourd'hui, à la face du Ciel et de la terre, la prétention la plus audacieuse qu'ait jamais conçu l'orgueil humain : elle annonce qu'elle va chasser Dieu des lois et des institutions, se constituer un ordre social et un bonheur auquel il sera complètement étranger, et en face de cette entreprise satanique, c'est notre devoir de protester avec éclat et de dire avec l'archange : Quis ut Deus ?

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyJeu 3 Aoû - 22:39

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Nous ne pouvons, comme l'archange Michel, faire apparaître l’Éternel sur Son trône ; mais nous avons au milieu de nous l'Agneau mort et immolé dès le commencement (Apoc., XII, 8 Nous avons le spectacle de cet amour incompréhensible et infini, qui, afin de nous attirer avec plus de suavité et plus de force, se réduit chaque jour aux simples dimensions d'une hostie de deux lignes de diamètre.

La société moderne proclame aujourd'hui, à la face du Ciel et de la terre, la prétention la plus audacieuse qu'ait jamais conçu l'orgueil humain : elle annonce qu'elle va chasser Dieu des lois et des institutions, se constituer un ordre social et un bonheur auquel il sera complètement étranger, et en face de cette entreprise satanique, c'est notre devoir de protester avec éclat et de dire avec l'archange : Quis ut Deus ?

Il est temps de conclure et de résumer : l’Église enseigne que Jésus-Christ réside véritablement sur nos autels, que la substance du pain et du vin est changée en la substance de Sa chair et de Son sang adorables, et qu'en cet état Il s'immole à Son Père pour les péchés du monde. Mais l'auguste mystère de nos autels n'opère que moyennant les pieuses dispositions des fidèles ; il ne peut purifier l'âme attachée à ses dérèglements, ni ramener au bien le cœur obstiné dans le mal.

La présence réelle et le sacrifice détachent l'homme de la vie des sens, et le font vivre d'une vie spirituelle ; en même temps ils nous montrent le Bienfaiteur suprême vivant à jamais dans cette vallée de misères, pour adoucir nos amertumes, calmer nos souffrances, tarir nos pleurs, effacer nos prévarications, guérir nos blessures...

Ah ! si nous faisons éclater nos transports dans nos concerts harmonieux, si nous entourons notre culte de toutes les magnificences des arts, si nous demandons à la nature tout ce qu'elle a de plus précieux pour embellir nos autels, si nos basiliques ont révélé au monde de nouvelles merveilles et de nouvelles splendeurs, qui pourrait s'en étonner ?

Le roi du Ciel et de la terre, notre Sauveur et notre Dieu, réside personnellement au milieu de nous (Mœller, Symbolique, traduction de Mgr. Lachat). Vous donc, âmes faibles et pusillanimes, qui sentez votre foi chanceler et faiblir, ébranlée par le cynisme et les clameurs arrogantes de l'impie, jetez un instant vos regards sur l'univers chrétien, où, en dépit des conjurations sophistiques et mensongères, Jésus-Christ ne cesse pas d'être aimé et adoré.

Voyez, aux époques des grandes solennités, ces foules humblement agenouillées remplissant nos temples, et invoquant Jésus-Christ, avec l'immuable assurance que leur prière pénétrera le Ciel. Voyez ces mourants pressant sur leurs lèvres Son image bénie, afin de s'y raffermir contre les angoisses et les craintes de leur suprême agonie. Voyez ces fronts attristés, s'inclinant sur le marchepied de Ses autels solitaires, et se relevant avec l'éclair de l’épanouissement et d'une ineffable joie.

Voyez ces pécheurs, bourrelés par le remords, se frappant la poitrine et se retirant, avec l'espoir qu'ils ont reconquis le pardon. C'est là l'infaillible suffrage de l'humanité ; le témoignage éclatant de la foi populaire ; le cri profond de la conscience publique, qui peut être amoindri pour un jour, mais que toutes les menaces des puissants, et les artifices de la science athée ne parviendront jamais à étouffer.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyVen 4 Aoû - 22:35

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Napoléon, sur le rocher de son exil, disait à un de ses compagnons d'armes : «Je me connais en hommes, et je te dis que Jésus-Christ n'était pas un homme».

Il confessa hautement la présence de Jésus-Christ dans Sa vie sacramentelle, demandant lui-même à recevoir le dernier viatique des mourants, et lorsque, par cet acte auguste, il eut professé solennellement la foi de son enfance, il dit encore au même compagnon d'armes : «Je suis heureux, général, d'avoir accompli mon devoir, je vous souhaite à la mort le même bonheur».

Soyons victimes avec Jésus-Christ. Puisqu'Il Se sacrifie à l'autel, donnons-Lui en retour la totalité de notre être. En Lui donnant nos intelligences, nous les éclairerons de Ses lumières ; en Lui donnant nos cœurs, nous les guérirons de leurs faiblesses et de leur inconstance ; en Lui donnant tout notre être, nous nous assurerons la gloire, et l'indéfectibilité

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1
)

Il est une loi fatale, mystérieuse, universelle, inexplicable à la science. C'est la loi de la souffrance. Cette loi promulguée le jour où le péché entra dans le monde, est conçue en trois termes, qui, dans leur triste généralité, embrassent les maux et toutes les infortunes qui affligent le genre humain. Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, fut-il dit à l'homme. Tu enfanteras dans la douleur, fut-il dit à la femme. Tu sentiras dans la poussière la maladieet les germes de cette décomposition qui se consommera dans la tombe.

A partir du jour où fut fulminée cette triple sentence, la douleur est devenue une grande loi de l'humanité. Semblable à un vaste fleuve, elle a promené depuis six mille ans ses eaux amères à travers les générations.

Tous les mortels, plus ou moins, à la vérité, mais tous sans exception s'y sont abreuvés. «Tout ce qui respire, a dit l'Apôtre, est condamné à pleurer et à gémir ; l'universalité des créatures est livrée aux douleurs de l'enfantement jusqu'à cette heure...»

La race déshéritée d'Adam, pareille à un grand malade, se tourne et se retourne sur son lit de déchirement et d'angoisse. En dépit de ses efforts désespérés, malgré les merveilles de son industrie et l'étendue de ses conquêtes, elle n'a pas cessé un instant de souffrir; jusqu'ici elle n'a pu parvenir à vaincre la pauvreté, les maladies et la mort.

Avant Jésus-Christ, l'humanité offrait l'image d'un grand supplicié, atteint, dit Isaïe, des pieds à la tête, et n'ayant pas en son corps une seule partie restée saine : pour la soustraire à l'inexorable loi qui pesait sur elle depuis sa déchéance, il ne fallait rien moins qu'un médecin descendu du Ciel... L'homme malade ne pouvait guérir que par l'application d'un remède supérieur et divin

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyDim 6 Aoû - 0:49

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Jésus-Christ aurait pu, sans doute, abolir d'un seul trait la douleur, et en vertu de la grâce infinie de la Rédemption, replacer l'homme dans l'état de félicité complète et sans mélange dont il jouissait dans le paradis d'innocence. Il ne l'a pas voulu. Il a jugé que pour plusieurs la souffrance deviendrait un mérite, un gain, une source de gloire et un élément de renouvellement et de triomphe ; que pour le plus grand nombre elle serait une expiation nécessaire. Il a donc maintenu la souffrance, mais Il l'a purifiée, ennoblie, transfigurée en se l'appropriant. Il s'est fait l'homme de douleurs, virum dolorum, suivant le sens strict et absolu de ce mot.

Jésus-Christ pouvait apparaître parmi nous, nageant dans les délices, environné d'une splendeur divine, dans l'éclat et la pompe de Sa majesté souveraine ; Il jugea plus digne de Sa gloire et plus profitable au salut des hommes, de se montrer à eux ceint d'un diadème d'épines, vêtu de pourpre et souillé de sang, le visage meurtri, le rictus de la mort sur les lèvres, portant l'onction sanglante des clous, imprimée sur Ses mains et sur Ses pieds.

En s'unissant étroitement à la souffrance, Jésus-Christ, sans doute, n'a pas émoussé toutes ses aspérités et toutes ses pointes, mais Il l'a dépouillée en partie de son amertume, Il en a corrigé et détruit le venin. Il a rendu fécond le calicede Son sang. Pareil au serpent d'airain, dressé par Moïse dans le désert, Il s'est planté Lui-même, au centre du monde, comme un instrument inépuisable de Miséricorde, de vie et de santé.

Par suite de cette transformation, Ses divines plaies, semblables à des fontaines toujours jaillissantes, restent éternellement ouvertes à toutes les âmes égarées et déchues, avides de se soustraire à leurs aspirations sensuelles et grossières, désireuses de se retremper dans les joies du sacrifice et dans l'honneur de la pureté. Qui n'admirerait ici les conseils profonds de la Sagesse infinie !

L'homme s'était perdu dans le Paradis de délices, il se relèvera dans les brisements du Calvaire. Il avait refusé d'aller à Dieu par le chemin de la félicité, Jésus-Christ lui ouvrira une route meilleure et plus sûre, celle de la croix. «Le Ciel et la terre étaient séparés ; la Croix les a réunis». Dans la croix est le salut ; dans la croix est la force et la joie de l'esprit ; en elle se trouve le complément de la vertu et la profusion de toute sainteté (Imit., lib. II, cXII). on de toute sainteté (Imit., lib. II, cXII).

La croix avant que Jésus-Christ s'y fut laissé attacher était un signe infamant, un instrument de malédiction et d'opprobre ; mais, lorsque résigné et enflammé d'amour, Il se fut étendu sur ce bois douloureux, comme l'époux s'étend sur son lit nuptial, la croix fut lavée de l'ignominie dont elle était souillée, elle devint le point de départ des restaurations éclatantes, l'emblème de la royauté et de la grandeur, le prix du génie et de la bravoure, le stimulant fécond des luttes héroïques, la source des plus ineffables joies et des consolations les plus solides et les plus vraies.

«O douce croix, décorée des membres du Seigneur», s'écriait saint André, «croix longtemps désirée, aimée avec sollicitude, sans cesse recherchée, prends-moi dans tes bras, pour me rendre à mon Maître divin, afin que par toi, daigne me recevoir, celui qui par toi m'a racheté» (Lect. Breviar. Rom., in festo S. Andrew).

Et voilà maintenant, que les austères splendeurs du Calvaire surpassent, dans des proportions infinies, toutes les délices et tous les ravissements du Thabor, et qu'à la suite d’Étienne leur chef, d'innombrables générations de martyrs et de saints, ont savouré plus de douceurs sous les pierres du torrent qui les lapidaient, qu'ils n'en eussent goûté sous des pluies de parfums et de roses.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyDim 6 Aoû - 22:41

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Telle est la haute et magnifique doctrine que nous allons traiter avec développement et avec ensemble, dans cette dernière conférence. Que le philosophe, éclairé des seules lumières naturelles, murmure dans ses épreuves, qu'il prenne prétexte de ses souffrances pour blasphémer le Ciel et la Providence, ou que, se drapant sous le manteau d'un dédain stoïque, il s'écrie :

«Souffrance, je te méprise et tu n'es qu'un vain mot», on le conçoit... mais, nous chrétiens, éclairés d'une lumière plus haute, élevons nos regards vers le céleste avenir, dont les tribulations d'ici-bas sont la préparation et le gage. Notre Maître ne nous a-t-Il pas dit que les souffrances étaient le vestibule par où nous devions passer pour entrer dans le royaume de la gloire (Luc, XXIV, 26) ?

Acceptons-les, comme le témoignage des tendres prédilections de ce Dieu, qui ne nous fait participer à Ses tristesses et à Ses agonies, qu’afin de nous rendre dignes de l'éternelle couronne qu'Il nous prépare. Afin d'embrasser notre sujet dans sa généralité, étudions la souffrance au triple point de vue de la nature, de la grâce et de la gloire.

Au point de vue de la nature, la souffrance est pour l'homme un principe de dignité et de force morale. Au point de vue de la grâce, elle est le principe de notre incorporation à la vie divine de Jésus-Christ. Au point de vue de la gloire, elle est un principe et une source d'espérance.

I

Avant de parler des avantages de la douleur, et des biens merveilleux qu'elle procure à l'âme, il est utile d'en rappeler la notion philosophique. Saint Thomas (Summ. Theol., 2«, pars, Quæst. XXV, Art. VI), définit la douleur : le mal qui répugne, c’est-à-dire l'obstacle qui s'oppose à l'exercice des facultés de l'âme, ou au libre épanouissement de la vie corporelle et sensitive.

La douleur est une impression qui affecte l'âme et lui répugne, soit lorsque l'esprit ne peut atteindre la vérité qui est son objet, soit lorsque la volonté est frustrée du bien qu'elle poursuit.

Que la douleur siège dans l'esprit ou bien qu'elle siège dans le corps, elle est une impression qui répugne à l'être qui la ressent, elle le déforme à un certain degré et cause en lui un dépérissement et une sorte d'amoindrissement.

Dans l'esprit, le mal ou l'obstacle s'appelle tristesse, regret, angoisse ; dans le corps il s'appelle défaillance, tourment, maladie.

Mais quels que soient les caractères et les innombrables formes que revête la douleur, elle n'est autre dans son essence, qu'une contrariété, une discordance, un défaut d'équilibre et d'harmonie, dans les facultés intellectuelles ou dans les organes sensibles du corps.

En résumé, la douleur est une entrave qui s'oppose au mouvement normal de la vie, comme la joie est un mode de convenance qui en favorise la pleine expansion.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyLun 7 Aoû - 23:28

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Les philosophes païens, aidés des seules lumières de la raison, avaient entrevu dans un certain degré les avantages et le prix de la souffrance. Ils la regardaient comme la meilleure école, où l'homme pût se former à la science laborieuse et difficile de lui-même, et se préparer à remplir un jour les grands devoirs de la vie humaine.

«Malheur, disaient-ils, à l'enfant de fortune, bercé dans la fascination du luxe et de la mollesse, à l'homme à qui le monde a constamment souri, et qui jamais n'a senti d'entrave et de contrariété dans ses désirs». Si, chez ces hommes enivrés et corrompus par la prospérité, il y a encore un reste de sensibilité, s'il y a en eux des entrailles de chair, et si un cœur d'homme continue à battre dans leur poitrine, ce ne sera qu'au profit de leur égoïsme et pour l'assouvissement de leurs passions désordonnées !

«Malheur aux peuples, lorsque de tels hommes parviennent à saisir dans leurs mains le sceptre de la puissance publique. Pareils à Tibère et à Néron, ils seront les fléaux du genre humain, la terre entière s'offrira à leurs yeux, comme une proie affectée à la satisfaction de leur orgueil colossal et de leurs appétits les plus démesurés et les plus brutaux».

Ces sages ajoutaient encore : «Quel mortel a jamais considéré face à face cette souffrance aux traits rudes et sombres, ou s'est mesuré avec elle corps à corps, sans que bientôt il ne l'ait bénie, comme un doux présent du Ciel. De même que les métaux les plus durs s'amollissent et se fondent sous l'action du feu, ainsi la souffrance transforme les nobles âmes, elle suscite en elles une vertu qui les touche, les restaure, les surnaturalise et les adoucit».

Ainsi voyez le pauvre, qui longtemps a ressenti la gêne et la détresse ; s'il parvient à la fortune, il en usera avec sagesse et avec modération ; il a appris par sa dure expérience combien il en coûte d'être pauvre, de manger un pain devenu rare, de vivre sur la terre, errant, malade, ignoré.

Voyez l'homme d’État, le prince puissant et respecté ; si avant d'être élevé sur le trône, il a enduré les angoisses et les amertumes de l'exil, s'il a dévoré, à longs traits, l'ingratitude et les outrages, il se laissera, moins qu'un autre, éblouir par la grandeur et l'éclat de sa souveraineté ; il abaissera volontiers des regards de respect et de compassion, sur un sujet disgracié et obscur ; il sait que la noblesse des pensées et l'élévation du cœur se cachent sous les haillons non moins que sous la pourpre ; il se ressouvient que lui aussi a longtemps vécu proscrit, fugitif, méconnu et diffamé.

Voyez encore le prêtre : lorsque à la mélancolie de ses yeux, à l'altération précoce de ses traits, au sourire résigné de ses lèvres, on juge que la souffrance a souvent visité son âme, il est entouré de plus de respect et de tendresse ; c'est avec une confiance plus entière que les délaissés vont pencher leur âme ulcérée sur la sienne, il leur semble que le remède et la consolation doivent découler de son âme, avec une action plus paternelle et plus Miséricordieuse.

Enfin, cet homme éprouvé par de longs et sanglants revers, est-il un sujet abandonné et obscur ? Bien loin de le mépriser, nous voyons dans sa douleur une purification glorieuse de sa vie : un sentiment secret nous dit que c'est là un être privilégié, soigneusement préparé par la main divine, à des destinées plus glorieuses que celles du temps. Nous admirons en lui une noblesse plus éclatante que celle du sang, la noblesse d'une souffrance inaltérablement subie...»

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMar 8 Aoû - 22:13

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)

Je ne sais si tous pensent ainsi, mais l'âme qui a longtemps et beaucoup souffert, semble moins tenir à la terre.
Son organisation altérée et abattue lui donne des apparences plutôt angéliques qu'humaines.

Cet homme, cette femme ont passé au milieu des joies de la vie, sans en effleurer même la surface. Une telle condition ne leur imprime-t-elle pas comme un immortel essor ?

Une voix secrète ne nous dit-elle pas que ces âmes possèdent une vision plus intime et plus profonde des mystères du Ciel ; que leur cœur est un sanctuaire d'où s'exhale un plus vaste parfum de foi, d'espérance et d'amour.

Il y a en Orient certains bois aromatiques que l'on écrase et que l'on broie, pour en faire jaillir la liqueur odoriférante mêlée à leur sève ; ainsi la bonté céleste broie l'homme sous le pressoir de l'affliction, afin de châtier en lui une chair qui a servi de foyer à d'anciens désordres, de l'affranchir de toute lie de corruption, et qu'il devienne le vase mystérieux, d'où jaillira l'inépuisable source de toutes les vertus.

Une chose certaine, c'est qu'il n'y a jamais eu et qu'il n'y aura jamais de sublimité morale, de sainteté héroïque, de vertu digne de ce nom, qui n'ait son principe, ou qui ne puise son essor et sa force, dans une souffrance librement acceptée ou intrépidement subie.

D'où vient que notre volonté est souvent chancelante et indécise, que notre vie est semée de si étranges inégalités et de si tristes inconstances, qu'un rien nous abat, qu'une parole peu mesurée qui nous a été dite, une variation dans la sérénité du ciel suffisent pour nous faire passer de l'excès de la joie à l'abattement de la tristesse.

La cause de ces fluctuations et de ces changements n'est autre que l'éloignement et l'horreur instinctive que nous ressentons pour la souffrance.

Par ces soins attentifs à repousser les moindres privations et les moindres violences, à écarter de nous tout ce qui s'offre avec l'apparence de la plus légère rigueur, nous nous créons d'indignes servitudes.

Notre cœur se laisse dominer par autant de tyrans qu'il y a d'impressions dont tour à tour nous subissons les influences.

Aucune vertu ne peut subsister dans des âmes aussi versatiles, aucune dignité n'est conciliable avec un caractère flottant au vent de tous les changements et de tous les hasards.

Aussi l'homme dans cet état se détourne de ses devoirs austères, il devient l'esclave des plus futiles fantaisies ; oubliant que la vie humaine est une réalité et non pas une fiction, il cherche à se distraire par desamusements frivoles, il livre ses plus belles années en pâture aux plaisirs, à la paresse, à l'ennui, et dévore sans fruit le talent que Dieu lui avait confié.

Dans ces dispositions énervantes, un homme n'a qu'à se présenter à lui, la menace à la bouche, avec puissance de préjudicier à son repos, à ses intérêts, à ses plaisirs, cet homme sera aussitôt son maître ; il
aura plein pouvoir de le soumettre, soit à d'indignes asservissements, soit à d'inénarrables tortures.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMer 9 Aoû - 22:59

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Qu'il y a loin des infinies petitesses de ces âmes molles et efféminées, à l'attitude ferme et magnanime de celui qui, à force de lutter avec vigueur contre la souffrance, s'est rendu comme insensible à ses blessures et à ses traits. Qu'il est beau de le voir serein et majestueux, au milieu des orages et de l'ébranlement des passions, réalisant la parole du sage : Non contristabit justum quidquid ei acciderit (Prov., XII, 21.

Horace a exprimé la même pensée dans ce vers célèbre. Si fractus labatur orbis, impavidum ferient ruinæ). Tranquille, il entend le bruit des révolutions, il voit passer les républiques et les dynasties ; on dirait que c'est sous ses pieds et dans des régions inférieures que s'agitent les vains intérêts des hommes.

Aucune perturbation de cette terre ne l'émeut, parce qu'il a appris à lire les événements dans cette sagesse infinie qui règle tout par sa prévoyance, et qui ne permet le mal que pour en tirer le bien, par une manifestation éclatante. Il porte en lui comme un sanctuaire de repos et de félicité. Les hommes et les éléments conjurés sont sans puissance pour l'offenser ou lui nuire. L'enverra-t-on en exil ? Il répondra avec un grand évêque : Toute la terre est pour moi patrie et exil.

Le dépouillera-t-on de ses biens ? Il a appris à les posséder sans leur permettre d'enchaîner son cœur. Le fera-t-on mourir ? La mort est pour lui la transfiguration à une meilleure vie, l'émancipation de ses peines.
Telle était la sérénité et l'héroïque constance de saint Jean Chrysostome, condamné à l'exil par Eudoxie, impératrice de Constantinople. «Lorsque je fuyais la ville», disait le Saint, «je ne sentais nullement mon infortune, et j'étais inondé intérieurement des consolations les plus ineffables.

Si l'impératrice m'envoie en exil, me disais-je, je penserai que la terre et tout ce qu'elle renferme est au Seigneur. - Si elle me fait jeter à la mer, je me souviendrai de Jonas. Si elle ordonne qu'on me lapide, je serai le compagnon de saint Étienne.

Si elle me fait décapiter, j'aurai la gloire de Jean-Baptiste. Si elle me dépouille dece que je possède, je songerai que je suis sorti nu du sein de la terre, et que j'y dois rentrer nu et dépouillé de tout». Le comte de Maistre raconte l'histoire d'une jeune fille qui faisait l'admiration de la ville de Saint-Pétersbourg.

La souffrance l'avait transfigurée et faisait resplendir dans son attitude et sur sa physionomie le rayon d'une gloire surhumaine et anticipée. Elle était dévorée d'un cancer qui lui rongeait la tête. Déjà le nez et les yeux avaient disparu.

Le mal s'avançait sur son front virginal, comme un incendie qui dévore un palais. Toute la ville était émerveillée de la suavité de ses accents et de son angélique résignation, et courait admirer ce ravissant spectacle. Lorsqu'on exprimait à la jeune fille de la compassion pour ses souffrances, elle répondait : «Je ne souffre pas tant que vous le pensez, Dieu m'accorde la grâce de penser souvent à Lui».

Elle répondait, un jour, à des personnes qui lui demandaient : Quelles prières adresserez-vous à Dieu, lorsque vous serez au Ciel ? - Je Lui demanderai qu'Il vous accorde la grâce de L'aimer, comme je L'aime moi-même (Soirées de Saint-Pétersbourg, t. I). Les païens avaient entrevu ce reflet et cette auréole de beauté et de grandeur, que la souffrance fait tomber sur le front de la créature.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyVen 11 Aoû - 9:00

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Un jour, le prince de leurs philosophes s'était posé ce problème redoutable : Si la divinité daignait jamais descendre sur la terre, sous quelle figure lui conviendrait-il de se montrer ? Platon se promena longtemps, silencieux, méditatif, passant une à une toutes les figures de l'humanité en revue.

Les physionomies les plus éblouissantes, celles des potentats, ne lui paraissaient pas assez pures. Enfin, il se représenta un homme maître de ses affections, irréprochable dans ses moindres pensées ; il se plut à le retracer, étranger à toute contention, répondant aux plus cruels traitements par la douceur de la bonté, calme et serein au milieu des déchaînements de l'outrage et des fureurs d'une populace ameutée, rayonnant jusque sur le gibet d'infamie, où l'aurait fait monter l'incompréhensibilité de la vertu.

Platon jugea que si l'humanité parvenait jamais à produire une pareille figure, elle aurait accompli son suprême effort, que la terre n'aurait pas de plus beau spectacle à envier au Ciel, et Platon, avec l'enthousiasme et la solennité d'un sage énonçant une de ces grandes vérités que jamais l'oreille humaine n'a entendue, s'écria : Si la Divinité daignait jamais Se rendre visible aux hommes, il n'y aurait qu'une figure digne d'elle, celle du juste souffrant.

II

Jésus-Christ a-t-Il satisfait d'une manière totale et absolue pour nos péchés ; a-t-Il pris sur Lui, non seulement la peine éternelle, mais aussi la peine temporelle qui Lui était due ?

Saint Thomas répond d'une manière affirmative, et il donne pour preuve l'usage constant de l’Église qui n'impose aucune pénitence aux fidèles admis à la régénération baptismale, et cette tradition universelle qu'une fois l'homme enseveli à la ressemblance de Jésus-Christ dans les eaux du baptême, il y meurt entièrement à ses anciens désordres, il n'a plus aucun châtiment, aucune expiation à subir sur cette terre, et s'il mourait après avoir été régénéré par le sacrement, il serait admis immédiatement à la vision de Dieu, sans passer par les flammes du Purgatoire.

Quant aux malheureux violateurs de la virginité baptismale, coupables de fautes graves après la grâce insigne du premier sacrement, la rédemption n'est plus transmise sous cette forme privilégiée et avec cette mesure pleine et surabondante. Après le baptême, la Miséricorde Divine ne descend sur nous qu'accompagnée d'un mélange de justice. Les mérites infinis et le fruit des douleurs de Jésus-Christ nous sont toujours acquis, mais à la condition que nous nous les appropriions par une coopération personnelle et par des efforts énergiques et violents. En un mot, la pénitence, comme l'appelle Tertullien, est un baptême laborieux.

Dans ce sacrement destiné à faire renaître l'âme morte une seconde fois par le péché, le sang, les larmes de Jésus-Christ ne nous sont plus donnés afin d'épargner les nôtres, mais afin de les féconder et de les proportionner à la vertu si faible de nos expiations, à l'immensité des dettes contractées par nos crimes. Il s'ensuit qu'il n'y a que deux routes pour parvenir à la vie éternelle : celle de l'innocence et celle de la pénitence. La pénitence est une loi de proportion.

Saint Paul en détermine nettement l'intensité et la mesure par ces paroles : «Autant vous avez abusé pour vous procurer des jouissances dans l'usage déréglé des créatures, autant vous devez retrancher dans l'usage permis des créatures» (Rom., VI, 19).

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyVen 11 Aoû - 22:14

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


La réparation n'est suffisante qu'autant qu'elle égale le désordre renfermé dans la faute. Les conditions de l'homme pécheur, dans l’usage qu'il fait des créatures, ne sont plus celles de l'homme qui ne s'est jamais rendu coupable d'aucune offense.

Celui qui a eu le malheur de se laisser égarer par la voix du tentateur, et qui adhérant aux appâts grossiers de la créature a préféré sa beauté trompeuse et bornée à la beauté du Créateur, celui-là est tenu de s'arracher avec effort et au prix des brisements les plus inénarrables, des occasions qui l'ont séduit, et des êtres qui l'ont fasciné ; il faut que, remontant le torrent dont les eaux bourbeuses l'ont entraîné, il châtie avec rigueur un cœur, une imagination, des sens qui se sont mutinés contre la raison et la loi de Dieu, comme il châtierait un serviteur indocile et des esclaves révoltés.

Le principe fondamental de la pénitence réside dans ce fait, que, pour l'homme déchu une seconde fois, il n'y a qu'un seul mode de réintégration : l'acceptation courageuse et volontaire d'une part de douleur égale à la part de jouissance et de douceur savourée dans l'iniquité et le crime ; d'où il suit, selon la profonde remarque de saint Ignace de Loyola, que la pénitence ne consiste nullement dans le renoncement à tout excès, ou dans le retranchement de ce qui est inutile et superflu.

Supprimer ce qui est de trop, c'est vertu de tempérance (Exercices spirituels : Additions) et non vertu de pénitence. Mais la pénitence n'a lieu que lorsque l'homme se retranche ce qui est convenable, et se prive d'une partie de ce qui est utile ou est nécessaire...Toutefois le mystère n'est pas éclairci.

Il y a eu sur la terre des âmes affranchies de toute trace de péché et d'imperfection. Sans parler de la Très Sainte Vierge conçue sans péché, de saint Jean Baptiste sanctifié dès le sein de sa mère, une multitude d'autres saints ont mené sur cette terre une vie toute céleste, étroitement unis à Dieu, sans que jamais aucun désir grossier, aucune vapeur des sens, aient obscurci la beauté et l'éclat radieux de leur âme.

Cependant, ils ont recueilli une part plus abondante à ce vaste héritage de douleur, légué à notre triste humanité. La souffrance a donc une cause plus haute et plus universelle que l'expiation. Cette cause est la conséquence d'un des mystères les plus profonds et les plus incompréhensibles de notre foi, où se
résume toute l'économie du Christianisme, et que nous méditons rarement...

Ce mystère est celui de l'incorporation de notre vie à la vie divine de Jésus-Christ. On peut dire en un certain sens, que Jésus-Christ dans le Ciel n'est pas complet. Sur le trône, où depuis Son Ascension glorieuse, Il règne assis à la droite de Son Père, il n'y a pas encore la totalité, mais un simple commencement de Jésus-Christ.

Jésus-Christ est d'aujourd'hui, d'hier, de tous les siècles (Heb., XIII, 8 Jésus-Christ et l'universalité des fidèles ne forment qu'un seul esprit et un seul corps, unum corpus et unus spiritus (Eph., IV, 4). Ce corps mystique de Jésus-Christ, qui n'est autre que l’Église, s'édifie progressivement : il s'étend et grandit en s'incorporant les élus, dont l'esprit s'ouvre aux rayons de la foi, et le cœur à l'onction de la charité.

Jésus-Christ n'atteindra Son développement parfait, Il n'entrera dans la plénitude de Ses années et dans la maturité de l'homme, que lorsque l'ange du Seigneur aura marqué le sceau du Dieu vivant, sur le front du dernier des prédestinés. Jusqu'à ce jour, le mystère de l'Ascension continue ; il se poursuit et s'accroît, chaque fois qu'une âme concourt efficacement à cette structure divine, et qu'au sortir d'une vie pure, elle se surajoute pour composer la cité céleste, qu'elle se superédifie, comme une pierre vivante, dans l'éternelle Basilique des saints.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptySam 12 Aoû - 22:11

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE 

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis. 
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)

 Or, le corps mystique et collectif de Jésus-Christ est modelé sur son corps individuel. Jésus-Christ, pour opérer notre rédemption, n'avait pas besoin de parcourir un espace de trente-trois ans dans la durée. 

A peine conçu, Il pouvait s'élancer du sein de Sa mère, étincelant de splendeur, et aller étonner le Ciel par Son entrée triomphale et imprévue.Il ne l'a pas voulu. Pour entrer dans le sanctuaire de Sa gloire, la voie la plus courte et laplus facile n'était pas celle qui off rait le plus d'attrait à Son Cœur. 

Il a préféré s'élever au Ciel, par les degrés sanglants de Ses ignominies et de Ses cuisantes douleurs. Il a voulu que l’Éternité entière, la toute-puissance de ses charmes jaillît des cicatrices mêmes de Ses douleurs ; et afin que, dans tout Son être, il n'y eût pas une seule partie qui ne rayonnât de son éclat spécial de beauté, Il a voulu le livrer tout entier en pâture à la douleur, et des pieds à la tête en ressentir les meurtrières et cruelles atteintes. Ce qui s'est accompli dans Jésus-Christ individu, doit se perpétuer dans Son corps collectif ou mystique. 

Telle est la loi de l'indestructible solidarité établie entre la tête et les membres. Il ne saurait convenir à ceux-ci de s'élancer dans la gloire, sans passer par les transformations que le chef a subies. On ne saurait admettre, que Jésus-Christ ait voulu frayer deux routes opposées conduisant au Ciel : l'une pour Lui, rude et crucifiante, l'autre pour les siens, commode, semée de roses et de délices. 

Le corps de Jésus-Christ, nous apprend l'Apôtre, est uni, lié dans toutes ses parties ; il exclut de sa composition tout élément disparate (Eph. IV, 15) ; il est sublimement ordonné et rassemble dans sa structure cette harmonie et cette perfection, qui en feront, un jour, le plus inimitable reflet de la gloire et de la majesté souveraines. 

Or, ne serait-ce pas, dit saint Bernard, un assortiment monstrueux, un contraste étrange et discordant, si une tête couronnée d'épines était unie à un membre délicat, une chair broyée par les verges à une chair nourrie dans le faste et dans la mollesse... 

Pudeat sub capite spinato membrum esse delicatum. Ah ! les peines et les afflictions qui nous brisent le cœur, nous arrachent des cris déchirants, et vont jusqu'à nous faire répandre des larmes de sang, sont loin de laisser Jésus-Christ insensible. 

Nul ne le connaît mieux que Lui, et n'y compatit plus vivement, puisqu'il en a ressenti les impressions, et qu'au jardin des Oliviers, comme dit Isaïe, Il a porté personnellement toutes nos défaillances et toutes nos langueurs (Isaie, Liv, 4). 

Mais une pitié naturelle qui Le porterait à supprimer l'épreuve et à tarir à tout propos la source de nos gémissements, ne serait-elle pas de Sa part une inconséquence, un acte de tendresse aveugle et insensée ?

 Jésus-Christ pourrait-Il déroger au plan de Sa sagesse, abolir les obligations inhérentes à la noblesse de notre origine et aux prérogatives glorieuses que nous a conférées le baptême ? 

Sujets et membres d'un chef divin, notre premier devoir est de suivre notre chef dans toutes Ses voies, de passer par toutes les péripéties que Lui-même a subies. Afin de mériter d'être glorifié un jour avec Lui, il est de toute nécessité que, sur cette terre, nous souffrions avec Lui : 

Si tamen compatimur ut et conglorificemur (Rom., VIII, 17). Et de même qu'au terme de notre vie, nous entrerons en participation de l'Ascension de Jésus-Christ, il faut que réciproquement, suivant la pensée de l'Apôtre, tant que dure notre pèlerinage, nous complétions en nous, ce qui manque aux angoisses et aux tortures de Sa Passion : adimpleo ea quæ desunt passionum Christi (Col., I, 24). 

 Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyDim 13 Aoû - 21:51

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


En effet, la Passion de Jésus-Christ ne s'est point close sur le Golgotha. Sur le Golgotha, Jésus-Christ a enduré la douleur dans toute son intensité. Sa douleur a été vaste, amère comme les eaux de l'Océan ; elle s'est élevée au-dessus de toute mesure, de tout exemple, de toute expression ; mais Il n'a pas enduré la douleur sous toutes ses physionomies et sous toutes ses formes.

Il a été percé par des clous, Il n'a pas été brûlé à petit feu. Il a vu Ses disciples s'enfuir, effrayés du scandale de la croix ; Il n'a pas éprouvé cette autre douleur, moinsvive sans doute, mais plus expansive, plus remplie de gémissements et de larmes, d'une mère qui voit la mort arracher de ses bras un enfant adoré.

Il a éprouvé des peines réelles causées par les péchés et par la malice des hommes ; Il n'a pas ressenti ces tristesses idéales et fantastiques, d'une âme peu résignée, qui se nourrit de chimères, aspire avec l'ardeur du délire à un avenir qu'elle ne peut atteindre et ne sait trouver son contentement dans le devoir et la pratique austère de la vertu.

Jésus-Christ a éprouvé la confusion et le repentir de nos péchés à nous ; Il n'a pas été bourrelé par le remords et n'a pas enduré la confusion, qui accable le pécheur au souvenir de ses iniquités personnelles. Tous ces genres de douleurs, que Jésus-Christ n'a pas endurés dans Sa propre personne, il est nécessaire qu'Il les complète dans Ses membres.

Il faut que la Passion douloureuse du Sauveur se consomme dans tous les temps et sous tous les espaces. Car, de même que plus tard, dans le Ciel, Jésus-Christ sera tout et en toutes choses par Sa béatitude et par Sa gloire, ainsi en ce bas monde, jusqu'à la fin des siècles, Il doit être tout et en toutes choses, par Ses infirmités et Ses agonies, Omnia et in omnibus Christus (Col., III, 2).

Ces considérations expliquent la soif ardente des souffrances dont étaient dévorés les saints, les délices ineffables qui les faisaient tressaillir sur les bûchers et les chevalets, lorsque leurs chairs étaient consumées et leurs os disloqués. L'amour dont ils se sentaient enflammés pour la croix, leur mettait aux lèvres des accents incompréhensibles. Sainte Thérèse, glacée par le froid, tourmentée par des rhumatismes, brisée par les fatigues et les austérités, mais transpercée, au plus intime de son âme, du glaive des Séraphins, languissante, éperdue, s'écriait :

Aut pati, aut mori; ou souffrir ou mourir. Saint Ignace d'Antioche, condamné à périr sous la dent des bêtes, se rendait à Rome, pour prendre part aux jeux solennels, ordonnés par l'empereur Trajan. Il voyageait entouré de soldats, bêtes féroces à face humaine, qui rugissaient autour de lui, comme des tigres et des léopards.

Au milieu de leurs vociférations et de leurs clameurs, escorté d'amis et de disciples, qui se pressaient autour de lui, afin de recueillir de sa bouche ses adieux et ses dernières recommandations, il relevait majestueusement son front qui rayonnait déjà d'une gloire céleste et surhumaine ; saisi d'un saint transport, rempli de l'espérance de Dieu, il prononça des paroles inconnues jusque-là à la langue humaine :

Puissais-je», disait-il, «jouir de la fureur des bêtes... ne vous laissez pas toucher pour moi d'une fausse compassion... Si vous agissez de la sorte contre moi, le premier, j'irriterai les bêtes et les presserai de nie dévorer... Pardonnez-moi, mes fils, je sais ce qui m'est utile ; maintenant je commence à devenir un digne disciple de Jésus-Christ, ne désirant plus ce qui est visible, afin de trouver plus promptement et plus sûrement Jésus-Christ...Oui, viennent le feu, et la croix, et les bêtes ; viennent le morcellement de mes membres et le brisement de mon corps».

Et au moment où il entendit les lions rugir, il s'écria : «Je suis le froment de Jésus-Christ, je être moulu par la dent des bêtes, afin d'être servi comme un pain pur à la table de Jésus-Christ» (Vita sancti Ignat., I. libro S. Hieronimi

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyLun 14 Aoû - 22:19

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Pour comprendre les sentiments qui animaient le saint évêque, et saisir le sens des étranges paroles qui émanaient de ses lèvres, il faut se ressouvenir que Jésus-Christ, dans l’Évangile, compare l’Église et le Ciel à un grenier, et les élus à un froment.

De cette similitude jaillit toute une doctrine et une haute morale. Le grain de froment n'acquiert toute sa perfection, qu'autant qu'il est soumis à une triple mort, qui a pour effet de susciter en lui une triple dignité et une triple vie.

Ainsi l'agriculteur, au déclin de l'automne, enfouit le grain de froment dans le sillon de la terre ; ce grain se dissout, il pourrit sous l'action de l'humidité, se mélange avec d'autres sucs et disparaît, au point qu'un observateur ignorant le croit perdu sans retour ; mais au premier soleil de printemps, ce grain qui semblait à jamais éteint, puise la fécondité dans sa mort apparente, il renaît sous la forme d'un épi rajeuni et renouvelé.

Toutefois, ce n'est pas le terme de la perfection de ce grain de froment il est appelé à une transfiguration plus merveilleuse encore. Pour l'atteindre, il faut qu'il subisse une seconde mort, ce grain sera mis sous la meule, écrasé et réduit en poudre, on en fera du pain, il deviendra la nourriture et la chair de l'homme et aura part à la dignité de sa vie intellectuelle et pensante.

Enfin il est pour ce grain de froment une perfection et une dignité plus culminante. Il sera placé sur l'autel ; le prêtre prononcera sur lui les paroles sacramentelles de la consécration ; cette fois, il sera anéanti du tout au tout, jusque dans la racine de sa substance ; il ne restera de lui aucune trace, aucun vestige de son être primitif ; mais en échange, ce pain inerte aura cessé d'être une vile matière, il deviendra le Dieu que les anges adorent (Jean, XII, 24).

Ainsi l'homme ne secoue les entraves grossières de la nature matérielle qui l'obscurcit et le corrompt, il ne sort du transitoire et du fini pour entrer dans l'éternel et dans l'infini qu'en subissant une triple mort.

Pour s'élever au faîte de la perfection et parvenir à retracer en lui l'image effacée de Dieu, il est nécessaire qu'il meure à ses sens, qu'il meure à son esprit et à ses jugements propres, et finalement qu'il s'immole dans son cœur et meure à ses propres affections.

Jésus-Christ est le père de famille et le grand moissonneur céleste. Du haut du Ciel où Il est assis, Il voit sur la terre le bon grain se dissoudre et périr sous le feu des afflictions.

Loin de s'en attrister, Son Cœur divin tressaille et éclate en transports d'allégresse et de bénédiction : «C'est là, s'écrie-t-Il, Mon froment, il s'épure et se transforme il sera digne d'entrer dans Ma plénitude; et alors le vœu le plus ardent de Mon Cœur sera accompli».

«O Mon Père, tous ceux que Vous M'avez donnés sont devenus UN avec Moi, ils se sont incorporés à Ma vie, par une union aussi intime, une affinité aussi admirable, que celle qui, de tous les grains de l'épi broyés sous la même pierre, forme un seul pain et une seule substance, unus panis, unum corpus» (Jean, XVII, 9, 21 ; I. Cor., X, 17).

Magnifique résultat de la souffrance, qui ne nous fait mourir un instant à nous-mêmes, que pour nous faire vivre en Jésus-Christ d'une vie divine ; qui ne nous ensevelit dans un linceul sombre et douloureux, que pour jeter dans les profondeurs de notre être, la semence de l'immortalité, et nous introduire, par une douce anticipation, dans l'ordre de la gloire et de la résurrection.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMar 15 Aoû - 22:40

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


III

Le Sauveur Miséricordieux, afin d'adoucir nos maux et de tempérer nos épreuves dans cette vallée de déceptions et de misères, a voulu nous donner le gage certain de Ses tendresses, nous offrir les arrhes de la félicité céleste qu'Il nous prépare.

Ces arrhes, ce témoignage authentique de la bienheureuse vision, qui faisait soupirer de bonheur l'âme des saints, ce ne sont point les succès éclatants de ce monde, ni une gloire ou une félicité temporelle, mais l'épreuve et la souffrance.

Les saints n'ambitionnaient pas d'autres biens et ne voulaient pas d'autre salaire de leurs travaux. Rencontraient-ils un de leurs amis :

«Venez, frère, disaient-ils ; nous avons pour demeure des creux de rocher, où l'on dort sur la terre humide, et où il n'y a pas de lit ; nous nous nourrissons d'herbes sauvages et nous n'avons pour nous rafraîchir que l'eau des torrents.

Autour de nos habitations, nous entendons hurler les bêtes sauvages, moins redoutables, toutefois, que les tyrans inhumains et les hommes barbares dont la haine et l'implacable férocité nous poursuivent sans relâche et sans trêve ; mais venez sans crainte, il y a d'ineffables joies et d'ineffables consolations , car il y a ineffablement à souffrir...»

A première vue, ce langage confond la raison et déconcerte tous nos jugements humains. Mais les saints, vivant sur ces hauts sommets de la foi, entrevoyaient les événements d'ici-bas et les destinées humaines sous d'autres aspects et à travers d'autres horizons ; ils jugeaient les choses du temps dans leurs relations avec
celles de l'éternité, et ils pénétraient le sens profond d'une des plus sublimes paroles qu’aient prononcées les Écritures :

l'Espérance est la fille de l'épreuve (Rom., V 3-4). Sans l'épreuve, il n'y a pas d'espérance. Supposons, en effet, un homme dont tous les désirs sur cette terre soient satisfaits

Il s'endormira dans cette prospérité fatale ; il n'appellera plus une autre vie ; les célestes pensées seront sans puissance pour le détacher de la boue des choses matérielles et sensibles.

Mais qu'un déshonneur, une cruelle affliction appesantisse, sur cet homme, ses pointes douloureuses et aiguës : aussitôt, comme une liqueur comprimée dans un étroit vaisseau, son cœur anéanti et écrasé sous le poids de la peine, cherche à s'ouvrir une issue ; ne trouvant plus dans le présent, un seul objet pour s'appuyer, ni qui lui promette du soulagement, il se dégage des entraves éphémères de la durée et de l'espace.

Il plonge ses regards avides sur les montagnes de la Miséricorde infinie, d'où découlent tout rafraîchissement, toute lumière et tout secours.

Le patriarche Job, dans sa touchante histoire, nous révèle la profonde économie de la souffrance, et il nous signale les sources abondantes de délices, où les âmes peuvent s'abreuver à longs traits, au milieu des plus cuisantes infortunes.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyMer 16 Aoû - 23:23

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Job avait des troupeaux et d'innombrables brebis, et ces troupeaux sont décimés par des épidémies et des pestes. Job avait de magnifiques et somptueuses habitations, et ces habitations sont dévorées par le feu du Ciel. Il avait des enfants, objets de sa joie, unis entre eux par l'affection la plus douce, et un jour que ces enfants étaient assis à un fraternel banquet, ils périssent lamentablement écrasés sous des ruines.

Il avait des amis, et ses amis, au lieu de le consoler, le jugent frappé par la main du Ciel, pour quelque crime mystérieux et inconnu. Il avait une épouse, et son épouse, saisie de dégoût et d'horreur, fuit l'infection de ses plaies.

Enfin il avait un Dieu, à qui il offrait des sacrifices sept fois le jour, et Dieu lui retire la rosée des consolations célestes, et semble l'avoir plongé dans un suprême abandon. Jamais, certes, les eaux débordées de la douleur n'avaient répandu la multitude de leurs flots avec une impétuosité et une abondance aussi excessive, sur la tête d'une victime.

Un moment, le désespoir semble envahir l'âme de Job, et toute sa force paraît comme enchaînée. «La vie, s'écrie-t-il, m'est devenue un intolérable poids... Périsse le jour où je suis né, et où il a été dit : un homme est venu au monde... Que ce jour-là soit couvert de ténèbres, qu'il ne soit plus énuméré dans les mois, et qu'on ne le suppute plus dans les jours de l'année, qu'il ne soit plus illuminé par aucune lumière, et qu'il reste enveloppé d'un brouillard et d'une amertume sans fin...

Pourquoi m’avez-vous fait sortir du sein de ma mère, et ne suis-je pas mort avant d'avoir vu le jour ?... Pourquoi ai-je été bercé sur des genoux, et ai-je sucé le lait d'une femme ?... Le petit nombre de mes jours, finira-t-il bientôt ...

Est-il digne de Votre puissance de Vous attacher sur une ombre ?... Laissez-moi, afin que je puisse pleurer ma douleur, avant l'heure fatale, où j'entrerai dans ces terres glacées et silencieuses, que la mort obscurcit de ses ombres» (Job, III, 10).

Mais tout à coup, Job cesse ses plaintes, une transformation s'opère dans son être, son visage s'illumine, son front, son regard deviennent sereins et radieux , l'hymne de l'espérance s'échappe de ses lèvres, comme un fleuve d'allégresse et de paix.

Qu'il est beau de le voir, ce Job, disant naguère aux vers : vous êtes mes frères, et disant à la pourriture : tu es ma sœur, lorsque assis sur son fumier, pareil à un triomphateur, il s'écrie dans l'élan et l'enthousiasme de sa foi : Je sais que mon Rédempteur vit, et qu'un jour je Le verrai des yeux de ma chair et non de ceux d'un autre (Job. XIX, 25, 27).

Jamais bouche humaine n'avait fait entendre un cantique plus éloquent et plus divin. Ce modèle du juste éprouvé, broyé, anéanti, descendu au dernier échelon de la misère matérielle et morale, ne se dédommage-t-il pas, en un clin d’œil, de tout ce qu'il a souffert ?

D'un seul bond il se relève et se place au-dessus des sens, au-dessus de la nature, au-dessus de ce qu'a jamais osé concevoir la raison humaine. Il embrasse de son regard prophétique la durée des siècles, il a l'intuition du jour où il secouera la poussière de son cercueil ; cette intuition est écrite dans la certitude immuable, gravée au fond de son cœur : Je sais que mon Rédempteur vit, et qu'un jour je Le verrai de mes yeux et non de ceux d'un autre.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyJeu 17 Aoû - 23:01

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE


Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Ah ! c'est avec raison, qu'à la suite de son beau cantique, l'admirable Patriarche s'écrie de nouveau : «Puissent mes discours être écrits dans un livre avec un style de fer, ou être écrits en caractères ineffaçables sur la lame de plomb ou sur la pierre vive» (Job, XIX, 23, 24).

Sans doute, afin qu'ils puissent être lus par les générations à venir, et remplir des mêmes consolations, l'immense famille des déshérités, qui n'a pour nourriture que le pain amer de ses larmes. Ah ! qui d'entre nous a jamais prononcé avec une foi vive, cette parole de Job :

Je sais que mon Rédempteur vit, sans qu'aussitôt il n'en ait ressenti les effets ? Cette parole n'a-t-elle pas fait lever l'aube de la sérénité au milieu des deuils les plus noirs ? N'a-t-elle pas inondé le secret de notre âme d'une joie supérieure et inconnue, au moment même où une larme sanglante s'échappait de nos paupières ?

Errants, dépouillés de tout, jetés à terre par la cupidité triomphante, nous puisions, dans le cortège sans cesse renaissant de nos maux, des motifs d'amour et de confiance. Loin de nous laisser abattre, et d'éclater en impatience et en murmures, nous bénissions Dieu, en entrevoyant dans les secrets de Sa justice, les profondeurs infinies de Sa Miséricorde.

Si le Seigneur, disions-nous, donne du contentement à Ses amis, que réserve-t-Il à Ses serviteurs ? Si dans la distribution des biens et des maux, Il fait pencher la balance envers ceux qui L'offensent et Le blasphèment, c'est que, pour Ses amis, toutes les fortunes et tous les empires de la terre Lui paraissent un présent de trop peu d'importance.

Réjouissons-nous donc dans nos tribulations, et mesurons notre grandeur à venir à nos amertumes présentes et à la difficulté de notre épreuve. Saint Jean Chrysostome, dans son homélie, sur le mauvais riche et sur le pauvre Lazare, nous révèle la sublime philosophie de la souffrance.

Paraphrasant le passage de saint Luc où le riche, plongé dans les tourments, supplie Abraham de permettre à Lazare de lui apporter au moins à l'extrémité de son doigt, une légère goutte d'eau afin de rafraîchir sa langue brûlante et desséchée il commente cette parole d'Abraham disant au mauvais riche :

«Mon fils, souvenez-vous que vous avez reçu, en votre vie, les biens, et que Lazare a reçu tous les maux ; or, maintenant celui-ci est consolé, et vous tourmenté. De plus, entre vous et nous, il se dresse un infranchissable chaos ; de sorte que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous ne le peuvent, comme on ne peut passer ici, du lieu où vous êtes» (Luc., XVI, 23-26).

De cette réponse d'Abraham, saint Jean Chrysostome déduit un enseignement admirable. Le mauvais riche, dit Abraham, avait reçu en sa vie ses biens : Comment cela ?

Le grand commentateur l'explique en disant : Le mauvais riche, au milieu de sa corruption et de sa grande perversité, avait opéré en ce monde de très petits biens.

Durant la vie présente, personne ne saurait être mauvais d'une manière absolue ; les plus impies et les plus scélérats obéissent parfois sur certains points à la loi morale ; au milieu de leurs dérèglements, ils conservent quelques restes de vertu naturelle.

Inhumains, esclaves de leurs convoitises, il y a cependant de rares et exceptionnelles circonstances, où ils consentent à se montrer justes, cléments, désintéressés.

Or Dieu se réservant de les châtier rigoureusement un jour à cause de leurs crimes, et tenant d'autre part, pour l'honneur de Sa justice, à ne laisser sans récompense aucune bonne œuvre, si petite et si imparfaite soit-elle, prodigue souvent en ce monde aux méchants et aux impies des plaisirs et des biens temporels.

Il leur accorde, comme au mauvais riche, une vie brillante et somptueuse ; Il leur donne des tables exquises et abondantes, des tapis moelleux... une multitude de flatteurs et de parasites, l'éclat et la pompe de toutes les jouissances désirables. Le mauvais riche avait donc reçu ses biens.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyVen 18 Aoû - 22:24

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Lazare, au contraire, orné de tous les dons célestes, parvenu au pinacle de la perfection par sa patience héroïque, s'était laissé probablement surprendre par de légères fautes de fragilité.

Il est permis d'admettre qu'au spectacle de l'insolente prospérité de celui dont il implorait en vain les miettes et le superflu, son cœur s'était un instant aigri et révolté.

Peut-être sa foi et sa confiance s'étaient-elles laissées ébranler et avaient-elles faibli dans une certaine mesure. Or, Dieu se proposant de mettre Lazare au nombre de Ses élus et de le couronner durant l'éternité entière, et d'autre part ne recevant les justes dans Son sein que lorsqu'ils sont pleinement purifiés de toute faute, voulut, dans Ses secrets desseins, que Lazare, pendant sa carrière terrestre, passât par de longues et difficiles épreuves.

Il lui envoya les plaies, la maladie,la pauvreté, l'abandon et les mépris. Ainsi, Lazare arrivé au terme se trouvait quitte vis-à-vis de la justice, il avait reçuses maux.

Le mauvais riche et le pauvre avaient reçu l'un et l'autre du divin Rémunérateur ce qui leur était dû, le riche, les voluptés, les honneurs, les richesses dans le temps, mais en échange des supplices sans fin et sans mesure dans l'éternité ; le pauvre, des épreuves et des tribulations extrêmes en cette vie, mais en compensation, et à la suite de l'épreuve, une félicité sans mélange et sans altération.

C'est ainsi que l'ordre et l'égalité seront un jour éternellement restaurés, et que la conduite et les desseins cachés de la divine Providence se trouveront pleinement justifiés au jour du jugement. Pénétrons-nous profondément de ces salutaires considérations, et les adversités de la vie ne parviendront jamais à nous abattre.

Alors, loin d'éclater en plaintes et en murmures contre la sévérité de Dieu, lorsque Sa main paternelle nous frappe, nous Le bénirons à tous les instants, nous recevrons avec gratitude les infirmités du corps et les cruelles tristesses d'esprit comme le signe le plus certain de Ses prédilections et de Ses tendresses.

Dieu châtie ceux qu'Il aime (Hebr., XXII, 6). Cette pensée n'ouvrait-elle pas aux saints la source des consolations les plus solides et les plus enivrantes ?

En évoquant les souvenirs de notre vie, nous reconnaîtrions aisément que c'est à l'époque des désolations et de grandes amertumes, que notre cœur s'est senti plus vivement touché de l'impression de Dieu et qu'il nous a semblé devenir plus voisins du Ciel. Ainsi le monde nous a délaissés : nous avons vu nos intimes amis, ceux qui mangeaient notre pain et s'asseyaient à notre table, se détourner pour éviter notre rencontre...

Mais, aussitôt le Seigneur, comme une mère tendre, nous a pressés plus amoureusement dans ses bras : Dominus autem assumpsit me (Ps., XXVI, 10).

La sombre mort vous a enlevé un fils, que, comme la mère de Tobie, vous appeliez lumière de mes yeux, espérance de mes vieux jours, bâton de mon infirmité (Tob., X, 4)... ou, jeune encore, vous êtes réduite à vous isoler du monde pour pleurer votre veuvage prématuré.

Mais n'avez-vous pas obtenu des visions surnaturelles et radieuses ? Vos regards n'ont-ils pas eu comme des éclaircies sur le céleste avenir ?

Dans la clarté des contemplations divines, vous avez entrevu ces êtres chéris et regrettés, goûtant le repos dans un monde meilleur. Dans le secret de vos âmes vous avez entendu qu'ils vous disaient : Nous sommes heureux et nous l'attendons.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptySam 19 Aoû - 23:35

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Ainsi, la douleur, en nous brisant dans ses étreintes, nous arrache à l'amour des choses présentes ; elle est le glaive qui déchire les nuages et nous entrouvre d'autres horizons, en nous élevant à des espérances plus .

Au flambeau des tribulations, toutes les fortunes et tous les biens si ardemment ambitionnés apparaissent dans leur réalité, et ne sont plus à nos yeux qu'une fumée et des nuages sans consistance.

La vie humaine ne se montre plus à nous que comme un point, suivant le langage de saint Paul : mais ce point est un germe fécond : fructifié par nos larmes, il se convertira en un poids incommensurable de gloire (Il Cor., IV. 17). Ah ! cessons, enfin, d'accuser le Créateur de sévérité et d'injustice.

Si Dieu nous éprouve et nous enlève ce qui nous est cher, s'Il fait distiller goutte à goutte sur nous la lie amère des déceptions et de tous les déchirements, ce n'est nullement, assure l'Apôtre, pour nous dépouiller, eo quod nolumus expoliari, mais afin de nous revêtir plus promptement et avec plus d'éclat de l'immortalité, comme d'un vêtement de dessus : Sed supervestiri (II Cor., V, 4).

Considérons un grand artiste, voulant faire une statue. Il a sous sa main un marbre grossier et informe, il s'arme de son ciseau, il est sans pitié, il frappe à grands coups, il fait voler la pierre en éclats, jusqu'à ce que l'idée qui l'inspire se reflète sur les traits de la statue, et y répande cette grâce et cette majesté qui feront l'admiration de l'univers.

Dieu fait de même : armant Sa main paternelle du ciseau de la mortification, Il taille dans le vif de nos affections ; Il ne se laisse émouvoir ni par nos gémissements, ni par nos cris ; Il retranche sans pitié ces liens, ces amis, cette santé, cette réputation qui étaient comme des parties vivantes de nous-mêmes.

Au feu de la douleur, Il absorbe les attachements, les liens secrets et invisibles nous engageant dans l'amour des choses terrestres et périssables.

Il les réduit en fusion ; Il élimine violemment tout ce qui reste en nous de scories, d'alliage d'humanité et d'affections sensuelles, afin que notre âme ainsi spiritualisée devienne comme une toile bien préparée, où les rayons de la divine bonté parviendront un jour à déposer leur empreinte : ut absorbeatur quod mortale est a vita (II Cor., V, 4).

L'homme, avant d'être soumis à cette purification, ressemble à un sable souillé et ténébreux, jeté au creuset de la douleur, il se subtilise ; il devient un cristal transparent et limpide, où la gloire substantielle de Dieu, ne rencontrant plus d'obstacle, pourra couler librement comme un fleuve sans fond et sans rives : - alors Dieu sera tout et en toutes choses.

De même que les images du soleil, des palais, des arbres se réfléchissent, avec leurs formes et avec toute leur netteté dans le miroir d'une eau limpide, ainsi les perfections des divins attributs, sans perdre leur immuable indivisibilité, se réfléchiront sur tous les élus. Nous serons imbibés des irradiations de la vie divine

Ce sera alors la fin, la consommation, l'époque où les temps auront achevé leur cours, le règne de la stabilité et du repos, règne fortuné que les créatures attendent, qu'elles appellent par leurs longs gémissements, semblables à une mère en travail, qui appelle sa délivrance, et traduit ses souffrances par des cris plaintifs, par de longs et douloureux soupirs, omnis creatura ingemiscit et parturit risque adhuc (Rom., VIII, 22).

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyDim 20 Aoû - 21:01

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

HUITIEME CONFÉRENCE : LE SACRIFICE CHRÉTIEN, MOYEN DE RÉDEMPTION

Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus.
Ma chair est véritablement une nourriture, et Mon sang est véritablement un breuvage. (Jean, I, 56.)


Voilà, dit-il, mon talisman et mon trésor, c'est ici la grande source des bénédictions spirituelles et temporelles ; l'accès en est ouvert à tous. Sur cet autel, où Jésus-Christ descend chaque jour, Il se plaît à réaliser envers ceux qui Le visitent et Le vénèrent, la parole qu'il prononça jadis :

«Cherchez en première ligne le royaume de Dieu et Sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît» (Mt, VI, 32). Chose certaine, le sacrifice de la messe, si nous nous en appliquions les fruits, nous mettrait à l'abri des grands fléaux, il profiterait mieux à nos intérêts temporels que ne le feront jamais nos découvertes, nos perfectionnements industriels, et tout le savoir de nos agronomes, il détruirait promptement par sa seule vertu l'oïdium, le phylloxera, toutes ces maladies mystérieuses qui empoisonnent nos vignes, nos fruits, et jusqu'au tubercule dont le pauvre se sert pour apaiser sa faim.

Il nous ferait goûter dès ici-bas, ce surcroît rémunérateur promis par l’Évangile, présage du ciel et abondant de la couronne des biens à venir. Salomon, parlant des sacrifices figuratifs et imparfaits de l'ancienne loi, disait : «Si le ciel devenu d'airain nous refuse ses rosées et ses pluies, nous viendrons dans ce saint temple, Seigneur, Vous offrir nos vœux, et Vous ferez couler sur nos campagnes des ruisseaux de miel et de lait.

Si la maladie nous frappe de ses coups, ou si nous sommes décimés par les guerres, nous viendrons encore dans ce saint temple, et Vous arrêterez ces fléaux qui détruisent la race des hommes». Ah ! que deviendrait le monde, attristé par tant de malheurs et par tant de scandales, si, au moment où une politique hostile et athée conspire contre Jésus-Christ, où une presse licencieuse et immonde ne cesse, par ses blasphèmes, d'attirer la colère et la malédiction de Dieu sur les hommes, la voix de Jésus-Christ descendant chaque jour sur l'autel, ne s'élevait vers Son Père, pour y faire monter des accents appelant la Miséricorde plutôt que la justice.

Et quand je songe que ce sacrifice s'accomplit à toutes les minutes du jour, et que le soleil, dans l'orbite qu'il décrit autour du monde, ne cesse pas un instant, sur un point de la terre ou sur l'autre, de verser ses rayons sur l'Hostie sans tache, je sens mon cœur se dilater et mes espérances grandir, et je ne conçois plus nos craintes, nos perplexités et nos défiances.

Daniel, annonçant les signes avant-coureurs de la justice de Dieu et de la chute des royaumes, signalant les grandes catastrophes qui feront disparaître de la face de la terre Jérusalem et les grandes cités enivrées, à l'exemple de cette ville déicide, du vin de l'adultère et de la fornication, nous dit :

«Vous reconnaîtrez que les grandes calamités sont proches, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation dans le lieu saint et lorsque le sacrifice perpétuel aura cessé».

A l'époque de la désolation finale, il y aura un temps, où le sacrifice non sanglant ne sera plus célébré sur toute l'étendue de la terre.

Alors il n'y aura plus de médiateur entre la justice de Dieu et l'homme. Les crimes et les blasphèmes n'auront plus de contrepoids ; ce sera le moment où le juste Juge apparaîtra dans Sa gloire, et où les cieux seront repliés comme une tente qui n'a plus de voyageur à abriter.

Nous ne touchons pas encore à cette époque suprême ; pour nous en convaincre, il suffit de considérer les trésors de vertus et de vie, les merveilles de dévouement, d'héroïsme que ne cesse de faire éclore le spectacle d'un Dieu veillant et s'immolant nuit et jour.

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
ami de la Miséricorde
consacré
consacré
ami de la Miséricorde


Messages : 6374
Date d'inscription : 18/05/2017
Age : 66
Localisation : Région parisienne

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 EmptyLun 21 Aoû - 23:15

Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 OIP

NEUVIEME CONFÉRENCE : DU MYSTÈRE DE LA SOUFFRANCE DANS SES RAPPORTS AVEC LA VIE FUTURE

Homo natus de muliere, brevi vivens tempore, repletur multis miseriis.
L'homme né de la femme, vit peu de jours, et sa vie est remplie de misères sans nombre. (Job, XIV, 1)


Elle vécu au désert de longues années, visitée par les anges, plongée dans les ravissements de la contemplation divine, s'abreuvant à longs traits des avant-goûts du Paradis.

Puis, elle mourut un jour de Vendredi Saint, loin du regard des hommes, sur les bords d'un torrent abrupt et sauvage, uniquement assistée de Dieu et de Ses anges.

Il est permis de croire que sa suprême bénédiction et la prière de son agonie furent pour le solitaire qui la guida dans la solitude et, lui faisant aimer les souffrances, ouvrit à son âme les trésors de la paix et fraya à ses pas la route de l’éternelle béatitude.

Puissions-nous, ami lecteur, mériter aussi de vous une pareille faveur. En offrant à vos méditations ces conférences, nous n'avons eu d'autre but, que de détourner les âmes des intérêts bornés du temps, et de les élever à la pensée et au désir du bien futur.

Ces modestes pages, que nous livrons à votre indulgence, ne sont que le viatique de la délivrance, une boussole destinée à orienter notre vie à travers les écueils nombreux de cette terre, une nacelle enfin qui nous aidera peut-être à atteindre les célestes rivages.

Ce livre n'est qu'une réminiscence et un écho affaibli de notre apostolat.

Mais, de même qu'au déclin de l'automne, lorsque les arbres se dépouillent et laissent tomber leurs feuilles jaunissantes, il se rencontre souvent un passant attardé, qui recueille ces feuilles dédaignées au printemps pour se dresser une couche ou s'en composer un abri.

De même qu'il arrive souvent encore à la semence qui n'a pas jeté de racine dans le champ du père de famille, d'être emportée plus tard par les souffles et les tourbillons de la tempête, au-delà des déserts et des Océans, et après de longues années d'attente, elle y fait croître des forêts et mûrir des moissons.

Ainsi ces études sur nos fins dernières auront peut-être la vertu d'élever les âmes à la pensée des choses futures, ou tout au moins nos faibles paroles seront-elles pour certains chrétiens attardés, une semence bénie de Dieu et qui fructifiera lorsque le temps de la moisson sera venu.

Heureux si elles avaient la vertu de nous aider à travers la course orageuse et incertaine de notre pèlerinage, et de nous faire arriver plus sûrement à l'éternel rendez-vous qui nous attend un jour dans le Cœur du Christ !

Si nous osions nous flatter de cette espérance, ami lecteur, nous vous dirions, au revoir !... Le temps est proche où sonnera l'heure du suprême départ, et où le céleste Époux que nous aurons aimé et servi, nous dira : Passe, viens à Moi, entre dans la béatitude et l'éternel repos !

FIN

Source : Livres-mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Revenir en haut Aller en bas
http://saintmichel-princedesanges.com
Contenu sponsorisé





Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé    Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé  - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Méditation avec La Fin de Monde Présent et Mystères de la Vie Future de l'Abbé
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Méditation avec Le Traité de l'Amour de Dieu de St François de Sales
» Méditation sur la Miséricorde avec le Bx Père Sopocko
» Méditation avec "Dieu seul" du Vénérable Mr H-M Boudon
» Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
» Méditation avec L'introduction à la vie dévote de St François de Sales

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique LE MONASTÈRE INTÉRIEUR. :: Vivre avec notre Seigneur et sa mère ::  FORMATION-
Sauter vers: